Jour 345 à 348 (18 juillet au 21 juillet) – L’Ile des Pins, petit coin de Paradis !

Après 8h15 de vol, nous arrivons à l’aéroport international La Tontouta de Nouméa. Après une nuit de transit, nous reprenons l’avion en début d’après midi pour l’Ile des Pins.

Celle-ci a été découverte par James Cook (encore lui !) en 1774. Il la baptisa ainsi en raison des grands pins qui longent le littoral. En 1800, des missionnaires débarquent sur l’île avant qu’elle ne soit transformée en colonie pénitentiaire par la France en 1872. (Le bagne fermera en 1911)

Nous logerons dans un chalet au milieu d’un parc sur la baie de Kanuméra. Trop beau ! Après les grosses chaleurs du Japon et d’Asie, nous apprécions de retrouver des températures plus respirables (voire un peu trop fraîches pour certaines …)

Le 19 juillet, nous montons à pied au Pic N’ga (277 m) qui nous offrira un magnifique panorama sur l’île et ses lagons. L’après midi, Jeanne sera la première à voir une magnifique tortue en snorkeling dans la mer de la baie où nous logeons. Nous profitons des joies de la plage et de la baignade (pour les moins frileux !).

Le lendemain, nous louons une voiture pour faire le tour de l’île, sous un temps plus mitigé : vestiges du bagne, cimetière des déportés, grotte de la Troisième et les différentes baies dont la baie St Maurice et ses statues de bois. Nous randonnerons de la Baie d’Oro à la Baie d’Upi.

Le 21 juillet, sous un beau soleil, nous nous baladerons le long des baies de Kanuméra et de Kuto et profiterons des joies de la plage et du kayak avent de reprendre l’avion en fin d’après midi pour Nouméa.

Nous avons passé quelques jours idylliques sur cette île ! Cela nous a tout de même fait bizarre d’entendre parler français (cela faisait 6 mois ; c’était en Polynésie) et de voir beaucoup de nos concitoyens ! Il va bien falloir s’y habituer ….

La Grande Muraille de Chine – Un coup de coeur !

Le 20 juin, nous quittons Beijing avec Liang, notre guide pour ces 2 jours.

Après 2h30 de route, nous arrivons au pied de la montagne. Il nous faudra une heure de marche en montée pour rejoindre la muraille. Nous sommes dans le secteur de Jiankou, un des secteurs où la muraille n’a pas été rénovée. Sur les 5000 kilomètres que couvre la muraille, peu de secteurs sont rénovés mais ceux-ci sont les plus accessibles donc les plus visités. Nous pique-niquerons en haut d’une des tours de garde. Nous sommes seuls et la vue est époustouflante ! Nous marcherons environ 4 h pour rejoindre le secteur de Mutianyu, qui lui est rénové. Nous pourrons comparer alors les deux aspects et finalement, chacun a son charme !

La muraille suivant les crêtes des montagnes, nous monterons et descendrons de nombreuses fois, soit les sentiers, soit les escaliers pour la partie rénovée. Nous étions bien fatigués à l’arrivée !

Nous rejoindrons en voiture le petit village de Simatai où nous dormirons dans une auberge (chez l’habitant). Nous goûterons à la cuisine locale, raviolis aux menus. Cuisine appréciée par tous !

Le lendemain, c’est à pied que nous gagnerons le secteur de Gubeikou. Nous marcherons 3 heures dans un secteur non rénové avec de magnifiques panoramas ! Nous serons interviewés par deux journalistes chinoises écrivant sur l’histoire de ce secteur de la muraille; une tour étant célèbre pour avoir été le quartier général chinois lors de la guerre sino-japonaise en 1934.

Après une deuxième nuit dans l’auberge, nous regagnerons Beijing sous la pluie. Nous aurions dû marcher une journée supplémentaire sur la muraille mais nous avons été forcés de nous adapter à la météo. La muraille était fermée en raison du mauvais temps.

Un coup de coeur pour tous les 5 ! Marcher sur la muraille avait un côté mythique !!!! Nous avons vraiment apprécié ces deux jours !

Nous laissons Jeanne vous conter l’histoire de cette grande Muraille de Chine dans un prochain article….

Jour 292 à 294 (26 au 28 mai) – Kuala Lumpur, une belle surprise !

