24 au 26 août – Gênes (fr) ou Genova (it)

Nous partons de Quercia vers 10h et pensons nous arrêter à la petite ville de Portofino pour déjeuner. L’accès à la ville est fermé car le parking est complet. Compte tenu du monde qui semble vouloir y aller, nous reprenons la route pour Gênes. Nous arrivons dans le quartier de Boccadasse de Gênes, où se trouve notre appartement. Celui-ci est à 5 mètres de la mer, très bien situé dans le quartier animé.

Après un petit bain, nous passerons une soirée tranquille à regarder les gens flâner.

Un peu d’histoire :

Gênes, qui tient son nom du latin janua, de Janus, le dieu des Portes, fut fondée au IVè siècle av JC. Sa première enceinte fut érigée au XIIè siècle. La ville devient rapidement un port de commerce. Sa flotte, qu’elle prêtait à plusieurs puissances étrangères à l’occasion des croisades, lui conférait un tel pouvoir qu’en 1100, elle devint l’une des quatre républiques italiennes avec Pise, Venise et Amalfi. En 1284, Gêne remporte une bataille décisive contre Pise puis en 1298 contre Venise et étendit son empire jusqu’à la Mer Noire. Du XVIè siècle au XVIIè siècle, Gênes fut une « République marchande » qui prospéra en financant les expéditions espagnoles. La fin de l’ère des grandes découvertes et le déclin de l’importance commerciale de la Méditérranée sonnèrent le glas de l’expansion de Gênes. En 1684, Louis XIV fit détruire son port et la Corse fut cédée à la France en 1708. Au XXè siècle, la ville qui vit naître Giuseppe Mazzini (1805-1872), père de l’unité italienne, fut la première cité du nord de l’Italie à s’élever contre l’occupation nazie.

Le 25 août, nous partons découvrir la ville de Gênes. Nous marcherons pendant 1h depuis notre quartier le long de la Corsa Italia en bord de mer pour parvenir au centre historique.

Nous rejoignons Catia et Stefano, les parents de Nicole à la Piazza Ferrari.

Nous commençons par visiter le Palazzo Ducale, ancien siège du gouvernement de la république indépendante de Gênes et résidence des Doges. Puis nous continuons par la Chiesa dei Santi Ambrogio et Andrea, dans un style très baroque.*

Nous flânons dans les rues en passant par la porte Soprana, ancien vestige de la muraille, puis nous passons devant la maison de Christophe Colomb, natif de Gênes.

Nous nous baladons dans les ruelles de Gênes pour atteindre le port, qui a été entièrement rénové depuis une vingtaine d’années. Il abrite actuellement un des meilleurs musées maritimes et un des plus grands aquariums d’Europe.

Nous continuons notre visite dans les différents quartiers de la ville et nous traversons le Via Garibaldi où de nombreux palais ont été construits au XVIè siècle par les nobles de la ville. Les intérieurs sont somptueux et cette rue est classée au Patrimoine mondial de l’Unesco.

Nous finissons notre petit tour par le théatre en face de la Piazza Ferrari. Puis nous revenons à pied à notre appartement.

Pour notre dernier soir en Italie, nous dînons au restaurant « La Creuza de Ma » avec Nicole et ses parents pour goûter les spécialités de Ligurie, région où nous nous trouvons.

Nous concluons notre séjour en Italie par cette soirée, nous avons partagé de bien belles vacances !!! A renouveler sans modération …

18 août – Lucques (fr) ou Lucca (it)

En repartant de Pïse, nous décidons de nous arrêter visiter la ville de Lucques. Au moment de nous stationner, il y a eu un bel orage qui a rafraîchi nos ardeurs… Heureusement pour nous, cela n’a pas duré trop longtemps et nous sommes partis flâner à l’intérieur de la vieille ville. Tout d’abord un peu d’histoire,

Fondée par les Etrusques, Lucques devint une colonie romaine en 180 av JC, puis une comune (cité-Etat) libre au XIIè siècle; époque à laquelle elle connut la prospérité grâce au commerce de la soie. En 1314, elle tomba brièvement aux mains de Pise. Grâce à la poigne d’un aventurier, Castruccio Castranici degli Antelminelli, la ville retrouva rapidement sa liberté et demeura une république indépendante durant près de 5 siècles. En 1805; Napoléon 1er créa la principauté de Lucquès. Elle fut ensuite intégrée au royaume d’Italie. La ville ayant échappé aux bombardements de la Seconde Guerre mondiale, son centre historique est resté le même depuis des siècles. Elle est la ville natale du compositeur d’opéra Giacomo Puccini (1858-1924).

On commence notre petit tour par la Piazza Napoleone puis La Piazza San Michele.

Nous montons ensuite en haut de la Tour Guinigi, tour de 45 mètres de haut tout en briques rouges. La vue est magnifique sur toute le ville. Ce qui est impressionnant ,ce sont les 7 chênes verts plants dans un parterre de fleurs en U au sommet de la tour.

Nous rejoindrons ensuite la Piazza Anfiteatro, qui doit son nom à l’amphithéâtre qui se dressait à cet endroit à l’époque romaine. Nous déjeunerons dans un petit restaurant tout proche.

Nous finissons notre visite en redescendant par la Via Fillungo, rue commercante puis nous cheminons sur l’enceinte fortifiée pendant quelques centaines de mètres. La monumentale mura (remparts), édifiée autour de la veille ville aux XVIè et XVIIè siècle est presque parfaitement intacte.

17 août – Piazza dei Miracoli – Pise

Après un bref aperçu la veille, nous revenons à la Piazza dei Miracoli pour une visite plus approfondie. Nous avions réservé notre billet pour monter dans la Tour à 9h, le premier horaire disponible. Cela nous a permis d’éviter la foule et de pouvoir prendre le temps d’observer la ville de Pise d’en haut.

Après la fin de sa construction dans la seconde moitié du XIVè siècle, pendant 600 ans, la tour continua à s’incliner au rythme de 1 mm par an. En 1993, elle était penchée de 5.5 °. Des travaux ont alors été effectués pour redresser la tour à 5°, les experts assurent la survie de l’édifice pour les trois siècles à venir…

Nous continuons notre visite par le Baptistère. Celui-ci, à la forme circulaire inhabituelle, comporte deux dômes superposés (moitié en plomb, moitié en tuiles). Sa construction débuta en 1152 pour s’achever au XIVè siècle. A l’intérieur, la chaire en marbre hexagonale de Nicola Pisano est un véritable joyau.

Nous entrons ensuite dans le Camposanto. On raconte que la terre du Calvaire, rapportée par bateau des croisades, tapisse le sol de ce magnifique cimetière enceint de murs blancs, où reposent de nombreux éminents Pisans, dans le jardin du cloître. Au cours de la seconde guerre mondiale, l’artillerie alliée détruisit de nombreuses fresques du cloître.

Nous allons ensuite visiter Il Duomo (la cathédrale). Le magnifique duomo roman fut commencé en 1064 ; sa consécration date de 1118. L’édifice découpé en plusieurs niveaux, habillé de marbre vert et beige, est impressionnant. A l’intérieur, on découvre un vaste espace ponctué de colonnes et un plafond en bois doré. La construction fut financée avec le butin d’une bataille navale remportée contre une flotte arabe dans le port de Palerme en 1063. Pour marquer la victoire et symboliser l’hégémonie de Pise sur la Méditerranée, on bâtît ce qui devint alors la plus grande cathédrale d’Europe.

Nous finirons notre visite par le Museo delle Sinòpie. Ce musée conserve des fresques et plusieurs sinopies (ébauches de fresques). Ces dernières, réalisées au pigment rouge venant de Turquie, sur les murs du Camposanto aux XIVè et XVè siècles, servaient d’esquisses avant que les fresques ne les recouvrent.

Nous cheminons ensuite sur les murailles, ce qui nous permet d’avoir un autre point de vue sur la ville et la Piazza dei Miracoli. Nous resterons « tranquillo » l’après midi ,compte tenu de la chaleur.

Le soir, nous repartons faire une petite visite de la ville by-night.

