12 & 13 août – Interlaken

Nous arrivons à notre appartement en milieu d’après midi. C’est le rez-de chaussée d’une grande maison qui se situe à Beatenberg, un village situé au dessus d’Interlaken.

L’après midi sera consacré à la logistique (Courses, lessives).

Le 12 août, journée tranquille. Quelques photos depuis notre maison :

Le 13 août, nous partons découvrir la ville.
Tout d’abord, un peu de culture …
Interlaken est une ville de villégiature traditionnelle dans la région montagneuse bernoise d’Oberland en Suisse centrale. Depuis le XIXe siècle, la région a d’ailleurs accueilli de nombreuses célébrités, à l’instar de l’écrivain Goethe, le musicien Mendelssohn ou encore l’écrivain Lord Byron. Construite sur une étroite bande de la vallée, entre les eaux couleur émeraude du lac de Thoune et du lac de Brienz, elle abrite de vieilles maisons en bois et des espaces verts de chaque côté de la rivière Aar. Ses montagnes environnantes, couvertes de forêts denses, de prairies alpines et de glaciers, comptent de nombreux sentiers de randonnée et de pistes de ski.

03 Novembre – Basilique St Pierre et Musées du Vatican

Le Vatican, séparé du centre historique par le Tibre, est le plus petit état souverain du monde (0.44 km²). Cette superpuissance spirituelle, artistique et touristique s’articule autour de la Basilique Saint-Pierre et abrite certaines des oeuvres les plus célèbres au monde. Nous avons été surpris car l’accès au Vatican est interdit et le Vatican est entouré de murailles.

Petite histoire du Vatican :

Etabli en vertu des acords du Latran en 1929, le Vatican est le vestige moderne des Etats pontificaux, fief papal qui régnait sur Rome et une bonne partie de l’Italie centrale jusqu’à l’unification italienne en 1861. C’est une nation indépendante dotée, en tant que telle, d’un Chef de l’Etat (le pape), d’un gouvernement et d’une armée (gardes suisses).

Le lien entre Vatican et chrétienté remonte au Ier siècle, lorsque Saint Pierre fur crucifié la tête en bas dans le cirque de Néron (à l’emplacement actuel de la place Saint Pierre). Au IVè siècle, pour commémorer cet évènement, l’empereur Constantin fit construire une basilique sur le site où le saint fut inhumé.

Pendant des siècles, la basilique Saint Pierre occupait le centre d’un quartier très peuplé, qui fut par la suite encerclé par les remparts. Comme la majorité du Vatican, il fut laissé à l’abandon pendant l’exil de la papauté à Avignon (1305-1378) et le Grand Schisme (1378-1417) où des papes rivaux gouvernaient à Rome et à Avignon.

La vie reprit ses droits au Vatican au XVIè siécle, à l’époque de la Renaissance. Saint Pierre fut alors remis en état et c’est au cours de la période baroque du XVIIè siècle que fut construite la place Saint Pierre.

Après 30 minutes d’attente (ce qui est peu, d’après ce que l’on nous a dit), nous suivons notre guide pour la visite de la Basilique Saint-Pierre.

Première église du monde catholique, la Basilica di San Pietro compte évidemment parmi les plus grandes, les plus riches et les plus spectaculaires cathédrales du monde (la plus grande est à Yamoussoukro en Cote d’Ivoire). Elle fut construite sur une basilique du IVè siècle et achevée en 1626 après 150 ans de travaux.

Achevée en 1612, l’immense façade de Carlo Maderno est dotée de huit colonnes de 27 m de haut et de 13 statues représentant le Christ, Saint Jean Baptiste et les 11 apôtres. La balcon central est appelé Loggia della Benedizione : c’est là que le pape donne sa bénidiction à Noël et à Pâques. (Urbi et Orbi …)

Intérieur de la Basilique

Au début du bas côté droit, la superbe Piéta de Michel Ange trône dans sa propre chapelle. L’artiste était un quasi inconnu de 25 ans lorsqu’il la sculpta en 1499.

Pietà de Michel Ange
Coupole de Michel Ange à 119 m de haut

C’est une magnifique cathédrale d’une richesse incroyable !

Après un petit tour autour des remparts du Vatican, et une pause déjeuner, nous nous dirigeons vers les Musées du Vatican.

Avec quelque 7 km d’expositions et plus de chefs-d’oeuvres que n’en compte beaucoup de petits pays, ce vaste musée constitue l’un des plus beaux ensembles artistiques du monde. Les temps forts de la visite sont la collection spectaculaire de statues classiques, la suite de pièces peintes par Raphaël et, bien entendu, la Chapelle Sixtine, peinte par Michel Ange. Le tout occupe les 5.5 ha du Palazzo Apostolico Vaticano, qui est aussi la résidence officielle du Pape.

Nous commençons par une exposition sur l’Egypte, puis les Etrusques et puis nous nous baladerons dans les nombreuses salles.

Nous passons la soirée chez la famille Banchetti pour un dernier repas et un Au-revoir.

Nous reprenons l’avion le lendemain matin direction Paris.

Ce fût un beau séjour dans une capitale à taille humaine qui nous émerveille à tous les coins de rue !

02 Novembre – Le Panthéon, la Villa Borghese et la Fontaine de Trevi

Comme nous voulions impérativement le visiter, nous sommes partis de bon matin pour visiter le Panthéon.

Bâti il y a 2000 ans, cet ancien temple transformé en église est le mieux conservé des édifices antiques de la ville. Il fut érigé en l’an 120 par Hadrien à l’emplacement d’un temple fondé antérieurement par Marcus Agrippa. Si, de l’extérieur, sa masse grise accuse son âge, passé les grandes portes de bronze, on ne peut qu’admirer sa gigantesque coupole, la plus grande du monde en béton armé. (Son diamètre de 43.30 m est égal à sa hauteur intérieure)

Usé par le temps, le portique monumental soutenu par 16 colonnes de 13m de haut est surmonté d’un fronton. Les deux portes de bronze, de 20 tonnes chacune, ont été restaurées au XVIè siècle.

Traduction : « Marcus Agrippa, fils de Lucius, consul pour la troisième fois, le construisit »

La lumière qui pénètre par l’oculus (le trou au centre de la coupole de 8.7 mètres de diamètre) accentue l’immensité de l’intérieur recouvert de marbre.

Par la Via del Corso, rue commerçante, nous atteignons la Piazza del Polpolo. Cette place impressionnante fur créée en 1538 afin d’offrir une entrée grandiose à ce qui était alors la principale porte nord de Rome. Elle a été depuis remaniée à plusieurs reprises. Au centre, l’obélisque de 36m fut rapporté d’Egypte par Auguste.

Nous traversons le parc de la Villa Borghèse et nous visitons le Museo e Galleria Borghese. Il renferme la « reine des collections privées » d’art baroque et Renaissance. Rassemblée par le cardinal Scipione Borghese dans sa somptueuse villa du XVIIè siècle, elle comprend les oeuvres de Caravage, de Raphaël et du Titien, ainsi qu’une série de sculptures de Bernin.

Nous repassons par le Parc de la villa Borghese. Il fut au XVIIè siècle la propriété d’un puissant cardinal et couvre aujourd’hui près de 80 hectares. Nous repassons par la Piazza Spagna puis la Fontaine de Trevi.

Puis nous finirons la journée par la Piazza Venezia et la Torre Argentina.