Nous atterrissons à Kuala Lumpur le 25 mai vers 21 h et après une 1h de route, nous atteignons  notre hôtel « Park Royal Suites » en plein centre ville (très bonne adresse !).

Le lendemain, nous partons découvrir la ville, capitale de la Malaisie (1,38 millions d’habitants), unique par sa diversité culturelle (malais de souche, prospecteurs chinois, migrants indiens, colons britanniques). Nous commençons par monter en haut des Petronas Twin Tower, deux tours jumelles en acier de 452 mètres de hauteur. Les tours sont magnifiques ainsi que l’environnement (parcs et jardins) et la vue du sommet. La visite est parfaitement organisée…

Nous nous arrêterons au KLCC Mall pour acheter, de nouveau, des chaussures à Maxime et Simon s’est offert un nouveau téléphone (Merci Mémé !). Nous découvrons ensuite le quartier Kampung Baru, quartier traditionnel où les maisons en bois et marchés locaux côtoient la modernité alentour. Nous irons jusqu’au lac Titiwangsa, où la vue sur la ville est sympathique ! Il y a beaucoup d’espaces verts au sein de cette capitale. Retour en métro puis relaxation à la piscine qui se trouve au 31ème et dernier étage de notre hôtel, pour Nadège et Erwan. La vue est exceptionnelle !!!

Le soir, une petite folie ! Nous irons dîner en haut de la Tour Menara KL dans un restaurant panoramique, qui tourne à 360°. Splendide et bon !

Le 27 mai, premier jour du ramadan (après des pays où l’hindouisme et le bouddhisme étaient majoritaires, la Malaisie est en grande partie de religion musulmane),  nous nous dirigeons à pied vers le sud de la ville. On se baladera dans Chinatown (ils sont partout ces chinois !), et passerons devant le plus vieux temple hindou de la Malaisie avant de visiter un temple taoïste : le temple Sze Ya.

Nous nous rendons ensuite au Merdeka Square, ancien terrain de cricket où a été signée la déclaration d’indépendance de la Malaisie le 31 août 1957. Ce terrain est notamment bordé par le bâtiment du sultan Abdul Samad, actuel ministère de la culture ainsi que par le Musée national du Textile (comme à Cholet ! On n’est pas dépaysé …) Après un passage éclair devant la Mosquée nationale Majid Negara, une promenade aux Lake Gardens, nous visiterons le Musée national qui retrace l’histoire de la Malaisie. Très instructif !

Détour par la gare centrale, où nous voulions acheter nos billets de train pour rejoindre Ipoh, il ne reste que des billets partant tard le soir. Nous décidons donc de louer une voiture pour notre périple en Malaisie.

Après un « bon »repas à KFC (hein, Nadège …), nous irons visiter le temple Thean Hou, temple taoïsto-bouddhique dont le nom est celui de la Mère céleste. Nous y sommes arrivés grâce à l’extrême gentillesse d’une passante, qui nous a réservé gratuitement un véhicule par Grab (équivalent Uber). Les malaisiens sont prévenants, gentils et parlent bien anglais !

Le soir, après une pause piscine pour toute la famille, nous irons dîner dans une Steackhouse. Un steack digne des plus grands restaurants ! Fondant ! Vous aurez compris que l’on commence parfois à être sérieusement en manque de nourriture française !

Le 28 mai, après avoir récupéré la voiture, nous nous dirigeons vers Ipoh. En cours de route, nous nous arrêtons à Batu Caves, à 13kms au Nord de Kuala Lumpur. Ces grottes abritent un temple hindou. Pour y accéder, il faut monter 272 marches et porter un petit seau de sable, pour contribuer aux travaux de rénovation. Il fait toujours aussi chaud et humide (37°C) … Les singes sont omniprésents mais pas agressifs. Dixit Jeanne, ils ont une « petite » faiblesse, les bananes! Le plus remarquable est la statue dorée de Muruga qui se dresse devant l’immense rocher calcaire où se trouvent les grottes.

Nous arrivons à Ipoh en milieu d’après midi. A  noter que le réseau routier est vraiment de bonne qualité. On traversera essentiellement des forêts de palmiers dans un relief vallonné.

Jour 261 (25 avril) – Amristar et son temple d’Or !!!