16 août – Découverte de la ville de Pise

Le 16 août au matin, nous prenons la direction de Pise. Nous nous arrêtons le midi à la station balnéaire de Rapallo sur la côte méditérranéenne pour déguster une pizza. Nous re-découvrons la chaleur …

Nous reprenons la route pour découvrir notre nouvel appartement un peu à l’écart du centre historique de Pise. Très bel appartement avec la climatisation. Nous allons nous apercevoir que ce n’est pas un luxe ! (bon, un peu quand même !) La chaleur (32°) ne semble pas si forte mais le ressenti de chaleur humide est assez intense.

Après une petite pause, nous partons déambuler dans la ville et découvrir Pise. Un petit plan pour vous situer :

Nous habitons à l’est du quartier « San Francesco » par lequel nous entrons dans la ville historique.

Un peu d’histoire pour débuter :

Cité vraisemblablement héllenique à l’origine, Pise fut une importante base navale sous l’Empire romain et demeura un actif pendant de nombreux siècles. Du Xè siècle au XIIè siècle, Pise fut une république maritime indépendante et contrôla la Corse et la Sardaigne. Pise a été très souvent en conflit avec ses voisins, Gênes, Florence et Lucques. En 1406, lorsque Pise tomba aux mains de Florence, les Médicis encouragèrent les projets artistiques, littéraires et scientifiques et rétablirent l’université de Pise, qui reste célèbre aujourd’hui. C’est là qu’enseigna plus tard le plus célèbre natif de la ville, Gallilée.

Nous nous y baladerons puis nous traverserons la rivière « Arno » sur le pont Ponte della Fortezza pour atteindre le quartier San Martino. Nous passerons dans la rue commerçante (la clim à fond avec les portes grandes ouvertes … dur, dur de changer). Nous nous arrêterons devant une fresque « Tuttomondo » réalisée en 1989 par Keith Haring, artiste new-yorkais, ami d’Andy Warhol et de Basquiat. Le thème de l’œuvre est la paix et l’harmonie dans le monde et cela s’exprime par les trente figures colorées si caractéristiques, interconnectées et divisées. Tuttomondo témoigne de la passion de Haring pour la vie : un hymne à la joie qui est encore considéré comme son testament artistique aujourd’hui.

Nous passerons ensuite par le quartier « San Antonio » pour revenir à la rivière Arno. Nous nous arrêterons devant la Chiesa di Santa Maria della Spina, petite église à façade gothique. Cette dernière fut construite entre 1223 et 1230 pour accueillir la relique d’une épine de la couronne du Christ.

Nous longerons la rive gauche de la rivière Arno où de splendides « palazzi » de toutes les couleurs bordent le « lungarno » (quai).

Nous sommes alors dans le quartier « Santa Maria », où se trouvent les plus célèbres et les plus beaux édifices de Pise. Nous atteignons la Piazza dei Cavalieri. Cette place était le centre politique à l’époque médiévale qui fut transformée dans la deuxième moitié du XVIè siécle par Cosme 1er en siège du nouvel Ordre militaire des Chevaliers de Saint Etienne. Le Palais des Chevaliers ou de la Caravane est actuellement le siége de la Scuola Normale Superiore.

Nous continuons notre balade pour atteindre la fameuse Piazza dei Miracoli (ou Piazza del Duomo) où se trouve la très célèbre Tour penchée mais pas que …

La Piazza de Duomo fait partie, depuis 1987, du Patrimoine de l’Unesco. Elle constitue le centre artistique de Pise. C’est ici que se trouvent les principaux monuments religieux de la ville : La catrhédrale Santa Maria Assunta (construite de 1064 à 1118), le Baptistère (1152), le Camposanto Monumentale (1274) et le Campanile – la célèbre Tour penchée (1172 et 1275 – 56 mètres – 5° d’inclinaison)

Cathédrale et Campanile (Tour)

Et voilà, autentica qualità ! Une première approche de cette merveille, que nous visiterons plus en profondeur demain !

05 au 06 août 2020 – Bourges

Sur le chemin des vacances, pour atteindre notre but « ultime » Chamonix, nous avons décidé de prendre notre temps et de faire deux haltes : la première à Bourges (destination qui à priori ne fait pas rêver et où ne nous viendrait pas à l’idée d’y passer des vacances) et la seconde à Annecy (qui vend un peu plus de rêves …).
Tout d’abord un peu de culture :
Ville d’art et d’histoire, Bourges est fière de ses monuments comme le palais Jacques Coeur ou la cathédrale Saint-Etienne – classée au patrimoine mondial de l’UNESCO – de ses rues anciennes et de ses maisons à colombages.
Ville de culture, Bourges est très attachée à sa Maison de la Culture, la première créée en France, et à son festival « Le Printemps de Bourges », créé en 1977.
Préfecture du département du Cher (18), et troisième ville de la région Centre, Bourges compte 66 500 habitants appelés Berruyers.

Arrivés vers 16h à Bourges, nous découvrons notre appartement situé à 10 minutes à pied du centre ville. Nous décidons de découvrir la ville en passant tout d’abord par les marais où poussent légumes et fleurs dans de nombreux jardins.

Nous déambulerons dans la ville pour admirer les maisons à colombages, la cathédrale Saint Etienne, ainsi que le Palais Jacques Coeur.
Petite histoire de ce marchand : Jacques Cœur était un marchand français, négociant, banquier et armateur. Il fut le premier Français à établir et entretenir des relations commerciales suivies avec les pays du Levant. En 1439, Charles VII le nomme Grand Argentier du royaume de France. Après avoir amassé une fortune considérable, sa réussite éclatante l’amène à la disgrâce : en invoquant diverses accusations, ses rivaux et ses nombreux débiteurs, dont le roi, provoquent sa chute en 1451.

A la tombée du jour, une animation « Les Nuits Lumières » permet aux passants de découvrir des projections sur 5 bâtiments notables de la ville. Le parcours est bien identifié par des lanternes bleues tout au long des rues et l’ours « Ursine » nous transporte d’un lieu à l’autre.

Le lendemain, nous nous promenons dans les nombreux parcs de la ville, puis visiterons l’intérieur de la Cathédrale Saint Etienne et enfin rentrerons par la Trouée Verte, chemin verdoyant qui relie le lac d’Auron au Centre Ville.

La Ville de Bourges nous a surpris par son charme médiéval et la richesse culturelle et historique de son Centre ville compte tenu de la taille de la ville. Nous avons eu plaisir à y passer deux jours pour débuter nos vacances …

07 au 10 août 2019 – Bergen

Arrivés le 06 août vers 22h à Bergen, nous marchons un quart d’heure pour rejoindre notre appartement où, après cette journée sportive, nous apprécions une bonne douche et un bon lit.

Après un réveil tranquille et un « gros » petit-déjeuner », nous partons découvrir la ville. Nous déambulons dans la ville à travers les différents quartiers. Nous commençons par nous balader le long des quais où nous admirons les maisons du fameux quartier de Bryggen, puis nous traversons le marché aux poissons (et légumes) et enfin le parc Bergenhus, où se trouvent la Tour Rosenkrantz (en travaux) et le Hakonshallen (salle de cérémonies).

Pour bien comprendre l’histoire de Bergen, nous visitons le Musée de la Hanse, le Schotstuene, qui est la reconstruction des salles communes où se rassemblaient jadis les marchands de la Ligue. Nous allons essayer de vous résumer l’histoire de la ligue Hanséatique qui est très importante dans l’histoire du commerce européen. Nous avons eu droit à une visite guidée par un Breton en français pendant 1h qui nous a permis de nous initier à la culture hanséatique.

Au XIIIè siècle, un groupe de commerçants allemands (Hanse signifie groupe en allemand), appelés Hanséates, arrivèrent à Bergen et créèrent un réseau commercial qui couvrait une grande partie de l’Europe ( 4 comptoirs Novgorod (Russie), Bergen, Londres, Bruges et 200 villes participantes). Grâce à la morue séchée provenant de la Norvège au Nord, Bergen devint la plus grande ville de Scandinavie au Moyen Age. Les conseils des villes hanséatiques avaient leurs propres règles et ne dépendaient pas des pouvoirs locaux. Ces hanséates étaient uniquement des hommes et avaient interdiction de fréquenter ou de se marier avec des femmes du pays.