01 Novembre – La Via Appia Antica et les Catacombes

La Via Appia Antica est l’une des plus anciennes voies de Rome et fut l’une des voies les plus importantes pour accéder à la ville. La Voie Appienne allait à l’origine jusqu’au Brundisium, le Brindisi actuel dans le talon de la botte italienne. La voie pavée est nommée d’après le censeur Appius Claudius Caecus qui donna ordre de construire cette voie en 312 avant J.C. avec, à l’époque, le but principal que les troupes militaires puissent se déplacer plus vite lors de la Seconde Guerre Samnite, mais aussi pour améliorer le transport journalier de marchandises entre Rome et la Campanie. Cette route est aussi chargée d’histoire : c’est ici que 6000 esclaves rebelles, compagnons de Spartacus, furent crucifiés.

Pour cette journée, nous aurons la famille Banchetti, Stefano, Catia et Nicole, comme guides et qui nous accompagneront toute la journée.

Nous débutons par la visite de la Chiesa del Domine Quo Vadis. Selon la légende, Pierre demanda : Domine quo vadis ? (Seigneur, où vas-tu ?) Jésus répondit : Venio Roman iterum crucifigi (Je vais à Rome pour me faire crucifier de nouveau). Pierre l’accompagna avec réticence en ville, où il fût arrêté et exécuté. On trouve même dans l’église une pierre avec l’empreinte de St Pierre.

Après deux kilomètres, nous arrivons à la partie la mieux conservée de la Voie Appienne. Nous y trouvons aussi les vestiges du Cirque de Maxence, un ancien hippodrome. L’obélisque qui se tenait devant le cirque a été déplacé sur la Piazza Navona.

Dans un des bâtiments, le Mausoleo di Romolo, nous découvrons une exposition d’art.

Nous nous baladons sur la Via Appia et nous nous arrêtons pour déjeuner dans un restaurant en plein air.

Il existe diverses catacombes et tombes. Comme il était interdit à l’époque romaine d’enterrer les morts à l’intérieur des murs de la ville, on fit construire différents cimetières le long des sorties. Nous visitons l’un des cimetières souterrains, les catacombes de San Callisto ; à ce jour, 20 km de galeries ont été fouillés, et les archéologues y ont découvert quelque 500 000 sépultures, dont les tombes de sept papes morts en martyrs. Il est interdit de prendre des photos ….

La tombe la plus importante et la plus connue est celle de Cecilia Metella, située à 5 kilomètres en dehors de la ville. Elle était la fille d’un important général sous l’empereur César.

Nous avons passé une belle journée sous le soleil. Sans être guidés, nous ne serions probablement pas venus visiter cette partie de Rome, qui est pourtant très importante dans l’histoire de Rome. Grazie mille a la famiglia Banchetti !

31 octobre – La Rome Antique

Pour visiter les monuments principaux de Rome, il est impératif de réserver. Les tarifs sont plutôt élevés. Pour ce faire, nous avions pris en format dématérialisé la Rome Tourist Card. Il existe différentes formules de cartes selon vos attentes et vos besoins. Nous l’avions commandée sur www.tiqets.com.

De bon matin, et après 20 minutes à pied de notre appartement, nous sommes partis à la conquête du Colisée, monument mythique de Rome. A notre grande surprise, nous n’avons pas fait la queue et nous avons pu récupérer des audio-guides.

Appelé à l’origine amphithéâtre Flavien, le Colosseo, d’une capacité de 50 000 places, reste le plus impressionnant des monuments de la Rome antique. C’est ici que les gladiateurs s’affrontaient, parfois à mort, et que les condamnés étaient jetés en pâture aux fauves. Inauguré en l’an 80, il fut laissé à l’abandon après la chute de l’Empire, et servit par la suite de carrière de travertin et de marbre.

Les murs extérieurs du Colisée sont formés de trois niveaux d’arches superposés ponctués de colonnes. Ces murs étaient à l’origine couverts de travertin, pierre naturelle blanche. Les 80 arches d’entrée permettaient aux spectateurs de prendre place en quelques minutes. Le dernier niveau était doté de supports pour les 240 mâts qui soutenaient la toile tendue au dessus de l’arène. Il sont forts ces vendéens … on a le même au Puy du Fou et quasiment neuf !

L’arène était dotée d’un plancher en bois recouvert de sable pour éviter que les combattants ne glissent et pour absorber le sang répandu. Elle pouvait être mise en eau pour les simulations de combats navals.

Bien que ne faisant pas partie du Colisée, l’Arco di Constantino est un beau monument d’importance. Il fut érigé en 312 pour commémorer la victoire de Constantin sur son rival Maxence à la bataille du Ponte Milvio.

Nous continuons notre balade au Mont Palatin. Situé entre le Forum romain et le Circo Massimo, le Palatin séduit avec ses grands pins, ses ruines majestueuses et ses vues extraordinaires. C’est ici que Romulus aurait fondé la ville en 753 av JC et c’est là qu’habitaient les empereurs romains.

Plan du Mont Palatin – Colosseo et Forum Romain

Nous poursuivrons notre visite par le Forum Romain. Jadis au coeur du monde antique, le Foro Romano, grandiose ensemble de temples couverts de marbre et de basiliques n’est plus aujourd’hui qu’un champ de ruines, qui reste impressionnant. D’abord cimetière étrusque au VIIè siècle av JC, il est laissé à l’abandon à la chute de l’Empire romain.

Nous ressortons du Forum romain par la Via di Monte Caprino pour atteindre la Piazza del Campidoglio. Dessinée par Michel Ange en 1538, la place du Capitole est l’une des plus belles de Rome. La place est bordée par le Palazzo Nuovo et le Palazzo dei Conservatori où sont aménagés les musées du Capitole, et le Palazzo Senatorio, siège du conseil municipal. En son centre se tient une copie d’une statue équestre de Marc Aurèle. Juste à côté se trouve la célèbre statue de la louve nourrissant Romulus et Remus … cela nous rappelle nos livres d’histoire de notre enfance. (Elle est bien plus petite qu’on le pensait !)

Nous descendons par l’escalier la Cordonata jusqu’à la Piazza d’Ara Coeli. Nous irons visiter la Chiesa di Santa Maria in Aracoeli. Cette église romane du VIè siècle est le point culminant du Capitole. Son riche intérieur renferme plusieurs trésors, parmi lesquels un plafond en bois à dorures.L’oeuvre la plus célèbre reste toutefois sa statue en bois de l’enfant Jésus, à laquelle on prête des pouvoirs de guérison. (Ah religion quand tu nous tiens !…)

Nous rejoignons ensuite le massif édifice de marbre blanc Il Vittoriano. Il a été débuté en 1885 en l’honneur du premier roi d’Italie. Ce monument dédié à Victor Emmanuel II trône sur la Piazza Venezia.

Nous empruntons la Via Teatro di Marcello, en passant devant le Teatro di Marcello et atteignons l’Isola Tiberina. Avant de faire le tour de cette petite île qui se trouve entre les deux rives du Tibre, nous dégustons la fameuse « Gelato » italienne.

Une petite dernière pour la route : L’histoire de Romulus et Remus – Est-ce que cela vous intéresse ? …………….Oui ! (répondent-ils en coeur 😁👍) Comme vous insistez, je vous la raconte.