Le 24 avril, après une attente de plus de 2h en gare d’Haridwar, nous embarquons pour Amristar. Après le spectacle de la gare, nous assistons à celui du wagon : maintenance et ménage en direct, vendeurs qui montent et descendent… Les enfants lieront connaissance avec leurs voisins et malgré un groupe bruyant, nous passerons un voyage relativement agréable. Arrivée à 00h30 et contents d’arriver à l’hôtel pour nous coucher !

Le lendemain, accompagnés de nos deux nouveaux chauffeurs, Rabi et Radjeev, nous nous dirigeons vers le temple d’Or qui n’est qu’une petite partie d’un immense ensemble. Il s’agit du sanctuaire le plus saint du sikhisme construit au 16ème siècle. Le bassin de nectar qui l’entoure est le principal foyer spirituel où les sikhs se baignent, les eaux sacrées auraient en effet des vertus thérapeutiques. Le temple d’Or quant à lui flotte au bout d’une longue passerelle. Son second niveau est enveloppé de panneaux d’or gravés et surmonté d’un dôme doré à l’aide de 750kg d’or. Au niveau inférieur, prêtres et musiciens plasmodient le livre saint.

Nous sommes agréablement surpris par la propreté de la rue qui jouxte l’entrée du temple, celle-ci a été récemment rénovée. (une vraie rue comme chez nous, mais une seule !) Après les rituels d’usage, nous pénétrons dans l’enceinte et nous sommes émerveillés devant une telle splendeur ! Une certaine convivialité et spiritualité se dégagent de ce lieu. Après avoir fait le tour, nous faisons la queue pour accéder à l’intérieur du temple d’or et au livre sacré. Les indiens ne peuvent s’empêcher de pousser, surtout les vieilles ! (comme au supermarché !) Lieu MAGIQUE de part sa beauté ! Un vrai coup de coeur ! Erwan et Nadège y reviendront le soir pour assister à la cérémonie du Palki Sahib : le livre d’or est transporté sur un palanquin décoré du temple d’or au trône éternel, qui se situe dans un autre bâtiment. Nous serons tout autant subjugués par ce spectacle nocturne !!!

Nous visiterons aussi le Jallianwala Bagh, mémorial qui relate le massacre de 379 indiens par les anglais lors d’une manifestation pacifiste le 13 avril 1919. Jeanne fera de nouveau sa star en se faisant photographier à la demande des familles indiennes !

Ensuite, nous assisterons au « Show » de la relève des gardes indiennes et pakistanaises à la Wagah Border, seul point « ouvert » sur la frontière entre l’Inde et le Pakistan. Nous avons trouvé ces démonstrations de force un peu ridicules sous la hola du public, surtout lorsque l’on sait que les deux pays sont toujours en guerre ! Il y avait même un « chauffeur de salle » ! ( comme Maxime dit, on se croirait dans un stade de foot !)

Nous avons passé une très belle journée !

 

Jours 235 à 240 (30 mars au 04 avril) – Les Maldives

Lorsque nous avons organisé notre voyage, nous nous sommes dit: »On ne passe pas loin des Maldives, ce serait dommage de ne pas y aller. » On ne se voyait pas venir y passer une semaine dans le cadre de vacances classiques. Nous avions quelques idées préconçues sur les Maldives, sur le fait que ce soit surfait et loin de la vision idyllique diffusée ! Nous allons très vite changer d’avis !!!…

Après avoir passé la journée du 28 mars à Sydney pour notre plus grand plaisir de retrouver cette ville, nous prenons l’avion direction Singapour (8h de trajet) et y arrivons vers 3h du matin (heure locale – 3h de décalage avec Sydney). En une heure, nous rentrerons à Singapour pour récupérer nos bagages puis devrons repasser la douane pour accéder à notre hôtel de transit. On est content, nous avons le tampon de Singapour sur nos passeports mais nous aurions pu optimiser l’organisation si nous avions su où se situait l’hôtel de transit, c’est à dire dans la zone d’embarquement. A 18h20, nous embarquons pour Malé, capitale des Maldives. Nous arrivons vers 19h45 (heure locale – 3 h de décalage avec Singapour) et nous nous dirigeons vers notre hôtel « le Ripple Beach ». Après une courte nuit (lever 5h45), nous découvrons une ville en chantier et nous dirigeons vers la zone d’embarquement des hydravions.Là commence le charme des Maldives !!!