Il y avait de nombreux apprentis (adolescents de 13, 14 ans) venus d’Allemagne qui pouvaient espérer finir gérants à force d’efforts et d’habileté. Leurs vies étaient très dures et tous les ans, pour espérer évoluer, ils subissaient des « bizutages » (fumée, eau, corde) où ils étaient battus. Seuls les plus forts résistaient et évoluaient !

Le quartier de Bryggen (célèbre pour ses bâtiments et maisons colorées en bois) était jadis le quartier commerçant animé des Hanséates , il est aujourd’hui inscrit au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Les 58 édifices couvraient 13000 m² et ont été régulièrement détruits par les différents incendies dont celui de 1702 qui ravagea 70% de la ville. Il n’en reste actuellement qu’une partie qui a été restaurée au cours du XXè siècle.

Ensuite, après une gaufre au chocolat belge, nous finissons notre journée en nous baladant dans les jolis quartiers de Bergen et autour de l’étang « Lille Lungegardsvann ».

Le 08 août, le matin, Erwan, Nadège et Jeanne vont visiter le Musée KODE 3 où l’on peut admirer des oeuvres du peintre Edvard Munch et de peintres norvégiens. Nous avons été touchés par celles de Munch. Il y a quatre musées d’art sous l’égide de l’institution KODE qui forment une des plus vastes collections d’art de Scandinavie.

L’après midi, nous montons par le funiculaire au Mont Floyen (320m) pour admirer la vue sur la ville de Bergen. Après une petite balade autour du lac Skomakerdiket, nous redescendons à pied à travers la forêt jusqu’au centre ville. Avant de rentrer, nous nous sommes baladés dans le quartier du Nordnes et le long des quais. Belles journées de découvertes !

Le 09 août, nous restons tranquilles le matin. On est en vacances tout de même ! L’après midi, nous finissons la découverte de la ville par la quartier du Nygardsparken. Nous récupérons la voiture (Superbe VW Passat tout équipée ! (surclassé)) et nous allons chercher Simon à l’aéroport de Bergen. Après 2h00 de retard (de nombreux orages en France), nous retrouvons l’enfant prodige !

Après un apéritif de retrouvailles, puis des crêpes, nous faisons découvrir à Simon la ville de Bergen. Nous voilà bientôt guides ! (une reconversion possible ?!) Sur la photo, Nadège touche la bosse « royale » de la morue, symbole de la ville de Bergen (Il paraît que cela porte bonheur et que cela exauce les voeux …)

Le 10 août, la pluie s’est invitée toute la matinée … bouh !! Nous décidons tout de même de faire quelques emplettes puis d’aller visiter la presqu’île à l’ouest de Bergen jusqu’à la ville de Hellesoy, à l’extrémité de l’île. Nous profiterons de faire une petite balade d’1h30 le long de la côte. Les paysages de granit et de bruyère nous font penser à la Bretagne …

02 au 05 août 2019 – Oslo, capitale de la Norvège.

Après avoir décollé de Nantes à midi, et une petite escale à Bruxelles, nous atterrissons à Oslo vers 17h. Nous empruntons pendant 30 minutes le train FlyToget qui relie l’aéroport à la gare centrale d’Oslo.

Nous prenons possession de notre appartement au 4ème étage près de St Olavs Pass à moins de 10 minutes à pied du centre ville. L’appartement est conforme à nos attentes, joliment décoré et avec tout le confort. Après le traditionnel repas du début des vacances (Pâtes carbonara), Erwan et Nadège vont se promener dans le centre ville puis le quartier portuaire d’Aker Brygge, réputé pour sa vie nocturne.

Le 03 août, nous entamons les visites des différents atouts de la ville à pied. Tout d’abord, nous déambulons dans le Slottsparken où nous pouvons admirer le Palais royal. Celui-ci a été construit de 1825 à 1849 et comporte 173 pièces. La famille royale y a résidé pendant de nombreuses années.

Ensuite, nous atteignons après 40 minutes le Vigelandsparken. Ce parc est célèbre pour son extraordinaire exposition de plein air du sculpteur norvégien Gustav Vigeland (1869-1943). Il compte 212 statues dont « Le Monolithe », oeuvre figurant les divers âges de la vie et mesurant 14 mètres. Elle nécessita le travail de trois tailleurs de pierre de 1929 à 1943. Du socle qui supporte la colonne, une série de marches est ponctuée de personnages illustrant l’éventail complet des émotions et des activités humaines. Nous avons bien aimé ces différentes représentations (même si parfois un peu étranges…). Au loin, nous apercevrons le tremplin de saut à ski de Lillehammer construit pour les Jeux Olympiques d’hiver en 1994.

Ensuite nous continuons notre périple vers la péninsule de Bygdoy où nous visitons le musée Vikingskipshuset, célèbre pour les deux coques de l’Oseberg et du Gokstad, bateaux vikings les mieux préservés au monde. Ces bateaux furent construits en chêne au IXè siècle, et étaient tirés à terre pour servir de tombes aux nobles. Ils ont pu ainsi être mis à jour à la fin du XIXè siècle. Instructif !

Nous prenons le ferry de Dronningen pour rejoindre le centre ville. Nous remontons l’artère principale, Karl Johans Gate, qui traverse la ville d’est en ouest, tout en profitant des différentes boutiques. Après cette bonne journée, nous rentrons nous reposer.

Le 04 août, pas trop de bonne heure mais de bonne humeur, nous reprenons nos excursions en commençant par la visite du quartier de Damstredet, connu pour ses anciennes maisons en bois typiques.

Puis nous ferons un petit détour par la cathédrale d’Oslo avant d’atteindre le célèbre Opéra. Il est la pièce centrale d’un programme de re-développement du front de mer ; la municipalité ayant l’ambition de transformer la ville en centre culturel de classe mondiale ! Son désign fait penser à un glacier flottant sur les eaux d’Oslo ou selon Nadège, à une navette spatiale. Il a ouvert en 2008 et on peut accéder facilement au toit terrasse qui offre une vue imprenable sur la ville.

Nous continuerons par la forteresse et le château d’Akershus. Ceux-ci ont été construit en 1299 lorsque Oslo est devenue la capitale de la Norvège afin de la protéger.

Nous finirons notre journée par la visite du fameux musée moderne Astrup Fearnley Museet. Décoiffant ! On n’a pas tout compris …. Un manque de sensibilité pour cet art ?

Le soir, nous irons dîner dans la pizzéria « Olivia » le long des quais d’Aker Brygge. Très sympa ! Nous avons beaucoup aimé cette capitale à taille humaine où il semble faire bon vivre…Qu’en est-il en hiver? Il faudrait y revenir car la ville doit avoir un tout autre visage…

Le 05 août, nous prenons le fameux train vers Bergen mais ce sera l’objet d’un autre article …

19 février 2019 – Pétra

L’antique cité nabatéenne de Pétra, taillée dans les falaises de grès rose, fait partie des sites les plus illustres figurant au patrimoine mondial de l’Unesco. Elue en 2007 parmi les « Sept nouvelles merveilles du monde », elle a conservé au fil des siècles tout son pouvoir de fascination. Pétra fut découverte en 1812 par l’explorateur suisse Johann Ludwig Burckhardt, qui dut gagner la confiance des tribus locales en se déguisant pour arriver à pénétrer sur le site.

Un peu d’histoire : La tribu arabe des Nabatéens arriva dans la région autour du VIe siècle av.JC. Ces marchands organisèrent le contrôle du commerce des épices et de l’encens. Pétra compta jusqu’à 30 000 habitants. Dès l’an 106, les Romains s’emparèrent du royaume nabatéen et continuèrent à l’aménager en y incorporant des éléments typiques des cités romaines (Voie à colonnades, thermes ..). En 363 et 551, deux séismes détruisirent la moitié de la ville qui tomba dans l’oubli jusqu’en 1812. Les fouilles continuent toujours, car elle est loin d’avoir révélé tous ses secrets…

Pour éviter la foule (et les cars de touristes asiatiques …), nous nous lèverons de bon matin (6h30) et nous nous rendrons au centre d’accueil des visiteurs muni de notre Jordan Pass (très économique et très utile pour le visa et les visites des principaux sites).