Selon la légende, Romulus et Remus seraient le fruit de la relation entre la vestale Rhea Silvia (jeune femme chaste choisie pour consacrer 30 ans de leur vie au Temple de Vesta) et Mars, le dieu de la Guerre. Condamnés à mort par leur oncle Amulius qui avait volé le trône d’Albe-La-Longue à leur grand-père, les enfants furent abandonnés sur les berges du Tibre. Ils furent découverts près du Palatin par une louve qui les nourrit, puis recueillis par un berger, Faustulus, qui les éleva.

Quand Rémus fut capturé par Amulius, son frère le libéra et tua le roi, ouvrant ainsi la voie à la fondation de leur propre ville. L’entente fraternelle fut de courte durée : les jumeaux s’opposèrent sur les limites de la nouvelle cité. Romulus finit par tuer son frère et s’attribua le mérite de la fondation de Rome le 21 avril 753 av JC.

30 octobre – Découverte à pied des quartiers de Rome

Nous partons de l’aéroport d’Orly (beaucoup moins cher que Nantes) le samedi 29 octobre en fin d’après midi. Nous avions acheté nos billets par le site « Supersaver » avec l’option « Enregistrement des billets ». Nous nous présentons au comptoir d’embarquement et Ô Surprise, nous ne sommes pas enregistrés … Heureusement, nous étions assez tôt et il restait 4 places. (Eh oui, pour ce voyage, Simon ne nous accompagne pas … sniff ! sniff !). En fait, après lecture des avis sur le site « SuperSaver », celui-ci n’est pas vraiment fiable ! A fuir …

Nous arrivons à l’aéroport Leonardo da Vinci (Fiumicino) vers 23h00 – nous prenons le taxi qui nous emmène directement à notre appartement qui est situé au 18, Largo Arenula en plein centre de Rome. Nous sommes accueillis par Bruno qui nous fait visiter l’appartement.

Le 30 octobre en fin de matinée, nous partons flâner à la découverte du centre ville de Rome.

Nous débutons notre balade par le Palazzo Spada, qui abrite une célèbre illusion d’optique : La Prospettiva de Bortomini. Ce qui semble être un long couloir de 25 mètres bordé de colonnes donnant sur une statue de taille humaine ne mesure en réalité que 10m de long et la sculpture est en fait une statuette.

Nous longeons ensuite la Via Giulia, qui est bordée de palais Renaissance et d’orangers en pots. A son extrémité sud, la Fontana del Mascherone représente un personnage du XVIIè siècle tout étonné de cracher de l’eau. A son extrémité nord se trouve la Chiesa di San Giovanni Battista dei Fiorentini.

Nous faisons un petit aller-retour sur le Ponte Vittorio Emanuele II pour admirer le Tibre et la vue sur le Chateau Saint-Ange.

Nous penons le temps d’admirer dans les nombreuses petites ruelles pavées les magasins typiques de l’Italie. Nous empruntons la Via di Panico puis la Via dei Coronari, célèbre pour ses ateliers d’artistes.

Nous atteignons la célèbre Piazza Novana. Avec ses superbes fontaines et ses palais, la Piazza Navona est la place emblématique du centre de Rome. Construite sur le Stadio di Domiziano (ancien stade dont on retrouve la forme allongée), datant du Ier siècle, elle fut pavée au XVè siècle et accueillit le principal marché de la ville durant près de 300 ans.

Autour de cette place se trouve l’ambassade du Brésil, et nous sommes le jour des élections pour les deux candidats Lula et Bolsonaro. Nous admirons les fervents supporters des deux camps.

Nous continuons notre promenade par la Via del Salvatore puis la Via Giustinian pour arriver devant le célèbre Panthéon. Malheureusement, nous ne pourrons pas le visiter aujourd’hui car le week-end, il faut réserver par internet. Ce n’est pas grave ; on reporte à un jour ultérieur. Un petit aperçu de l’extérieur du monument … Beaucoup de monde !

On continue notre balade dans les rues de Rome. On ne détaillera pas toutes les églises et chapelles car il y en a à tous les coins de rue. Rome est un musée à ciel ouvert ! Nous passerons par la Piazza Colonna où se trouve la Colonna di Mareco Aurélio, impressionnante par ses nombreux motifs sculptés et avec un accès intérieur pour monter. Sur cette même place se trouve le le Siège de la Présidence du Conseil des Ministres dans le Palazzo Chigi.

Après quelques centaines de mètres dans des petites ruelles, nous découvrons à la sortie d’un détour la fameuse Fontana di Trevi ! Et quelle claque ! Malgré la foule impressionnante, elle est vraiment grandiose et magnifique ! La beauté du lieu nous subjugue …

La Fontana di Trevi est la plus grande et la plus célèbre fontaine de Rome. Ensemble extravagant de personnages de la mythologie, de chevaux sauvages et de cascades, elle occupe tout un pan du Palazzo Poli (XVIIè siècle). Le nom de Trevi fait référence aux Tre Vie (trois rues) qui convergent vers la fontaine achevée en 1762.

Petite anecdote : La tradition veut qu’en jetant une pièce dans la fontaine, on s’assure de revenir un jour à Rome. près de 3000 € finissent ainsi dans la fontaine chaque jour ! Qui sont récoltés tous les jours par les services de la ville …

Après cette parenthèse enchanteresse, nous remontons jusqu’à la Piazza del Quirinale où se trouve le Palazzo del Quirinale, palais présidentiel italien. Durant près de 3 siècles, ce fut la résidence d’été des papes, avant d’être donnée en 1870 au nouveau roi d’Italie, puis en 1948 à l’ Etat italien. Nous empruntons ensuite la Via del Quirinale puis la Via delle Quattro Fontane, nom donné car au croisement des deux rues, se trouve des quatre côtés, quatre fontaines. La faim se faisant sentir, nous trouvons une pizzeria très locale, où nous mangeons bien sûr des pâtes et des pizzas !

Nous reprenons notre route et nous remontons la Via Sistina pour arriver à la Chiesa della Trinita dei Monti. De là, nous avons un très beau point de vue sur Rome. L’Eglise, dont la construction fut ordonnée par le roi Louis XII, fut consacrée en 1585.

S’élevant au dessus de la Piazza di Spagna, le monumental escalier de 135 marches de la Trinité des Monts a été conçu par Francesco De Sanctis, et construit en 1725 grâce à des fonds français.

Au pied de l’escalier, la Barcaccia (1627), une fontaine figurant une barque en train de prendre l’eau, est attribuée à Pietro Bernini. En face, la Via Dei Condotti, avec ses boutiques de grandes marques, fait figure de rue commerçante la plus chic de Rome. Une foule de folie !!

Après ce bain de foule, nous rejoignons le Ponte Cavour, que nous ne traversons pas et nous pouvons apercevoir le Palazzo Giustizia (Palais de Justice). Nous marchons sur les bords du Tibre, au calme. Après 20 kms de marche, nous rejoindrons notre appartement pour un repos bien mérité.

Le soir, nous irons retrouver Nicole, une jeune italienne que nous avons hébergé pendant 10 mois chez nous, et ses parents qui habitent près du quartier du Vatican. Nous passerons par le Ponte Garibaldi où nous apercevrons les jolies couleurs de l’Isola Tiberina. Nous passerons par le quartier de Trastevere, très joli quartier animé, et après 45 minutes de marche (quand on aime, on ne compte pas 😁😁), nous arriverons chez Nicole. De la terrasse de l’appartement, nous aurons une très belle vue sur la Basilique St Pierre.

Après une soirée sympathique, Stefano, le père de Nicole, nous ramènera en voiture et nous aurons droit à une petite visite guidée de quelques monuments « By night ».