Les Maldives sont composés de 1190 îlots regroupés en 27 atolls couvrant une superficie de 90 000 km².  La population est de 400 000 habitants de confession musulmane et appliquant les règles strictes de l’Islam. Du fait du développement du tourisme, le PIB par habitant est le plus élevé de l’Asie du Sud Est. Il est bien évident que la vie sur les îles hôtels ne représente pas le quotidien des Maldiviens. Nous nous sommes aussi interrogés sur les conséquences écologiques d’un tel développement en voyant notamment le nombre impressionnant de coraux morts et les déchetteries à ciel ouvert à Malé. Cependant, des efforts semblent entrepris par le gouvernement…

Nous attendrons dans un magnifique salon en dégustant notre petit déjeuner. Il est ensuite l’heure d’embarquer. Nous sommes une dizaine de personnes dans l’hydravion, direction notre îlot « Vilu reef ».(Ilot de 1 km sur 200 mètres) La vue sur les nombreux atolls est splendide !!!

Après 40 minutes de vol, nous débarquons sur un ponton où un bateau vient nous chercher. Sur l’île hôtel, le sens de l’accueil va jusqu’à nous accueillir par du personnel parlant le français. Nous nous rendrons compte tout au long de notre séjour de la très grande qualité du service proposé ! C’est vraiment exceptionnel !

Nous logerons dans deux très belles villas côte à côte face à l’océan. Nous allons nous laisser vivre et profiter des joies de la piscine, du snokelling, du badmington et du ping pong, des balades autour de l’atoll et de la qualité de la restauration . Simon a pu reprendre ses marques en planche à voile dans une cadre idyllique dans une eau à au moins 32°C. Maxime sera le gagnant d’une course de bernards l’hermites ! Nous rencontrerons même quelques animaux de notre connaissance : Raies et chauves-souris ainsi que de très jolis poissons (et même une murène !)

En un mot : PARADISIAQUE !!!

Un grand coup de coeur pour tous les cinq et une envie d’y revenir dans quelques années, si nous le pouvons !

 

 

 

 

 

Jours 224 à 225 (19 au 20 mars) – Expérience inoubliable dans Le Ghan !

Le 19 mars au matin, nous nous préparons donc à nous diriger vers la Railway Station d’Adélaïde pour embarquer dans le fameux train du Ghan. Le temps de rendre la voiture de location en plein centre et de marcher une trentaine de minutes sous le soleil (Erwan uniquement, qui a eu cette gentillesse bien connue de déposer le reste de sa famille à la gare !), nous montons à bord du wagon à 12h15 après avoir profité de l’ambiance sympathique de la gare (verre de bienvenue et guitariste). La moyenne d’âge tourne autour de 60 ans mais quelques familles et plus jeunes couples se distinguent parmi le 3ème âge !!!

Nous avons trois cabines : 2 doubles et 1 simple pour Simon. On a l’impression de se retrouver au siècle dernier dans une ambiance très british ! Service de grande qualité !

Un peu d’histoire pour comprendre le symbole du Ghan qui est un dromadaire :

  • Les premiers chameliers, la plupart afghans, sont arrivés dans le Sud de l’Australie en 1839 et ont commencé à explorer le centre du pays. Ils ont fortement participé au développement de l’économie de la région par le transport des marchandises, du courrier, et des matériaux de construction…
  • En 1877, la première voie ferrée à destination d’Alice Springs est construite.
  • Le développement du train fît que l’Australie décida que les dromadaires n’avaient plus d’utilité et ordonnèrent leur destruction. Certains propriétaires préférèrent les relâcher plutôt qu’ils soient abattus.  On estime qu’il y a aujourd’hui environ un million de dromadaires en Australie.
  • Le Ghan a été inauguré en 1929 et se développe petit à petit entre Alice Springs et Adélaïde. En 1980, les wagons couchettes apparaissent. De 2001 à 2004, la voie ferrée s’étend d’ Alice Springs à Darwin (au Nord) couvrant du Nord au Sud environ 3000 kilomètres.
  • Le train mesure plus d’un kilomètre de long, comprend 2 locomotives et 43 wagons.

A 13h30, nous prenons notre premier repas à bord dans le Queen Adelaïde Restaurant. Nous faisons alors la connaissance d’Anne et Laurent, deux français en vacances, qui partagent notre table. L’après midi passera très vite. On en profitera pour observer les paysages et le coucher de soleil. Il faut avouer que les paysages sont assez monotones mais on se laisse envoûter par l’ambiance du train…de plus,  les boissons sont à volonté !