Pour accéder au site, nous passons devant les blocs des Djinns (mot arabe signifiant « esprit »), puis nous empruntons le Siq, étroit défilé d’une longueur de 1.2km pris entre deux immenses parois et considéré comme un passage sacré. C’est sur le Trésor (Al-Khazneh) taillé à même la roche que débouche, en plein soleil, ce parcours sinueux. Ce mausolée est emblématique de Pétra. Il a été sculpté au Ier siècle av JC, atteint 43m de hauteur pour 30m de largeur. Pour les cinéphiles, le film Indiana Jones (n°3) a été tourné pour une partie sur ce site !
C’est un réel émerveillement de se retrouver devant ce site dont nous avons tant entendu parlé ! Il y a vraiment une ambiance mystique et le site est réellement impressionnant par sa grandeur !!!

En continuant notre chemin (par la droite), nous passerons devant la rue des Façades, une quarantaine de tombes et d’habitations, puis admirerons le Théâtre (beaucoup d’émotions devant celui-ci …). Nous poursuivrons par la voie à colonnades, le Grand Temple et nous monterons les 800 marches jusqu’au Monastère (Al-Deir). Ce monument, qui rappelle le Trésor par son architecture, est bien plus imposant (50m de largeur pour 45 m de hauteur) .Quelle beauté ! Cela valait vraiment le coup de monter car nous avons des points de vue exceptionnels !!!

Sur l’ensemble des routes, des escaliers et chemins qui sillonnent le site, il y a de nombreux marchands qui vendent toutes les babioles (made in china ??) possibles. Nous pouvons comprendre que les jordaniens vivent du tourisme mais cela dénature malheureusement fortement le site (hein, Simon !)…

Après une halte au Monastère, nous redescendons et nous prenons le « High Place of sacrifice Trail » depuis Qasr al-Bint où nous ferons une halte pour pique-niquer. Ce trail d’1h30 est vraiment à faire, sans grande difficulté. Il permet d’avoir de nombreux points de vue époustouflants sur le site qui s’étend sur de nombreux hectares. De plus, on a pu admirer des formations rocheuses aux veines magnifiques ! Et pour notre plus grand plaisir, nous sommes quasiment tout seuls!

Dans le guide, il est écrit que le spectacle des tombes royales au coucher du soleil vaut vraiment le détour … ni une, ni deux on décide d’aller les voir. Le spectacle est vraiment grandiose quand on pense que celles ci ont été crées il y a 8 siècles avec les moyens rudimentaires qu’ils avaient à cette époque ! Pensant avoir fini la balade pour aujourd’hui, nous rencontrons une canadienne qui nous dit que le Al-Khubtha Trail est extraordinaire et que cela dure 20 minutes … bon, on y va … En fait, cela dure un peu plus longtemps (1h15 A/R) mais cela permet d’avoir une vue plongeante sur le Trésor !

Après ces 11h de balade, une pause est bien méritée dans le plus ancien bar du monde ! En effet, celui-ci est situé à l’intérieur d’un tombeau nabatéen vieux de 200ans. Nous prendrons un apéritif amélioré composé de jus de fruits et de nachos !

Après cette journée intense en émotions, nous rentrons fatigués à notre hôtel. Nous dînerons dans un restaurant très sympa « Al Wadi Restaurant » dans le centre de Wadi Musa.

18 février 2019 – La Mer Morte et la route du Roi

Après une nuit somptueuse, nous nous levons à l’aube (pas trop quand même, vers 8h00 …) car nous voulons profiter de nouveau d’une petite baignade dans la Mer Morte ! Nous nous enduisons d’une glaise qui rend la peau douce … (trop mignon !) et nous nous laissons flotter dans une sérénité des plus totales ! De retour à l’hôtel, nous prenons un petit déjeuner gargantuesque qui nous servira de déjeuner. On a adoré les pancakes !

Sur le trajet de notre hôtel jusqu’au site de Pétra, nous emprunterons pendant 5 h la route du Roi. Nous commencerons par la route panoramique de la mer morte (Dead Sea Pkwy) pour rejoindre Dhiban où nous aurons de magnifiques points de vue sur la mer morte, puis nous ferons une halte pour observer le Wadi Mujib, le « Grand Canyon » jordanien.

Puis nous nous arrêterons au château de Kerak où un guide local nous fera une visite éclair du site. En fait, Nadège était contente car nous avons pu ainsi photographier un « autochtone » avec le foulard rouge et blanc jordanien. La forteresse légendaire (construction en 1142) qui domine la ville a vu se succéder les batailles entre les croisés (francs) et les armées musulmanes de Saladin. Aujourd’hui l’un des plus célèbres châteaux croisés, il n’était alors que l’une des nombreuses forteresses de la longue ligne fortifiée par les Francs, qui s’étendait d’Aqaba, au sud, jusqu’à la Turquie au nord.

Nous continuerons ensuite vers le château de Shobak. Sur la route, après les 23°C de la région de la mer morte, la neige et le vent s’invitent sur notre chemin. Visibilité difficile et petit stress ! Sur la route, de nombreux villages qui présentent peu d’intérêt (comme la plupart des villes de Jordanie) hormis les boucheries, où nous pouvons voir toutes les parties d’une vache découpée … Top!

Nous arriverons trop tard pour la visite du château de Shobak, que nous n’apercevrons que de l’extérieur. Nous arriverons en fin de soirée à notre hôtel dans la ville de Wadi Musa, proche de l’entrée du site de Pétra.

16 au 17 février 2019 – Amman, capitale de la Jordanie

Nous sommes partis de l’aéroport de Charles de Gaulle le 16 février en milieu d’après midi sans une certaine excitation de reprendre l’avion. Nous arrivons à l’aéroport d’Amman en soirée après 4h30 de vol. Après avoir passé les formalités habituelles (Visa, retrait d’argent et location voiture), nous prenons la direction de notre hôtel en plein coeur d’Amman, hôtel modeste, mais pour une nuit, cela ira bien …

Réveil tranquille le matin, et après un petit déjeuner, nous prenons la route pour la visite de la Citadelle. Merci encore à Tom Tom (qui a un peu de mal tout de même avec la langue arabe pour se retrouver …). Les jordaniens conduisent comme dans beaucoup de pays du sud ; c’est celui qui est le plus fort ou le plus gros qui passe en premier.

La ville d’Amman est une ville jeune de 3.5 millions d’habitants typique des villes arabes : rien n’est tout à fait terminé et la ville n’est pas à proprement (au sens propre et figuré) parlé très belle. Par contre, la visite de la Citadelle et du Théâtre Romain sont à faire. Le point de vue depuis le sommet du djebel al-Qala’a (850m), où se situe la Citadelle, permet d’avoir un joli point de vue sur l’ensemble de la ville.

Avec plaisir, nous déambulerons dans les quartiers animés de la ville, à travers les différents souks, et finirons notre balade devant la mosquée du roi Hussein.

En fin de matinée, nous prendrons la route pour Madaba à 1 h d’Amman. La ville commerçante de Madaba est avant tout réputée pour ses mosaïques byzantines. La plus célèbre d’entre elles, que nous observerons, est la carte qui orne le sol de l’église Saint Georges. Cette carte servait à l’origine à aider les pélerins à s’orienter en Terre Sainte.

Après un petit repas dans une pizzéria (pas très local mais bon ..), et une petite balade dans les quartiers de Madaba, nous prenons la route pour le Mont Nébo (820m), lieu d’où Moïse aurait aperçu la Terre promise, dont Dieu lui aurait interdit l’accès. Il y serait mort à l’âge de 120 ans et aurait été enterré dans le secteur. Nous avons pu visiter le mémorial de Moïse ainsi que l’église.

En fin d’après midi, nous nous dirigeons vers notre hôtel « Le Marriot » au bord de la Mer Morte. Après un contrôle de sécurité renforcé (ouverture du coffre, regard avec un miroir sous le bas de caisse …), nous découvrons ce magnifique hôtel avec de multiples piscines : trop la classe !!!

Nous nous dépêchons pour nous rendre à la mer morte, mer à -415 mètres en dessous du niveau de la mer et extrêmement salée. De drôles de sensations et une expérience surprenante de flotter sur cette mer !