24 au 26 août – Gênes (fr) ou Genova (it)

Nous partons de Quercia vers 10h et pensons nous arrêter à la petite ville de Portofino pour déjeuner. L’accès à la ville est fermé car le parking est complet. Compte tenu du monde qui semble vouloir y aller, nous reprenons la route pour Gênes. Nous arrivons dans le quartier de Boccadasse de Gênes, où se trouve notre appartement. Celui-ci est à 5 mètres de la mer, très bien situé dans le quartier animé.

Après un petit bain, nous passerons une soirée tranquille à regarder les gens flâner.

Un peu d’histoire :

Gênes, qui tient son nom du latin janua, de Janus, le dieu des Portes, fut fondée au IVè siècle av JC. Sa première enceinte fut érigée au XIIè siècle. La ville devient rapidement un port de commerce. Sa flotte, qu’elle prêtait à plusieurs puissances étrangères à l’occasion des croisades, lui conférait un tel pouvoir qu’en 1100, elle devint l’une des quatre républiques italiennes avec Pise, Venise et Amalfi. En 1284, Gêne remporte une bataille décisive contre Pise puis en 1298 contre Venise et étendit son empire jusqu’à la Mer Noire. Du XVIè siècle au XVIIè siècle, Gênes fut une « République marchande » qui prospéra en financant les expéditions espagnoles. La fin de l’ère des grandes découvertes et le déclin de l’importance commerciale de la Méditérranée sonnèrent le glas de l’expansion de Gênes. En 1684, Louis XIV fit détruire son port et la Corse fut cédée à la France en 1708. Au XXè siècle, la ville qui vit naître Giuseppe Mazzini (1805-1872), père de l’unité italienne, fut la première cité du nord de l’Italie à s’élever contre l’occupation nazie.

Le 25 août, nous partons découvrir la ville de Gênes. Nous marcherons pendant 1h depuis notre quartier le long de la Corsa Italia en bord de mer pour parvenir au centre historique.

Nous rejoignons Catia et Stefano, les parents de Nicole à la Piazza Ferrari.

Nous commençons par visiter le Palazzo Ducale, ancien siège du gouvernement de la république indépendante de Gênes et résidence des Doges. Puis nous continuons par la Chiesa dei Santi Ambrogio et Andrea, dans un style très baroque.*

Nous flânons dans les rues en passant par la porte Soprana, ancien vestige de la muraille, puis nous passons devant la maison de Christophe Colomb, natif de Gênes.

Nous nous baladons dans les ruelles de Gênes pour atteindre le port, qui a été entièrement rénové depuis une vingtaine d’années. Il abrite actuellement un des meilleurs musées maritimes et un des plus grands aquariums d’Europe.

Nous continuons notre visite dans les différents quartiers de la ville et nous traversons le Via Garibaldi où de nombreux palais ont été construits au XVIè siècle par les nobles de la ville. Les intérieurs sont somptueux et cette rue est classée au Patrimoine mondial de l’Unesco.

Nous finissons notre petit tour par le théatre en face de la Piazza Ferrari. Puis nous revenons à pied à notre appartement.

Pour notre dernier soir en Italie, nous dînons au restaurant « La Creuza de Ma » avec Nicole et ses parents pour goûter les spécialités de Ligurie, région où nous nous trouvons.

Nous concluons notre séjour en Italie par cette soirée, nous avons partagé de bien belles vacances !!! A renouveler sans modération …

23 août – Cinque Terre – Villages de Riomaggiore et de Portovenere

Le 23 août au matin, nous retrouvons Nicole et ses parents à la gare de la Spezia et nous nous arrêtons à Riomaggiore, dernier village des Cinque Terre que nous n’avions pas fait. Nous faisons une petite visite du village puis nous nous lançons pour une randonnée afin de rejoindre le village de Portovenere.

  • Randonnée de Riomaggiore à Portovenere
    • Longueur: 15 km – Durée: 5 heures – Difficulté: moyen – Péage: non

Nous commençons par une montée plutôt raide (comme chaque randonnée, me direz-vous ?) au milieu de pinèdes et de terrasses plantées de vignes et d’oliviers, pour arriver à l’église Santuario di Nostra Signora di Montenero après 1 h de marche. La vue est magnifique sur Riomaggiore et toute la côte des Cinque Terre.

Le sentier atteint la crête au col du Telegrafo. Le sentier parcourt ensuite cette crête vers l’est au milieu d’une végétation dense et variée: pins, chênes, bruyères. Après le village de Campiglia nous avons une vue panoramique exceptionnelle sur la mer avec les iles de CapraiaElbe et même la Corse. ( on n’a pas vu la Corse …)

Le chemin descend ensuite vers Portovenere, un très beau et authentique village qui nous a enchanté.

L’appel de la mer étant trop fort, nous prenons un petit bain avec quelques plongeons, bien sûr, avant de prendre le bateau pour la Spezia.

Encore une belle journée !

21&22 août – Cinque Terre – Village de Manarola

Compte tenu de notre expérience précédente (chaleur et foule à partir de 11h), nous changeons de stratégie. Nous décidons de prendre le train à 16h40 pour commencer notre randonnée vers 17h. Cela a plutôt bien fonctionné car il faisait un peu moins chaud et surtout il y avait très peu de monde.

Aujourd’hui, nous allons relier le village de Corniglia au village de Manarola. Nous avions prévu de prolonger jusqu’au village de Riomaggiore mais « les Dieux en ont décidé autrement » …

  • Randonnée de Corniglia à Manorala (via Volastra)
    • Longueur: 4 km – Durée: 2 heures – Difficulté: moyen – Péage: non

Comme la journée précedente, nous prenons le train à La Gare centrale de la Spezia et 10 minutes plus tard, nous débarquons au village de Corniglia. Nous commençons par la montée des escaliers pour atteindre le village puis nous entamons une pente assez raide jusqu’au sommet de la colline.

Après une bonne heure de marche, nous atteignons le village de Volastra, situé à 330 mètres d’altitude au dessus de Manarola. La vue est très belle! Des générations de paysans ont travaillé une montagne parfois très abrupte pour cultiver la terre en terrasses où sont plantés vignes, fruits et oliviers depuis des siècles.

Nous arrivons au village de Manarola et le village est probablement le plus pittoresque des 5 villages. Au coucher du soleil, les couleurs sont magnifiques.

Après concertation avec l’ensemble de la Team, nous nous arrêtons pour prendre un bain – l’endroit est propice aux plongeons – et nous passons la soirée dans le village. Nous dînerons au restaurant « Il Porticciolo » où nous avons probablement mangé les meilleures pizzas de notre existence ! Très belle soirée et de très bons souvenirs !

Le 22 août, nous profitons de la piscine et du cadre magnifique du hameau où nous séjournons.

18 août – Lucques (fr) ou Lucca (it)

En repartant de Pïse, nous décidons de nous arrêter visiter la ville de Lucques. Au moment de nous stationner, il y a eu un bel orage qui a rafraîchi nos ardeurs… Heureusement pour nous, cela n’a pas duré trop longtemps et nous sommes partis flâner à l’intérieur de la vieille ville. Tout d’abord un peu d’histoire,

Fondée par les Etrusques, Lucques devint une colonie romaine en 180 av JC, puis une comune (cité-Etat) libre au XIIè siècle; époque à laquelle elle connut la prospérité grâce au commerce de la soie. En 1314, elle tomba brièvement aux mains de Pise. Grâce à la poigne d’un aventurier, Castruccio Castranici degli Antelminelli, la ville retrouva rapidement sa liberté et demeura une république indépendante durant près de 5 siècles. En 1805; Napoléon 1er créa la principauté de Lucquès. Elle fut ensuite intégrée au royaume d’Italie. La ville ayant échappé aux bombardements de la Seconde Guerre mondiale, son centre historique est resté le même depuis des siècles. Elle est la ville natale du compositeur d’opéra Giacomo Puccini (1858-1924).