Le dîner sera digne d’un bon restaurant et nous prolongerons la soirée dans un salon en papotant avec Anne et Laurent… Une belle rencontre ! Les enfants auront la surprise en allant se coucher de trouver sur leur oreiller un petit dromadaire ! Jeanne le baptisera « Dromadou ». La nuit fût courte et pas vraiment reposante … les soubresauts du train nous ont souvent réveillés !!!!

On nous réveillera d’ailleurs à 6h15 pour profiter du lever du soleil à Marla au milieu de nulle part ! Ambiance sympathique autour d’un feu de camp.

Après un brunch, nous arriverons à Alice Springs à 13h45. Nous avons parcouru 1500 kilomètres en 25h30 (encore 1h de décalage horaire). En descendant du train, la chaleur (39°C) est accablante !

Ce fût pour toute la famille une expérience inoubliable, hors du temps !!!! Notre seul regret est de ne pas avoir vu de kangourous en pleine nature…

La Grande Barrière de Corail ! Un truc de Ouf !

Le 10 Mars, l’heure a sonné! Nous allons découvrir la grande barrière de corail… Nous embarquons à bord du Calypso (le choix de la compagnie a été un vrai casse-tête!) et avons la bonne surprise de constater que nous ne sommes pas plus d’une trentaine à bord. Nous faisons rapidement la connaissance de Raphaëlle (française expatriée à Sydney) et de Virginie, sa maman venue lui rendre visite.

Direction Opal Reef dont nous visiterons 3 sites différents au cours de la journée, cela bouge un peu mais rien de dramatique (même pour Nadège!)! Harnachés de nos masques (à la vue pour les 3 myopes de la famille), nos tubas, nos palmes et nos « magnifiques » combinaisons en lycra, nous découvrons successivement 3 sites magnifiques! Les mots nous manquent pour décrire ce que nous avons pu ressentir devant un tel spectacle : poissons de toutes tailles et de toutes couleurs, coraux de formes et couleurs diverses et clou du spectacle une magnifique tortue avec laquelle nous avons pu évoluer sous l’eau! Jeanne et Maxime ont même eu la chance de voir un petit requin.

Le même jour, nous lisions un article de journal disant que 20% des coraux étaient morts…Cela ne peut qu’éveiller nos consciences sur l’importance de prendre soin de notre planète et des trésors qu’elle possède. Nous sommes tellement chanceux d’avoir pu bénéficier d’un tel spectacle…On vous laisse découvrir un aperçu de ce que nous avons vu! Eh oui, nous voulions pouvoir immortaliser ce moment et avions donc investi dans une nouvelle go pro avec poignée flottante cette fois (nous aurions dû y penser avant…)!

Au retour, alors que nous arrivions à Port Douglas, nous voyons un crocodile tranquillement installé sur un banc de sable…Nous avons eu la preuve en image que les pancartes n’étaient pas là juste pour faire impression.

Une magnifique journée qui mérite un grand coup de coeur !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jours 167 à 173 (21 au 27 janvier) – Raivavae

Arrivée le 20 janvier dans l’après midi à l’aérodrome de Raivavae. Nous avons pu, de l’avion, avoir un premier aperçu de l’île, de son lagon et de ses motus (îlots qui ceinturent le lagon avec la barrière de corail). « C’est comme dans les films ! » dixit les enfants !

Nous sommes accueillis par Eléonore, qui nous offre les traditionnels colliers de fleurs. « En Polynésie, tu arrives avec un collier de fleur et tu repars avec un collier de coquillages ». Trop beau ! Arrivés à la pension, nous découvrons nos deux bungalows en face de la mer (sur la photo prise depuis le mont Hiro, vous apercevez trois bungalows à gauche de l’église qui donnent sur la plage – deux sont les nôtres) et dégustons des crêpes à la banane. Accueil très chaleureux  et typique ! Nous n’aurons jamais autant mangé de bananes que depuis notre arrivée en Polynésie !

Premier bain dans le lagon à une eau à 25°C environ. Même Nadège se baigne sans problèmes ! Eau transparente !