18 au 21 août – Venise, et son flot de touristes !

Après 2h30 de route, nous arrivons à l’aéroport Marco Polo de Venise où nous laissons notre bolide ! (avec certes une petite appréhension, car nous l’avions légèrement poquée, mais ni une, ni deux, je t’embrouille et c’est passé !). Nous prenons le Water Boat jusqu’à l’arrêt Fondamenta Nove. Après un repas qui ne restera pas dans les annales (surtout pour Simon …), nous prenons possession de notre appartement dans le quartier Cannaregio près de l’église Dei Santi Apostoli ; superbe appartement en duplex avec tout le confort au troisième étage et vue sur les toits de Venise !

Nous profiterons de ces trois jours pour déambuler dans les rues de Venise et découvrir les différents quartiers. Nous visiterons la Basilique, le Campanile (tour de 99 mètres de haut – nous la voyons depuis notre appartement) et le Palais des Doges. La chaleur étant étouffante, nous nous baladerons les matins et les fins d’après-midi ; entre les deux, nous profiterons de la climatisation de notre appartement pour mettre à jour le blog (pour les parents), regarder de multiples vidéos (pour les enfants) et préparer la rentrée de Simon (pour Simon et Nadège).

Nadège et Erwan ont retrouvé le plaisir de marcher dans les nombreuses ruelles et le long des canaux (nous étions déjà venus à Venise pour les 40 ans de Nadège) mais le flux des touristes est tout de même beaucoup plus important à cette saison. Que de touristes !!! (d’accord, on en fait partie, mais tout de même !!!)

Un petit séjour agréable dans cette magnifique ville !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A quoi sert le Nickel?

Le symbole du nickel est « Ni », il est généralement utilisé comme abréviation pour désigner le nickel.
Le nickel est un métal peu connu du grand public car il est rarement utilisé pur. Le nickel est pourtant indispensable à notre vie quotidienne! Ce métal, doté de riches propriétés et recyclable à l’infini, est en effet principalement utilisé pour l’élaboration d’acier inoxydable ou « inox ». Il peut aussi être utilisé dans des alliages (superalliage, alliage nickel-fer…).
Le nickel est utilisé pour :
  • Fabriquer des équipements ménagers, des appareils électroménagers, du matériel pharmaceutique et chirurgical car, vu qu’il ne rouille pas, il est plus pratique!
  • Construire des bâtiments, des constructions. L’usage de l’inox est ici retenu pour ses propriétés esthétiques, son faible coût d’entretien et sa durée de vie.
  • Elaborer toutes sortes de moyens de transport (carrosserie de train…).
  • Faire des revêtements de métal pur. Il procure alors un aspect brillant et a une bonne résistance (revêtement de robinet…).
  • Faire des batteries rechargeables de téléphones, d’ordinateurs portables, d’automobiles électriques…
  • Fabriquer les pièces de monnaies dans de nombreux pays (ce qui était le cas du franc français).

La Nouvelle-Calédonie est une grande productrice de nickel. Elle produit 25% du nickel mondial. En ce moment, le prix du nickel est bas ce qui entraîne des difficultés économiques.

Nous avons pu voir deux des trois usines de nickel présentes en Nouvelle-Calédonie.

 

Jour 349 à 355 (22 au 28 juillet) – Nouméa, notre première semaine !

Nous arrivons le 21 juillet sur la Grande Terre surnommée « le Caillou »  en fin d’après midi. Après avoir récupéré notre voiture (Citroën Berlingo, s’il vous plaît ! Et conduite à droite (un peu de mal à s’y réhabituer depuis le temps !)), nous découvrons notre 111ème et dernier logement à Dumbéa ! (snif !..) Cela fait quand même un logement tous les 3,28 jours sur un an ! La vue de la maison sur la baie de Dumbéa est splendide !

Le week-end, nous resterons tranquilles avant d’aller visiter le centre de Nouméa le 24 juillet. Au programme : visite de la place des Cocotiers, visite du musée de la ville qui relate l’histoire de Nouméa (intéressant !) et balade autour du port Moselle avant de gagner la presqu’île de Nouville et ses vestiges du bagne. Nous finirons la journée en montant au fort Tereka d’où nous aurons une belle vue sur l’anse Kuendu.

Le 25 juillet, nous irons randonner dans la parc de Dumbéa le long de la rivière (2h).

Le lendemain, nous irons visiter le Parc Provincial de la Rivière Bleue, sans Simon qui s’est fait mal au tendon d’Achille (rien de trop grave, heureusement !). Nous découvrirons la faune et la flore de ce parc très bien entretenu dont le célèbre cagou, oiseau emblématique de la Nouvelle Calédonie (espèce protégée en voie de disparition), et un arbre millénaire, le grand Kaori. Nous pourrons observer la forêt noyée avec des troncs « argentés » qui émergent au milieu des eaux bleues d’un lac de retenue. Nous avons effectué quatre petites randonnées. Ce fût une très belle journée !

Les températures sont plutôt agréables autour de 25°C. Par contre, il fait nuit vers 18h ! Eh oui, nous sommes en hiver dans l’hémisphère Sud.

Après avoir découvert la baie des Citrons et l’Asnse Vata, où Erwan s’est baigné, le 27 juillet; nous prenons le lendemain la direction de Thio et de la Côte oubliée. Nous admirerons de très beaux paysages avec de magnifiques couleurs et nous profiterons de la plage de Port Bouquet ! Nous n’avons quasiment croisé personne (et surtout aucun touriste !).

Encore de belles découvertes pour la semaine à venir … A suivre. Rassurez vous, Simon est de nouveau sur pied!


Jour 345 à 348 (18 juillet au 21 juillet) – L’Ile des Pins, petit coin de Paradis !

Après 8h15 de vol, nous arrivons à l’aéroport international La Tontouta de Nouméa. Après une nuit de transit, nous reprenons l’avion en début d’après midi pour l’Ile des Pins.

Celle-ci a été découverte par James Cook (encore lui !) en 1774. Il la baptisa ainsi en raison des grands pins qui longent le littoral. En 1800, des missionnaires débarquent sur l’île avant qu’elle ne soit transformée en colonie pénitentiaire par la France en 1872. (Le bagne fermera en 1911)

Nous logerons dans un chalet au milieu d’un parc sur la baie de Kanuméra. Trop beau ! Après les grosses chaleurs du Japon et d’Asie, nous apprécions de retrouver des températures plus respirables (voire un peu trop fraîches pour certaines …)

Le 19 juillet, nous montons à pied au Pic N’ga (277 m) qui nous offrira un magnifique panorama sur l’île et ses lagons. L’après midi, Jeanne sera la première à voir une magnifique tortue en snorkeling dans la mer de la baie où nous logeons. Nous profitons des joies de la plage et de la baignade (pour les moins frileux !).

Le lendemain, nous louons une voiture pour faire le tour de l’île, sous un temps plus mitigé : vestiges du bagne, cimetière des déportés, grotte de la Troisième et les différentes baies dont la baie St Maurice et ses statues de bois. Nous randonnerons de la Baie d’Oro à la Baie d’Upi.

Le 21 juillet, sous un beau soleil, nous nous baladerons le long des baies de Kanuméra et de Kuto et profiterons des joies de la plage et du kayak avent de reprendre l’avion en fin d’après midi pour Nouméa.

Nous avons passé quelques jours idylliques sur cette île ! Cela nous a tout de même fait bizarre d’entendre parler français (cela faisait 6 mois ; c’était en Polynésie) et de voir beaucoup de nos concitoyens ! Il va bien falloir s’y habituer ….

Jour 339 à 344 (12 juillet au 17 juillet) – Kyoto, suite !

Nous poursuivons notre immersion dans la culture japonaise, où tout n’est que retenue, apparence et calme ! Nous trouvons cela très agréable en tant que voyageurs mais ne pouvons nous empêcher de penser que cela ne doit pas toujours être drôle d’y vivre et travailler !