On commence notre petit tour par la Piazza Napoleone puis La Piazza San Michele.

Nous montons ensuite en haut de la Tour Guinigi, tour de 45 mètres de haut tout en briques rouges. La vue est magnifique sur toute le ville. Ce qui est impressionnant ,ce sont les 7 chênes verts plants dans un parterre de fleurs en U au sommet de la tour.

Nous rejoindrons ensuite la Piazza Anfiteatro, qui doit son nom à l’amphithéâtre qui se dressait à cet endroit à l’époque romaine. Nous déjeunerons dans un petit restaurant tout proche.

Nous finissons notre visite en redescendant par la Via Fillungo, rue commercante puis nous cheminons sur l’enceinte fortifiée pendant quelques centaines de mètres. La monumentale mura (remparts), édifiée autour de la veille ville aux XVIè et XVIIè siècle est presque parfaitement intacte.

17 août – Piazza dei Miracoli – Pise

Après un bref aperçu la veille, nous revenons à la Piazza dei Miracoli pour une visite plus approfondie. Nous avions réservé notre billet pour monter dans la Tour à 9h, le premier horaire disponible. Cela nous a permis d’éviter la foule et de pouvoir prendre le temps d’observer la ville de Pise d’en haut.

Après la fin de sa construction dans la seconde moitié du XIVè siècle, pendant 600 ans, la tour continua à s’incliner au rythme de 1 mm par an. En 1993, elle était penchée de 5.5 °. Des travaux ont alors été effectués pour redresser la tour à 5°, les experts assurent la survie de l’édifice pour les trois siècles à venir…

Nous continuons notre visite par le Baptistère. Celui-ci, à la forme circulaire inhabituelle, comporte deux dômes superposés (moitié en plomb, moitié en tuiles). Sa construction débuta en 1152 pour s’achever au XIVè siècle. A l’intérieur, la chaire en marbre hexagonale de Nicola Pisano est un véritable joyau.

Nous entrons ensuite dans le Camposanto. On raconte que la terre du Calvaire, rapportée par bateau des croisades, tapisse le sol de ce magnifique cimetière enceint de murs blancs, où reposent de nombreux éminents Pisans, dans le jardin du cloître. Au cours de la seconde guerre mondiale, l’artillerie alliée détruisit de nombreuses fresques du cloître.

Nous allons ensuite visiter Il Duomo (la cathédrale). Le magnifique duomo roman fut commencé en 1064 ; sa consécration date de 1118. L’édifice découpé en plusieurs niveaux, habillé de marbre vert et beige, est impressionnant. A l’intérieur, on découvre un vaste espace ponctué de colonnes et un plafond en bois doré. La construction fut financée avec le butin d’une bataille navale remportée contre une flotte arabe dans le port de Palerme en 1063. Pour marquer la victoire et symboliser l’hégémonie de Pise sur la Méditerranée, on bâtît ce qui devint alors la plus grande cathédrale d’Europe.

Nous finirons notre visite par le Museo delle Sinòpie. Ce musée conserve des fresques et plusieurs sinopies (ébauches de fresques). Ces dernières, réalisées au pigment rouge venant de Turquie, sur les murs du Camposanto aux XIVè et XVè siècles, servaient d’esquisses avant que les fresques ne les recouvrent.

Nous cheminons ensuite sur les murailles, ce qui nous permet d’avoir un autre point de vue sur la ville et la Piazza dei Miracoli. Nous resterons « tranquillo » l’après midi ,compte tenu de la chaleur.

Le soir, nous repartons faire une petite visite de la ville by-night.

16 août – Découverte de la ville de Pise

Le 16 août au matin, nous prenons la direction de Pise. Nous nous arrêtons le midi à la station balnéaire de Rapallo sur la côte méditérranéenne pour déguster une pizza. Nous re-découvrons la chaleur …

Nous reprenons la route pour découvrir notre nouvel appartement un peu à l’écart du centre historique de Pise. Très bel appartement avec la climatisation. Nous allons nous apercevoir que ce n’est pas un luxe ! (bon, un peu quand même !) La chaleur (32°) ne semble pas si forte mais le ressenti de chaleur humide est assez intense.

Après une petite pause, nous partons déambuler dans la ville et découvrir Pise. Un petit plan pour vous situer :

Nous habitons à l’est du quartier « San Francesco » par lequel nous entrons dans la ville historique.

Un peu d’histoire pour débuter :

Cité vraisemblablement héllenique à l’origine, Pise fut une importante base navale sous l’Empire romain et demeura un actif pendant de nombreux siècles. Du Xè siècle au XIIè siècle, Pise fut une république maritime indépendante et contrôla la Corse et la Sardaigne. Pise a été très souvent en conflit avec ses voisins, Gênes, Florence et Lucques. En 1406, lorsque Pise tomba aux mains de Florence, les Médicis encouragèrent les projets artistiques, littéraires et scientifiques et rétablirent l’université de Pise, qui reste célèbre aujourd’hui. C’est là qu’enseigna plus tard le plus célèbre natif de la ville, Gallilée.

Nous nous y baladerons puis nous traverserons la rivière « Arno » sur le pont Ponte della Fortezza pour atteindre le quartier San Martino. Nous passerons dans la rue commerçante (la clim à fond avec les portes grandes ouvertes … dur, dur de changer). Nous nous arrêterons devant une fresque « Tuttomondo » réalisée en 1989 par Keith Haring, artiste new-yorkais, ami d’Andy Warhol et de Basquiat. Le thème de l’œuvre est la paix et l’harmonie dans le monde et cela s’exprime par les trente figures colorées si caractéristiques, interconnectées et divisées. Tuttomondo témoigne de la passion de Haring pour la vie : un hymne à la joie qui est encore considéré comme son testament artistique aujourd’hui.

Nous passerons ensuite par le quartier « San Antonio » pour revenir à la rivière Arno. Nous nous arrêterons devant la Chiesa di Santa Maria della Spina, petite église à façade gothique. Cette dernière fut construite entre 1223 et 1230 pour accueillir la relique d’une épine de la couronne du Christ.

Nous longerons la rive gauche de la rivière Arno où de splendides « palazzi » de toutes les couleurs bordent le « lungarno » (quai).

Nous sommes alors dans le quartier « Santa Maria », où se trouvent les plus célèbres et les plus beaux édifices de Pise. Nous atteignons la Piazza dei Cavalieri. Cette place était le centre politique à l’époque médiévale qui fut transformée dans la deuxième moitié du XVIè siécle par Cosme 1er en siège du nouvel Ordre militaire des Chevaliers de Saint Etienne. Le Palais des Chevaliers ou de la Caravane est actuellement le siége de la Scuola Normale Superiore.