Le lendemain, les garçons partent en kayaks à l’assaut du Motu Itaamu à 45 minutes  de rames. Nous avons une vue splendide sur l’île. L’après-midi, nous partons tous faire le tour de l’île en vélo. L’île fait 24 kms de circonférence. Les paysages sont magnifiques et tous les habitants nous saluent au passage ! Une grande courtoisie !

Le 22 janvier, sous le soleil, nous partons avec un guide ainsi que Paul et Juliette, deux expatriés français à Tahiti, gravir le mont Hiro à 437 mètres. Après avoir traversé une végétation dense, nous longerons la crête jusqu’au sommet et bénéficierons de panoramas extraordinaires !!!! Des couleurs éclatantes de bleus avec tous ses dégradés contrastant avec le vert de la végétation ! Randonnée sportive mais qui valait vraiment les efforts accomplis !

Après une journée plus tranquille, nous partons le 24 janvier, accompagnés d’Eléonore, découvrir les motus Vaiamanu (piscine) et Rani. Cela ne prendra qu’une vingtaine de minutes en bateau. Nous arrivons sur le Motu avec un paysage digne de carte postale. Nous serons seuls sur le Motu pour en profiter. Exceptionnel et Unique !! Pour le déjeuner, nous pêcherons, avec l’aide du capitaine, des bénitiers que nous mangerons avec du lait de coco. Eléonore aura pris soin de griller du poisson et du pain-banane. Tout au long de notre séjour, Eléonore nous préparera tous les plats typiques de l’île : poissons, bénitiers, porc, pâtes aux langoustes, tarau, manioc, gâteaux aux bananes, coco ….Au dernier repas, Eléonore nous a fait la surprise de nous préparer une magnifique langouste ! Trop bon !

Sur le motu, nous avons passé notre temps dans l’eau à faire du snorkelling (masque et tuba), et avions l’impression de nous baigner dans un aquarium géant naturel (poissons et coraux de toutes les couleurs et de toutes les tailles). Nous avons juste regretté d’avoir oublié la Go Pro (Sniff !).

Tout au long de la semaine, nous avons profité des joies de la baignade?du kayak et du vélo! Raivavae est une petite île qui ne comprend que 900 habitants – Il n’y a que deux routes : une route circulaire et une route traversière qui s’apparentent parfois plus à des chemins. Il n’y a encore que peu de visiteurs et uniquement six pensions pour les accueillir ! Et c’est très bien ! Il y règne une certaine douceur de vivre, le dépaysement est  total !!!

UN GRAND COUP DE COEUR POUR TOUS LES CINQ !!!!

Jours 126 à 127 (10 au 12 décembre) – San Pedro de Atacama (suite)

Le 10 décembre, lever matinal (aïe, aïe) … Nous avons rendez-vous à 7h30 (c’est matinal pour nous !) avec un guide, Santiago Atias, pour une journée au Geysers del Tatio (4500 mètres). Santiago Atias a passé la journée avec nous et nous a, non seulement fait découvrir la région, mais aussi l’histoire du Chili, les us et coutumes des Chiliens ainsi que la faune et la flore de son pays. Jeanne vous contera l’histoire du Chili dans un prochain article, histoire qui mérite d’être connue !

Nous nous arrêtons en chemin pour observer des flamants roses, des vicunas ainsi que des lamas. Nadège est toujours aux anges ! A l’arrivée sur le champ géothermique, petit déjeuner à la française … des croissants et des pains au chocolat…pour notre plus grand plaisir ! (Comment a-t-il fait ? Il y a un boulanger français qui a trouvé l’amour à San Pedro de Atacama et qui s’est installé là bas !) Nous étions seuls ! Incroyable !!! Nous avons observé les geysers (cela nous rappelait l’Islande) et nous sommes baignés dans une piscine d’eau chaude (30°C) naturelle avec une vue sur les Volcans. Il y en a plus de 450 au Chili dont 150 encore en activité (Nous avons vu le volcan Putana avec ses fumerolles, le volcan Colorado (à cause des ses couleurs) et le célèbre volcan Licancabur).

En prime et en exclusivité, nous sommes allés observer un geyser rouge ! Magnifique !!