Le 12 juillet, nous visitons le Tofuku-ji Temple, fondé en 1236. L’ensemble compte 24 temples et est surtout connu pour ses magnifiques jardins zen ! Nous rejoindrons ensuite, à 20 minutes à pied, le Fushimi inari-taicha. Il s’agit d’un sanctuaire shintoïste bâti au 8ème siècle par le clan Hata qui le dédia aux divinités du riz et du Saké (hips !). Nous avons parcouru un sentier de 4 kms qui serpente jusqu’au sommet en passant par des centaines de Toriis oranges. Les renards sculptés seraient les messagers d’Inari, déesse de la croissance du riz. Ce fût une très jolie balade à travers tous ces Toriis ! Plus nous montions, moins nous étions nombreux … Les touristes chinois ne montaient pas (pas vraiment sportifs !) par contre nous avons croisé de nombreux français ! (Vive le Sport !)

Le soir, nous irons assister à un spectacle d’arts traditionnels japonais au Gion Corner : cérémonie du thé, harpe, danse de geisha, marionnette, théâtre. Regardez la tête des enfants … Ils sont fans ! Nous terminons cette journée en dégustant du boeuf de Kobé (vendu par 50g) ! Un délice …

Le lendemain, direction les villages de Kibune et Kurama, à 1h de train, dans les montagnes au nord de Kyoto. Nous avons marché du petit village de Kibune (où se trouvent des restaurants dont les planchers surplombent la rivière) jusqu’au village de Kurama par le chemin de crêtes du mont Kurama. Tout au long de ce sentier, nous avons vu différents sanctuaires avant d’arriver au temple Kurama Dera. Promenade tranquille. Le midi, déjeuner typiquement japonais (nouilles et riz-omelette) … bof !

Le 14 juillet, nous découvrirons le marché de Nishiki (en plein centre de Kyoto) avec de nombreux étals de nourriture locale, certains très étranges ! Nous avions laissé les deux garçons faire les boutiques et lorsque nous les avons retrouvés, sous prétexte d’un interview, ils étaient au milieu de trois jeunes et jolies japonaises ! (dignes fils de leur père !)

Nous nous mêlons ensuite aux japonais en kimonos pour assister à la préparation de la fête Gion Matsuri, un des trois grands festivals du Japon.. Cette fête fut instaurée en 869, comme un rite pour lutter contre la peste et autres catastrophes naturelles qui ravageaient la région. Nous pourrons admirer de nombreux chars (33 au total), qui représentent les différents quartiers de la ville. Que de monde ! (trop pour nous !)

Le 15 juillet, nous prenons le train direction la ville de Nara. Pas toujours facile de s’y retrouver pour acheter les billets de train et pour prendre le bon train …. A Nara, nous déambulerons dans le parc Nara Köen au milieu de ses habitants : les daims, qui ont le statut de trésors nationaux.

Nous admirerons la pagode Kofuku-ji, le temple Todai-ji et son grand bouddha ainsi que le temple Nigatsu-do avant de visiter le jardin Isui-en et le musée d’art Neiraku. Journée tranquille qui mérite le déplacement.

Le lendemain, les temples ont eu raison des enfants, qui décideront de rester tranquilles. Nous irons nous balader le long du chemin des philosophes.  Nous croiserons de nombreux temples dont le Nanzenji Temple et son aqueduc ainsi que le Ginkakuji (temple d’argent). Sur le chemin du retour, nous serons poussés par l’orage à une pause au sanctuaire Heian Jingu Shrine.

Il sera ensuite temps de préparer les sacs pour un départ le lendemain à 7h, direction l’aéroport du Kansai à Oaska, pour un vol vers la Nouvelle Calédonie, dernière étape de notre tour du monde !

Petit résumé d’histoire sur le Japon!

Le Japon, (aussi appelé Pays du Soleil Levant) est un pays d’Asie dont la capitale est Tokyo. Le Japon est habité par environ 127 millions de japonais.

La préhistoire japonaise commence avant le IXe millénaire. Dès 7 500 av. J.C., le Japon connait une civilisation de chasseurs-pêcheurs-cueilleurs pratiquant la poterie. Au IIIe siècle av. J.C., le Japon est envahi par des peuples venus de Corée et de Chine du Sud qui apportent la culture du riz. Au IIIe siècle, de nouveaux envahisseurs venus de Corée dominent le Japon. Ils apportent le bouddhisme et l’écriture chinoise.

Du milieu du XIe siècle à la fin du XIIIe siècle, les Japonais commencent à accepter la présence des Chinois. Du début du XIe siècle au milieu du XIVe siècle, une classe militaire (les daimyos et les samouraïs) apparaît et s’impose. A côté de l’empereur, réduit à un rôle religieux, les grands clans (familles possédant des terres et des vassaux en grand nombre) se partagent le pays et se disputent le gouvernement ainsi que le titre de Shogun. Se sont les Fujirawa (jusqu’à 1185) puis les Hojo qui font face avec succès à des tentatives d’invasion chinoise (1274 et 1281). A partir de la fin du XIVe siècle, pendant le gouvernement des Ashikaga, les seigneurs s’emparent du pouvoir et se font des guerres continuelles.

A partir du milieu du XVIe siècle, trois dictateurs successifs arrivent à éliminer les grands seigneurs et à unifier le Japon. A cette époque, les européens abordent le Japon et tentent d’y implanter le catholicisme. Les shoguns Tokugawa, qui ont dirigé le Japon de 1600 à 1867, ferment le pays aux influences européennes et stabilisent la société par un système féodal. Cependant, dès le début du XIXe siècle, la pression des Occidentaux se fit plus forte. En 1853, les Américains obtiennent par la force l’ouverture de certains ports japonais. Cette capitulation face aux étrangers provoque la colère du peuple japonais qui renverse le shogun en 1867. L’ empereur Mitsu-Hito prend alors le pouvoir. C’est le début de l’air Meiji qui va moderniser le Japon.

En 1940, le Japon essaie de prendre le contrôle de certains pays comme l’Indochine française, et menace la Birmanie et l’Indonésie néerlandaise. Cela inquiète les Etats Unis qui vont tenter de freiner l’expansion japonaise dans le Pacifique. L’attaque surprise des japonais contre la base aéronavale américaine de Pearl Harbor, dans les îles Hawaï, le 7 décembre 1941 plonge les Etats Unis et les Japonais dans une guerre. Profitant de la paralysie provisoire des Etats Unis, le Japon continue ses conquête en s’attaquant à l’Australie et aux Indes Britanniques. Mais à partir de la bataille de Midway (juin 1942) et de la bataille de Guadalcanal (août 1942), les Etats Unis commencent à repousser lentement et très difficilement les japonais vers leur archipel. Le Japon ne semble quand même pas décidé à arrêter la guerre. Les Américains lancent alors deux bombes atomiques sur le Japon (Hiroshima le 6 août 1945 et Nagasaki le 9 août 1945). L’empereur du Japon ordonne la capitulation qui a lieu le 2 septembre 1945.

A la fin de la guerre, l’économie japonaise, dévastée, connut une inflation galopante. Un programme de reconstruction fut mis en place et la fin des années 50 fut marquée par la prospérité économique et une croissance rapide.

Jour 333 à 338 (06 juillet au 11 juillet) – Kyoto, immersion dans la culture japonaise !

Après 1h30 de bus et 2h à bord du super train japonais « le Shinkansen » à plus de 300km/h, nous arrivons à Kyoto en milieu d’après midi. Nous rejoindrons notre appartement en bus où nous serons accueillis par nos hôtes. Bel appartement typiquement japonais (avec 2 chambres ! super luxe !) très bien placé dans le quartier de Gion.

Le 06 juillet, journée tranquille et balade dans le quartier des galeries commerçantes couvertes dont celle de Shinkyogoku. Sympathique !

Le lendemain, nous commençons notre découverte des Temples à Kyoto. Il y en a plus de 1000 ! Nous visiterons le Kiyomizudera Temple, érigé en 798. Il représente l’école du bouddhisme Hosso et se trouve dans le Sud Est de Kyoto sur les hauteurs. La ville de Kyoto est entourée de collines très boisées. Dommage que le bâtiment principal soit en rénovation ; malgré cela la vue était très belle et les pagodes oranges de toute beauté ! On sillonnera les quartiers traditionnels de Ninenzaka et Sannenzaka où se succèdent de nombreuses échoppes. Tout au long de notre séjour, la chaleur étouffante et humide nous obligera à ralentir le rythme ! On déjeunera au Breizh Café (même propriétaire que la crêperie de Tokyo) … toujours aussi bon !