Nous continuons notre balade pour atteindre la fameuse Piazza dei Miracoli (ou Piazza del Duomo) où se trouve la très célèbre Tour penchée mais pas que …

La Piazza de Duomo fait partie, depuis 1987, du Patrimoine de l’Unesco. Elle constitue le centre artistique de Pise. C’est ici que se trouvent les principaux monuments religieux de la ville : La catrhédrale Santa Maria Assunta (construite de 1064 à 1118), le Baptistère (1152), le Camposanto Monumentale (1274) et le Campanile – la célèbre Tour penchée (1172 et 1275 – 56 mètres – 5° d’inclinaison)

Cathédrale et Campanile (Tour)

Et voilà, autentica qualità ! Une première approche de cette merveille, que nous visiterons plus en profondeur demain !

07&08 août – Annecy

Deuxième halte de notre périple : la Ville d’Annecy. Nous arrivons en milieu d’après midi et nous découvrons la très jolie ville du Vieux-Annecy, avec ses canaux et ses ruelles.

Nous longerons ensuite le lac jusqu’à la plage des Marquisats où nous prendrons un petit bain avant de nous sustenter au restaurant « Le Chalet » d’une merveilleuse tartiflette pour les 3 plus gourmands (les mêmes courageux qui se sont baignés) et un exquis risotto pour la dernière.
Le lendemain nous retrouverons pour déjeuner chez nos amis Elisabeth, Vincent et leurs deux enfants qui habitent à Seynod à quelques kilomètres d’Annecy.

05 au 06 août 2020 – Bourges

Sur le chemin des vacances, pour atteindre notre but « ultime » Chamonix, nous avons décidé de prendre notre temps et de faire deux haltes : la première à Bourges (destination qui à priori ne fait pas rêver et où ne nous viendrait pas à l’idée d’y passer des vacances) et la seconde à Annecy (qui vend un peu plus de rêves …).
Tout d’abord un peu de culture :
Ville d’art et d’histoire, Bourges est fière de ses monuments comme le palais Jacques Coeur ou la cathédrale Saint-Etienne – classée au patrimoine mondial de l’UNESCO – de ses rues anciennes et de ses maisons à colombages.
Ville de culture, Bourges est très attachée à sa Maison de la Culture, la première créée en France, et à son festival « Le Printemps de Bourges », créé en 1977.
Préfecture du département du Cher (18), et troisième ville de la région Centre, Bourges compte 66 500 habitants appelés Berruyers.

Arrivés vers 16h à Bourges, nous découvrons notre appartement situé à 10 minutes à pied du centre ville. Nous décidons de découvrir la ville en passant tout d’abord par les marais où poussent légumes et fleurs dans de nombreux jardins.

Nous déambulerons dans la ville pour admirer les maisons à colombages, la cathédrale Saint Etienne, ainsi que le Palais Jacques Coeur.
Petite histoire de ce marchand : Jacques Cœur était un marchand français, négociant, banquier et armateur. Il fut le premier Français à établir et entretenir des relations commerciales suivies avec les pays du Levant. En 1439, Charles VII le nomme Grand Argentier du royaume de France. Après avoir amassé une fortune considérable, sa réussite éclatante l’amène à la disgrâce : en invoquant diverses accusations, ses rivaux et ses nombreux débiteurs, dont le roi, provoquent sa chute en 1451.

A la tombée du jour, une animation « Les Nuits Lumières » permet aux passants de découvrir des projections sur 5 bâtiments notables de la ville. Le parcours est bien identifié par des lanternes bleues tout au long des rues et l’ours « Ursine » nous transporte d’un lieu à l’autre.

Le lendemain, nous nous promenons dans les nombreux parcs de la ville, puis visiterons l’intérieur de la Cathédrale Saint Etienne et enfin rentrerons par la Trouée Verte, chemin verdoyant qui relie le lac d’Auron au Centre Ville.

La Ville de Bourges nous a surpris par son charme médiéval et la richesse culturelle et historique de son Centre ville compte tenu de la taille de la ville. Nous avons eu plaisir à y passer deux jours pour débuter nos vacances …

07 au 10 août 2019 – Bergen

Arrivés le 06 août vers 22h à Bergen, nous marchons un quart d’heure pour rejoindre notre appartement où, après cette journée sportive, nous apprécions une bonne douche et un bon lit.

Après un réveil tranquille et un « gros » petit-déjeuner », nous partons découvrir la ville. Nous déambulons dans la ville à travers les différents quartiers. Nous commençons par nous balader le long des quais où nous admirons les maisons du fameux quartier de Bryggen, puis nous traversons le marché aux poissons (et légumes) et enfin le parc Bergenhus, où se trouvent la Tour Rosenkrantz (en travaux) et le Hakonshallen (salle de cérémonies).

Pour bien comprendre l’histoire de Bergen, nous visitons le Musée de la Hanse, le Schotstuene, qui est la reconstruction des salles communes où se rassemblaient jadis les marchands de la Ligue. Nous allons essayer de vous résumer l’histoire de la ligue Hanséatique qui est très importante dans l’histoire du commerce européen. Nous avons eu droit à une visite guidée par un Breton en français pendant 1h qui nous a permis de nous initier à la culture hanséatique.

Au XIIIè siècle, un groupe de commerçants allemands (Hanse signifie groupe en allemand), appelés Hanséates, arrivèrent à Bergen et créèrent un réseau commercial qui couvrait une grande partie de l’Europe ( 4 comptoirs Novgorod (Russie), Bergen, Londres, Bruges et 200 villes participantes). Grâce à la morue séchée provenant de la Norvège au Nord, Bergen devint la plus grande ville de Scandinavie au Moyen Age. Les conseils des villes hanséatiques avaient leurs propres règles et ne dépendaient pas des pouvoirs locaux. Ces hanséates étaient uniquement des hommes et avaient interdiction de fréquenter ou de se marier avec des femmes du pays.

Il y avait de nombreux apprentis (adolescents de 13, 14 ans) venus d’Allemagne qui pouvaient espérer finir gérants à force d’efforts et d’habileté. Leurs vies étaient très dures et tous les ans, pour espérer évoluer, ils subissaient des « bizutages » (fumée, eau, corde) où ils étaient battus. Seuls les plus forts résistaient et évoluaient !

Le quartier de Bryggen (célèbre pour ses bâtiments et maisons colorées en bois) était jadis le quartier commerçant animé des Hanséates , il est aujourd’hui inscrit au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Les 58 édifices couvraient 13000 m² et ont été régulièrement détruits par les différents incendies dont celui de 1702 qui ravagea 70% de la ville. Il n’en reste actuellement qu’une partie qui a été restaurée au cours du XXè siècle.

Ensuite, après une gaufre au chocolat belge, nous finissons notre journée en nous baladant dans les jolis quartiers de Bergen et autour de l’étang « Lille Lungegardsvann ».

Le 08 août, le matin, Erwan, Nadège et Jeanne vont visiter le Musée KODE 3 où l’on peut admirer des oeuvres du peintre Edvard Munch et de peintres norvégiens. Nous avons été touchés par celles de Munch. Il y a quatre musées d’art sous l’égide de l’institution KODE qui forment une des plus vastes collections d’art de Scandinavie.

L’après midi, nous montons par le funiculaire au Mont Floyen (320m) pour admirer la vue sur la ville de Bergen. Après une petite balade autour du lac Skomakerdiket, nous redescendons à pied à travers la forêt jusqu’au centre ville. Avant de rentrer, nous nous sommes baladés dans le quartier du Nordnes et le long des quais. Belles journées de découvertes !