Sur le chemin du retour, nous dégusterons un barbecue à la chilienne préparé par les soins de Gabriel …. notre chauffeur, pas le nôtre ! « Coïncidence, je ne crois pas ! »

Nous nous arrêtons ensuite dans la Quebrada de Guatin pour observer des cactus géants (jusqu’à 8 mètres) dans un canyon le long d’une rivière ! Pour les non initiés, l’histoire des cactus, réserve d’eau dans le désert pour les assoiffés, est une légende (car les cactus ont besoin d’eau pour pousser), donc il vaut mieux chercher la rivière que les cactus !

Cette magnifique journée mérite un grand coup de coeur !

Le lendemain, après une matinée de repos, nous allons découvrir la laguna Cejar dans laquelle nous nous baignons. Beaucoup plus fraîche que la veille mais aussi beaucoup plus salée ( l’équivalent de la mer morte). Drôle d’impression de flotter sur cet étang salé ! Nous découvrirons ensuite la laguna Tebinquiche qui offre un paysage surréaliste. Impression de neige en plein désert … il s’agit en fait d’étendues de sel (il y a à certains endroits 1450 mètres d’épaisseur de sel !)

Le soir, nous dînerons dans un restaurant « la Casona » à San Pedro de Atacama, restaurant typiquement chilien où l’on se chauffe de façon atypique …(à vous de le découvrir plus bas)

Le 12 décembre, avant de reprendre l’avion pour Santiago, petit détour à la Vallée de Muerte où nous avons risqué l’ensablement ! Beaux paysages pour conclure ces 5 jours dans une région atypique et splendide!

dsc05813 dsc05815 dsc05827 dsc05832 dsc05834 dsc05847 dsc05868 dsc05873 dsc05875 dsc05876 dsc05882 dsc05890 dsc05896 dsc05903 dsc05916 dsc05918 dsc05926 dsc05940 dsc05943 dsc05948 dsc05950 dsc05951 dsc05952 dsc05954 dsc05957 dsc05985 dsc05989 dsc05996 dsc05999 dsc06004 dsc06012 dsc06013 dsc06018 dsc06020 dsc06021 dsc06022 dsc06030 dsc06034 dsc06035 dsc06037 dsc06038 dsc06040 dsc06058 dsc06065 dsc06066 dsc06068

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

img_1128-1

Jours 105 au 108 (17 au 21 novembre) – Zion Park et Grand Canyon

Sur la route de Grand Canyon, nous nous arrêtons à Zion Park pour faire une petite randonnée de 1h30 dans le Canyon. Nous pouvons observer une nouvelle faune : des dindes et des bisons ! Nous dormons à mi-chemin dans la ville de Page près du lac Powell.

Le lendemain, arrivée à l’aéroport de Grand Canyon pour un survol en hélicoptère de ce lieu majestueux ! Féérique et irréel !!!! Première expérience pour tout le monde et beaucoup de sensations ! Un grand merci aux collègues d’Erwan pour ce magnifique cadeau ! Une aventure qui mérite un joli coup de coeur !

Il fait froid mais le soleil est radieux.(0 °C)

Les 19 et 20 novembre, nous randonnons dans le Grand Canyon pour découvrir des panoramas époustouflants ! La première : Skeleton Point (9,6 kms – 620 m de dénivelé) et la deuxième : Bright Angel Trail (4,8 kms – 340m de dénivelé).

Nous profitons de nos soirées à l’hôtel pour nous reposer à la piscine, pratiquer quelques exercices de fitness (pour les enfants car comme dit Jeanne, qui est une accro : « ce ne sont pas quelques exercices qui vont nous tuer ! ») et nous détendre en jouant au bowling, au flipper et au billard. Sympa !

Le Grand Canyon est comme son nom l’indique gigantesque ! Mais Jeanne vous en dira plus dans un futur article …

Nous quitterons Grand Canyon le 21 novembre sous la grêle et la pluie, direction Las Vegas ! Nous savourons notre chance d’avoir pu le découvrir sous le soleil.

dsc04792 dsc04798 dsc04804 dsc04808 dsc04822 dsc04823 dsc04826 dsc04836 dsc04837 dsc04840 dsc04843 dsc04848 dsc04850 dsc04853 dsc04857 dsc04859 dsc04860 dsc04874 dsc04875 dsc04880 dsc04889 dsc04895 dsc04926 dsc04928 dsc04944 dsc04955 dsc04956 dsc04962 dsc04965 dsc04967 dsc04976 dsc04977 dsc04980 dsc04996 dsc04999 dsc05011 dsc05016 dsc05018 dsc05020