Le 08 juillet, nous prenons le bus (très facile de se déplacer en bus à Kyoto) pour nous rendre au temple Kinkaju-ji. Ce temple bouddhique comprend le pavillon d’or, l’un des monuments les plus connus au Japon. Il s’agissait à l’origine en 1397 de la villa du shogun Yoshimistu (ceux qui ont joué à Soul Calibur sur la Dreamcast le connaissent bien !) que son fils a converti par la suite en temple.  Vraiment splendide !  Après 20 minutes de marche à pied, nous nous sommes rendus au temple Ryôan-ji, qui appartient à l’école zen Rinzai. Après la visite du jardin « humide », nous contemplerons dans une zen attitude le jardin sec, composé de 15 rochers qui représenteraient des écueils dans la mer. Où que nous soyons, nous ne pouvons en voir que 14 ! Erwan s’est évadé dans la contemplation des cercles concentriques, le reste de la famille est restée plus terre à terre …

Le lendemain, avec Jeanne habillée en kimono, nous nous dirigeons vers le temple Chion-in, à proximité de notre appartement. IL fut érigé en 1234 et il s’agit toujours du temple principal de la très dynamique école Jôdo et d’un haut lieu de pélerinage. Nous pourrons observer une cloche de 70 tonnes, la plus lourde du Japon ainsi qu’un cimetière japonais. Nous nous baladerons ensuite dans le parc Maruyama, où nous assisterons à un concert d’instruments traditionnels.

Le 10 juillet, nous visitons le jardin du Palais Imperial (pas transcendant) avant de nous rendre au Chateau Nijô-jô. Ce château construit en 1603 fût la première résidence officielle du premier shogun du clan Tokugawa et c’est aussi dans ce lieu que fût signé la fin du shogunat et la restauration du pouvoir de l’empereur en 1868. La visite fut très intéressante et la balade dans le jardin très agréable. Nous finirons la journée en visitant le Musée international du Manga … un peu décevant, cela ressemblait plus à une bibliothèque et nous n’avons pas appris grand chose !

Le lendemain, après 1h de bus pour nous rendre à l’ouest de Kyoto, nous arrivons dans le quartier d’Arashiyama où nous visitons le temple bouddhique Tenryu-ji. Pas fou, fou pour le temple mais je jardin est vraiment joli ! Nous irons ensuite découvrir la célèbre bambouseraie. Mystique et envoûtant ! Nous ferons un petit tour dans Arashiyama avant de rentrer en milieu d’après midi. Nous pouvons observer dans les rues de Kyoto les chars en construction en prévision de la fête de Gion Matsuri qui va se dérouler en fin de semaine…

Les fins d’après midi, les enfants  travaillent ardûment et les parents se reposent (ou presque!). C’est beau la vie !

La suite de notre périple à Kyoto dans un prochain article …

 

Les origines de la Grande Muraille de Chine!

La grande Muraille mesure  5 000 km. En moyenne, la muraille mesure 6 à 7 m de haut et 4 à 5 m de large. Elle débute à la frontière entre la Chine et la Corée et va jusqu’au désert de Gobi. C’est la plus grande structure architecturale créée par l’homme, en longueur, en surface, et en masse.

La muraille de Chine est- elle visible depuis la lune? Contrairement à ce que l’on dit souvent, non, elle n’est pas visible à l’œil nu! Dans l’espace, la muraille de Chine serait comme un cheveu à 1 km. Il faudrait donc un appareil pour la voir…

Elle fut construite, détruite, reconstruite plusieurs fois et à plusieurs endroits entre le IIIème siècle avant J.-C et le XVIIème siècle pour défendre le côté Nord de la Chine. Elle fut d’abord construite avec du bois et de la terre puis ensuite avec des pierres. Pendant des siècles, la muraille fut en fait de simples tas de branches et de terre, la pierre fut utilisée seulement à partir du XVème siècle. La première muraille fut construite durant la dynastie Quin, au IIIème siècle avant J.-C, pour éviter les conflits avec les tribus voisines. Elle fut agrandie durant la dynastie Han sous le règne de l’empereur Wudi, afin de repousser les Xiongnu en Mongolie extérieur. Elle protégeait ainsi le trajet de la route de la soie. Les envahisseurs Mongols qui fondèrent au XIIIème siècle la dynastie Yuan contournèrent la grande muraille par l’Ouest. C’est pendant la dynastie Ming (XIVème au XVIIème siècle) que la muraille prend son allure actuelle.

Quelques petites anecdotes sur la Muraille:

  • Des études prouveraient que des morceaux de la muraille serait enfouis sous la terre ce qui augmenterait la taille du monument.
  • 10 millions de personnes sont mortes durant la construction de la muraille.
  • La grande muraille est une des 7 nouvelles merveilles du monde.
  • Elle est aussi classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Nous avons pu observer et marcher sur la Muraille de Chine durant quelques jours!

Jour 322 à 328 (25 juin au 01 juillet) – Tokyo, sur une autre planète !

Nous arrivons à Tokyo le 24 juin en soirée, notre vol ayant été retardé à Beijing pour des raisons météorologiques. Nous prenons le bus (conduite à gauche comme les anglo saxons) pour rejoindre le centre de Tokyo (2h00 de route) et après 10 minutes de marche, nous découvrons notre 105ème  logement. Nous sommes amusés par les « courbettes » des japonais qui saluent les clients à tout bout de champ.

Le 25 juin, après une matinée tranquille, nous nous dirigeons en métro vers le quartier d’Harajuku. Ce quartier est connu pour ses rues commerçantes et le street wear. Nous en profiterons pour acheter un kimono et les chaussures en bois assorties à Jeanne dans une petite boutique traditionnelle. De même, nous ferons quelques emplettes pour la famille dont des chaussures pour Simon au Nike Lab (nous reviendrons dans un prochain article sur l’histoire future de ces chaussures qui vont nous donner du fil à retordre …). Les garçons sont aux anges ! Le soir, après 15 jours de jeun, nous ferons des crêpes. Ô surprise, nous avons acheté du sel au lieu du sucre (rien n’est traduit sur les emballages contrairement aux autres pays ! ) ; nous mangerons donc des crêpes sucrées/salées.

Le lendemain, nous faisons la connaissance de Yosuke, qui va nous accompagner deux demi-journées à Tokyo pour nous faire découvrir la ville :

  • visite du sanctuaire Meiji-Jingu et découverte du shintoïsme, qui s’apparente plus à une façon de vivre qu’à une religion. Ce sanctuaire rend hommage à l’empereur Meiji et à son épouse, premier empereur restitué en 1868 à la tête du Japon, après l’abolition du Shogunat. Il a été construit en 1920 après sa mort. Yosuke va nous initier aux rituels avant de rentrer dans le sanctuaire (lavage des mains et de la bouche). A la sortie, nous verrons des tonneaux de saké faisant face à des tonneaux de vins français (Bourgogne), offerts par la France car l’empereur était amateur de ceux-ci.
  • Traversée du célèbre Shibuya Crossing, intersection la plus fréquentée du monde !
  • Balade dans le quartier de Shinjuku où nous déjeunerons (sushis au menu). Dans un dédale de stands de nourriture, après avoir salivé des présentations alléchantes, nous nous laisserons tenter par 5 éclairs au chocolat. La présentation est primordiale pour les japonais et ce, dans tous les domaines. Nous découvrirons aussi notre premier ascenseur de voitures !
  • Balade en voiture devant le siège du gouvernement de Tokyo et dans le Skyscraper disctrict.

Le 27 juin, nous irons visiter le Musée National de Tokyo (samourais, kimonos, estampes japonaises, katanas…) avant de nous balader dans le parc d’Ueno où nous verrons le Toshogu Shrine ainsi que la flamme d’Hiroshima, hommage aux victimes. Il existe au japon des bars à chats, à hérissons, à hiboux … et nous nous laisserons bien évidemment tentés par celui des chats !! (Merci à Jeanne et Nadège !) Lavage de mains et enfilage de chaussons obligatoires, serre tête avec oreilles de chat optionnel, paiement au temps passé… Nous entrons alors dans l’antre du paradis des chats ! Ils sont fous, ces japonais ! Nous aurons dans un cadre agréable et reposant le plaisir de caresser de très jolis chats de race. Cela s’appelle un bar mais il n’est pas obligatoire de consommer une boisson !