Le 09 août, nous restons tranquilles le matin. On est en vacances tout de même ! L’après midi, nous finissons la découverte de la ville par la quartier du Nygardsparken. Nous récupérons la voiture (Superbe VW Passat tout équipée ! (surclassé)) et nous allons chercher Simon à l’aéroport de Bergen. Après 2h00 de retard (de nombreux orages en France), nous retrouvons l’enfant prodige !

Après un apéritif de retrouvailles, puis des crêpes, nous faisons découvrir à Simon la ville de Bergen. Nous voilà bientôt guides ! (une reconversion possible ?!) Sur la photo, Nadège touche la bosse « royale » de la morue, symbole de la ville de Bergen (Il paraît que cela porte bonheur et que cela exauce les voeux …)

Le 10 août, la pluie s’est invitée toute la matinée … bouh !! Nous décidons tout de même de faire quelques emplettes puis d’aller visiter la presqu’île à l’ouest de Bergen jusqu’à la ville de Hellesoy, à l’extrémité de l’île. Nous profiterons de faire une petite balade d’1h30 le long de la côte. Les paysages de granit et de bruyère nous font penser à la Bretagne …

02 au 05 août 2019 – Oslo, capitale de la Norvège.

Après avoir décollé de Nantes à midi, et une petite escale à Bruxelles, nous atterrissons à Oslo vers 17h. Nous empruntons pendant 30 minutes le train FlyToget qui relie l’aéroport à la gare centrale d’Oslo.

Nous prenons possession de notre appartement au 4ème étage près de St Olavs Pass à moins de 10 minutes à pied du centre ville. L’appartement est conforme à nos attentes, joliment décoré et avec tout le confort. Après le traditionnel repas du début des vacances (Pâtes carbonara), Erwan et Nadège vont se promener dans le centre ville puis le quartier portuaire d’Aker Brygge, réputé pour sa vie nocturne.

Le 03 août, nous entamons les visites des différents atouts de la ville à pied. Tout d’abord, nous déambulons dans le Slottsparken où nous pouvons admirer le Palais royal. Celui-ci a été construit de 1825 à 1849 et comporte 173 pièces. La famille royale y a résidé pendant de nombreuses années.

Ensuite, nous atteignons après 40 minutes le Vigelandsparken. Ce parc est célèbre pour son extraordinaire exposition de plein air du sculpteur norvégien Gustav Vigeland (1869-1943). Il compte 212 statues dont « Le Monolithe », oeuvre figurant les divers âges de la vie et mesurant 14 mètres. Elle nécessita le travail de trois tailleurs de pierre de 1929 à 1943. Du socle qui supporte la colonne, une série de marches est ponctuée de personnages illustrant l’éventail complet des émotions et des activités humaines. Nous avons bien aimé ces différentes représentations (même si parfois un peu étranges…). Au loin, nous apercevrons le tremplin de saut à ski de Lillehammer construit pour les Jeux Olympiques d’hiver en 1994.

Ensuite nous continuons notre périple vers la péninsule de Bygdoy où nous visitons le musée Vikingskipshuset, célèbre pour les deux coques de l’Oseberg et du Gokstad, bateaux vikings les mieux préservés au monde. Ces bateaux furent construits en chêne au IXè siècle, et étaient tirés à terre pour servir de tombes aux nobles. Ils ont pu ainsi être mis à jour à la fin du XIXè siècle. Instructif !

Nous prenons le ferry de Dronningen pour rejoindre le centre ville. Nous remontons l’artère principale, Karl Johans Gate, qui traverse la ville d’est en ouest, tout en profitant des différentes boutiques. Après cette bonne journée, nous rentrons nous reposer.

Le 04 août, pas trop de bonne heure mais de bonne humeur, nous reprenons nos excursions en commençant par la visite du quartier de Damstredet, connu pour ses anciennes maisons en bois typiques.

Puis nous ferons un petit détour par la cathédrale d’Oslo avant d’atteindre le célèbre Opéra. Il est la pièce centrale d’un programme de re-développement du front de mer ; la municipalité ayant l’ambition de transformer la ville en centre culturel de classe mondiale ! Son désign fait penser à un glacier flottant sur les eaux d’Oslo ou selon Nadège, à une navette spatiale. Il a ouvert en 2008 et on peut accéder facilement au toit terrasse qui offre une vue imprenable sur la ville.

Nous continuerons par la forteresse et le château d’Akershus. Ceux-ci ont été construit en 1299 lorsque Oslo est devenue la capitale de la Norvège afin de la protéger.

Nous finirons notre journée par la visite du fameux musée moderne Astrup Fearnley Museet. Décoiffant ! On n’a pas tout compris …. Un manque de sensibilité pour cet art ?

Le soir, nous irons dîner dans la pizzéria « Olivia » le long des quais d’Aker Brygge. Très sympa ! Nous avons beaucoup aimé cette capitale à taille humaine où il semble faire bon vivre…Qu’en est-il en hiver? Il faudrait y revenir car la ville doit avoir un tout autre visage…

Le 05 août, nous prenons le fameux train vers Bergen mais ce sera l’objet d’un autre article …

22 & 23 février 2019 – Le Wadi Rum et Aqaba

Après une bonne nuit, bien équipés, nous reprenons le 4×4 pour un trek de 3h près de la frontière de l’Arabie Saoudite. On pourra y observer des fossiles, quelques rochers aux formes particulières (Eléphant et tortue). Nous partagerons un thé improvisé avec 2 allemandes et leur guide (l’une d’elle étudiait l’arabe et l’Islam à Amman dans le but de travailler en Allemagne afin de faciliter l’intégration des turcs, échange très intéressant!). Nos deux guides nous improviseront une danse sur un rocher …

De retour au camp, nous déjeunerons (c’est un peu toujours le même repas sur le camp : de la viande et des salades) puis nous monterons à dos de dromadaires pour une balade d’1h dans le désert. On n’est pas trop fan !….

Nous retrouvons notre voiture et nous nous dirigeons vers notre hôtel « Lacosta Hotel » à Aqaba. Nous redécouvrons le plaisir de prendre une douche … En fait, nous ne nous étions pas lavés pendant notre séjour dans le désert : les douches étaient à l’air libre (température fraîche) et pas d’eau chaude. Vous comprendrez aisément que l’on peut s’en passer pour deux jours.

Aqaba est une petite station balnéaire sur les bords de la Mer Rouge. Elle se trouve à la frontière avec Israël. La ville a peu d’intérêts mais elle est proche de nombreux spots de plongée. La température est agréable et après le froid du désert, on apprécie.

Le soir, nous nous baladerons dans la ville sur la King Hussein Street (corniche) et nous dînerons dans un très bon restaurant sur la marina « Romero at Royal Yacht Club », le petit plaisir en terme de restauration de ce séjour.

Le lendemain matin, nous ferons un petit tour dans la ville en passant devant la mosquée Chérif Hussein Ben Ali, puis le long de la plage, devant le fort d’Aqaba (fermé quand nous y étions) avant de terminer par le souk aux fruits et aux légumes (Erwan s’est laissé embobiner et nous achetons du thé…! ). Comme toutes les villes de Jordanie, elles ne sont pas belles (en travaux perpétuellement) et un joyeux bazar (ou souk) y règne.

Nous irons ensuite au Sud d’Aqaba sur une plage publique où se trouve le spot de plongée Japanese Garden (En maillot, Nadège, se sent un peu, beaucoup regardée!). Malgré une température de l’eau assez fraîche, nous sommes allés explorer les fonds en snorkeling. Nous aurons eu un bref aperçu des fonds de la Mer Rouge (poissons et coraux!) mais il faudra revenir un jour pour en voir davantage en plongée…

Après un déjeuner au restaurant « Ali Baba », nous reprenons la route jusqu’à Madaba (4h de route) où nous dormirons pour notre dernière nuit. L’hôtel « Saint John Hotel » n’était pas terrible mais bon pour une nuit, on s’y fera (Hein, Nadège !).

Nous reprenons l’avion le 23 février direction Paris Charles de Gaulle. Et ainsi s’achève notre semaine. La Jordanie possède de très beaux sites inscrits à l’UNESCO et pour une semaine, c’est parfait. Les gens sont accueillants et souriants. On peut s’éclater en conduisant car c’est le bordel, ça a bien amusé Erwan !

18 février 2019 – La Mer Morte et la route du Roi

Après une nuit somptueuse, nous nous levons à l’aube (pas trop quand même, vers 8h00 …) car nous voulons profiter de nouveau d’une petite baignade dans la Mer Morte ! Nous nous enduisons d’une glaise qui rend la peau douce … (trop mignon !) et nous nous laissons flotter dans une sérénité des plus totales ! De retour à l’hôtel, nous prenons un petit déjeuner gargantuesque qui nous servira de déjeuner. On a adoré les pancakes !

Sur le trajet de notre hôtel jusqu’au site de Pétra, nous emprunterons pendant 5 h la route du Roi. Nous commencerons par la route panoramique de la mer morte (Dead Sea Pkwy) pour rejoindre Dhiban où nous aurons de magnifiques points de vue sur la mer morte, puis nous ferons une halte pour observer le Wadi Mujib, le « Grand Canyon » jordanien.

Puis nous nous arrêterons au château de Kerak où un guide local nous fera une visite éclair du site. En fait, Nadège était contente car nous avons pu ainsi photographier un « autochtone » avec le foulard rouge et blanc jordanien. La forteresse légendaire (construction en 1142) qui domine la ville a vu se succéder les batailles entre les croisés (francs) et les armées musulmanes de Saladin. Aujourd’hui l’un des plus célèbres châteaux croisés, il n’était alors que l’une des nombreuses forteresses de la longue ligne fortifiée par les Francs, qui s’étendait d’Aqaba, au sud, jusqu’à la Turquie au nord.

Nous continuerons ensuite vers le château de Shobak. Sur la route, après les 23°C de la région de la mer morte, la neige et le vent s’invitent sur notre chemin. Visibilité difficile et petit stress ! Sur la route, de nombreux villages qui présentent peu d’intérêt (comme la plupart des villes de Jordanie) hormis les boucheries, où nous pouvons voir toutes les parties d’une vache découpée … Top!

Nous arriverons trop tard pour la visite du château de Shobak, que nous n’apercevrons que de l’extérieur. Nous arriverons en fin de soirée à notre hôtel dans la ville de Wadi Musa, proche de l’entrée du site de Pétra.

16 au 17 février 2019 – Amman, capitale de la Jordanie

Nous sommes partis de l’aéroport de Charles de Gaulle le 16 février en milieu d’après midi sans une certaine excitation de reprendre l’avion. Nous arrivons à l’aéroport d’Amman en soirée après 4h30 de vol. Après avoir passé les formalités habituelles (Visa, retrait d’argent et location voiture), nous prenons la direction de notre hôtel en plein coeur d’Amman, hôtel modeste, mais pour une nuit, cela ira bien …

Réveil tranquille le matin, et après un petit déjeuner, nous prenons la route pour la visite de la Citadelle. Merci encore à Tom Tom (qui a un peu de mal tout de même avec la langue arabe pour se retrouver …). Les jordaniens conduisent comme dans beaucoup de pays du sud ; c’est celui qui est le plus fort ou le plus gros qui passe en premier.

La ville d’Amman est une ville jeune de 3.5 millions d’habitants typique des villes arabes : rien n’est tout à fait terminé et la ville n’est pas à proprement (au sens propre et figuré) parlé très belle. Par contre, la visite de la Citadelle et du Théâtre Romain sont à faire. Le point de vue depuis le sommet du djebel al-Qala’a (850m), où se situe la Citadelle, permet d’avoir un joli point de vue sur l’ensemble de la ville.

Avec plaisir, nous déambulerons dans les quartiers animés de la ville, à travers les différents souks, et finirons notre balade devant la mosquée du roi Hussein.

En fin de matinée, nous prendrons la route pour Madaba à 1 h d’Amman. La ville commerçante de Madaba est avant tout réputée pour ses mosaïques byzantines. La plus célèbre d’entre elles, que nous observerons, est la carte qui orne le sol de l’église Saint Georges. Cette carte servait à l’origine à aider les pélerins à s’orienter en Terre Sainte.

Après un petit repas dans une pizzéria (pas très local mais bon ..), et une petite balade dans les quartiers de Madaba, nous prenons la route pour le Mont Nébo (820m), lieu d’où Moïse aurait aperçu la Terre promise, dont Dieu lui aurait interdit l’accès. Il y serait mort à l’âge de 120 ans et aurait été enterré dans le secteur. Nous avons pu visiter le mémorial de Moïse ainsi que l’église.

En fin d’après midi, nous nous dirigeons vers notre hôtel « Le Marriot » au bord de la Mer Morte. Après un contrôle de sécurité renforcé (ouverture du coffre, regard avec un miroir sous le bas de caisse …), nous découvrons ce magnifique hôtel avec de multiples piscines : trop la classe !!!

Nous nous dépêchons pour nous rendre à la mer morte, mer à -415 mètres en dessous du niveau de la mer et extrêmement salée. De drôles de sensations et une expérience surprenante de flotter sur cette mer !


18 au 21 août – Venise, et son flot de touristes !

Après 2h30 de route, nous arrivons à l’aéroport Marco Polo de Venise où nous laissons notre bolide ! (avec certes une petite appréhension, car nous l’avions légèrement poquée, mais ni une, ni deux, je t’embrouille et c’est passé !). Nous prenons le Water Boat jusqu’à l’arrêt Fondamenta Nove. Après un repas qui ne restera pas dans les annales (surtout pour Simon …), nous prenons possession de notre appartement dans le quartier Cannaregio près de l’église Dei Santi Apostoli ; superbe appartement en duplex avec tout le confort au troisième étage et vue sur les toits de Venise !

Nous profiterons de ces trois jours pour déambuler dans les rues de Venise et découvrir les différents quartiers. Nous visiterons la Basilique, le Campanile (tour de 99 mètres de haut – nous la voyons depuis notre appartement) et le Palais des Doges. La chaleur étant étouffante, nous nous baladerons les matins et les fins d’après-midi ; entre les deux, nous profiterons de la climatisation de notre appartement pour mettre à jour le blog (pour les parents), regarder de multiples vidéos (pour les enfants) et préparer la rentrée de Simon (pour Simon et Nadège).

Nadège et Erwan ont retrouvé le plaisir de marcher dans les nombreuses ruelles et le long des canaux (nous étions déjà venus à Venise pour les 40 ans de Nadège) mais le flux des touristes est tout de même beaucoup plus important à cette saison. Que de touristes !!! (d’accord, on en fait partie, mais tout de même !!!)

Un petit séjour agréable dans cette magnifique ville !