L’après-midi, nous déambulerons dans la folie du quartier d’Akihabara, célèbre pour ses salles de jeux d’arcade et ses mangas ! Nous pourrons observer de jolies demoiselles dans des tenues excentriques  faisant de la pub pour des magasins. Les ambiances des différentes quartiers de Tokyo sont vraiment très marquées !

Le 28 juin, nous retrouvons notre guide Yosuke pour nous diriger vers le quartier du Marché aux poissons. Nous visiterons le Temple Senso-Ji, temple bouddhiste et sa célèbre porte. La météo  nous fera rentrer un peu plus tôt. Pendant que les enfants se reposeront à l’appartement, Erwan et Nadège iront découvrir le musée de la Photographie dans le quartier de Yebisu.

Le lendemain, sous le soleil, nous montons en haut de la tour Tokyo Sky Tree (325 m). Nous déjeunerons dans un restaurant typiquement japonais. Il n’est pas  rare de croiser dans la rue des gens en kimono ! Nous prendrons ensuite le bateau pour une petite croisière jusqu’au quartier d’Odaiba. Nous nous baladerons dans les malls (qui sont omniprésents dans tout Tokyo !) puis nous visiterons le Musée national des sciences émergentes et de l’innovation. Un peu compliqué à comprendre mais la démonstration du robot Asimo a été bluffante !

Le 30 juin, nous voulions nous balader dans le jardin impérial mais il était fermé le vendredi. C’est la deuxième fois que l’on se fait avoir, la veille le parc Hama-Rijku fermait à 16h30 … On ira donc flâner dans Harajuku avant de manger au Breizh Café, où nous ferons la rencontre d’ Amaury, serveuse française expatriée. On se serait cru en Bretagne et les galettes étaient trop bonnes !!!! Nous serons surpris de ne croiser dans les restaurants que des femmes! En effet, les hommes sont encore au travail et les femmes, étant la plupart au foyer, sortent entre elles. La culture du travail est ici très marquée.

Quelques spécificités du Japon que nous vous faisons partager : les magasins n’occupent pas uniquement le rez-de-chaussée des immeubles (comme en France) mais il peut y avoir différents magasins sur tous les étages de l’immeuble…pas toujours évident de s’y retrouver ! Nous pensons faire importer des toilettes du Japon (ce sont les toilettes du futur !!) avec un panel de commandes que Jeanne a testé pour nous (cuvette chauffante, jets multiples, séchoir …). Ils sont forts ces japonais ! A l’entrée de certains magasins,  de jolies vendeuses s’égosillent avec un haut-parleur pour attirer les clients ! Les Japonais sont très respectueux sur les règles de vie ; c’est plutôt agréable comparé à la Chine mais peut-être parfois un peu, beaucoup ?!

Le 01 juillet, nous prenons le train pour Kawaguchico, ville proche du Mont Fuji. Le trajet sera long, surtout pour Erwan, mais on vous en dira plus dans le prochain article … A suivre !

 

Jour 315 à 321 (18 au 24 juin) – Connaissez-vous Beijing (Pékin) ?

Comme convenu, notre train arrive en gare de l’Ouest de Beijing à 4h05 du matin. Après 35 minutes de recherches infructueuses de notre chauffeur, nous appelons l’agence. Cinq minutes après, notre chauffeur accourt … nous supposons qu’il roupillait ! Direction notre guesthouse « Kelly’s Courtyard » au coeur des hutongs (nom donné aux habitations traditionnelles au coeur de Beijing). Nous nous reposerons quelques heures avant de commencer la visite de cette capitale ! Beijing que nous connaissons mieux en France sous le nom de Pékin, comprend 21 millions d’habitants (et probablement 40 millions avec les touristes et les saisonniers), a une superficie de la taille de la Belgique.

Roan (pas sûr de l’écriture), notre guide, nous emmène tout d’abord visiter le Temple des Lamas. Il s’agit du temple bouddhique tibétain le plus renommé hors du Tibet construit en 1694, qui était l’ancienne résidence de l’Empereur avant que celui-ci prenne ses appartements dans la Cité Interdite. Ensuite, nous nous dirigerons vers le Collège Impérial puis le Temple de Confucius. Ce dernier temple a été rénové avant les JO de 2008 comme beaucoup de monuments sur Beijing.

On observera de nouveau le nombre important de superstitions et symboles pour apporter bonheur, richesse, harmonie, longévité, bienveillance ….

Nous dégusterons une fondue du Sichuan (fines brochettes en bois avec un morceau de viande ou un légume cuits dans un bouillon épicé), avant d’assister à la cérémonie du thé à la Tour de la Cloche. Nous découvrirons en pousse-pousse les bords du lac Houhai (tous les lacs de Pékin sont artificiels) avant de visiter le Palais d’été et son jardin impérial. Nous avons passé une journée bien remplie et agréable sous le beau temps !

Le lendemain, après avoir changé d’hôtel (un petit couac de l’agence), nous partons nous balader, seuls, au milieu des Chinois. Après une séance de shopping dans les grandes enseignes (Simon adore !), une pause à « Paris Baguette » pour acheter notre pique-nique, nous nous rendons au parc Beihai, joli parc sur un îlot surmonté d’une pagode blanche. Hormis la nourriture, qui est bon marché, les prix se rapprochent de ceux que nous connaissons (immobilier, voitures, vêtements..). Ensuite, nous ferons le tour extérieur de la Cité Interdite, avant de traverser la place Tian Anmen. Au bout de 5h de marche, on décide d’expérimenter le métro. Trop facile et un très beau métro ! On le reprendra d’ailleurs le soir pour aller passer un moment dans le quartier animé près du lac Quianhai.

Nous nous échapperons les deux prochains jours pour aller randonner sur la Grande Muraille de Chine. On détaillera dans un prochain article notre expédition !

Le 22 juin, sous une pluie non-stop, nous continuons notre découverte de la ville : installations olympiques, puis musée de l’urbanisme (où nous ressentons la fierté des pékinois pour leur ville) après avoir goûté le fameux canard laqué. En fin d’après midi, nous assisterons à un spectacle du Cirque de Pékin. Trop bien ! Le soir, nous mangerons des raviolis, spécialité chinoise très répandue.

Le lendemain, nous débuterons par un tour sur la Place Tian Anmen avec ses bâtiments autour : la Maison du Peuple (équivalent de notre Parlement), la Musée national, le Mausolée de Mao, le Monument aux Morts sous forme d’obélisque au centre. Il s’agit de la plus grande place publique au monde (44 hectares). Elle est notamment tristement célèbre pour la répression des manifestations étudiantes en 1989.

Nous rentrons ensuite dans la Cité Interdite, ensemble palatial immense nommé ainsi car le peuple n’y avait pas accès. Il s’agissait de la résidence de l’Empereur et de sa famille, sous les deux dernières dynasties Ming et Qing. Elle a été construite entre 1406 et 1420. Nous sommes surtout marqués par l’immensité de l’ensemble (72 ha) mais un peu déçus car nous pensions trouvé un palais plus riche en ornements. En effet, malheureusement, la Cité a été pillée de nombreuses fois et il ne reste que les magnifiques bâtiments. Nous apprécierons davantage la vue d’ensemble depuis le sommet de la Colline du Charbon au Nord de la Cité interdite, colline artificielle qui était l’ancien lieu de stockage du charbon pour le chauffage des bâtiments de celle-ci.

On passera sous silence notre soi-disant déjeuner chez l’habitant (en fait, nous étions dans une maison hutong remplie de touristes … pas terrible !). L’après midi, nous visiterons le Temple du Ciel (emblême de Beijing) avant de profiter d’un massage à notre guesthouse … fous-rires des enfants garantis ! Très sympa !

Départ prévu le 24 juin à 7h, direction Tokyo!