Le Japon et nous en bref …

L’heure est maintenant au bilan de nos 3 semaines au Japon.

Nombre de kilomètres parcourus en voiture :  0 kms – Le permis international au Japon n’est pas suffisant (d’après ce que l’on a lu) et il faut une traduction certifiée du permis. Nous n’avons pas conduit mais les transports en commun au Japon sont très efficaces.

Trajets : 3 trajets en train (Tokyo -> Kawagushi (un de plus pour Erwan), Kawagushi ->Kyoto, Kyoto -> Aéroport du Kansai à Osaka). Nous n’avions pas pris de « Japan Pass » pour le train car nous ne voyagions pas suffisamment pour que ce soit rentable.

Ce que nous avons aimé :

  • Les différents quartiers de Tokyo où les ambiances sont vraiment différentes.
  • La culture japonaise tellement différente de la nôtre. Tout est dans le respect, la retenue, la présentation. Cela contraste avec l’extravagance de certains japonais dans le quartier d’Akihabara. La tradition est encore assez présente avec de nombreuses personnes en kimono.
  • La sonorité de la langue japonaise
  • Les nombreux magasins de mode avec des références uniques que Simon et Maxime ont adorés.
  • L’offre gastronomique japonaise (très diversifiée) dont les sushis. Nous avons été moins fans de certains plats comme le Ramen.
  • La qualité des trains
  • L’ascension du Mont Fuji
  • La beauté et l’ambiance de certains temples et shrines. Selon nous, ceux à ne pas rater : Meiji Jingu Shrine et Temple Senso-ji à Tokyo,  le Temple Kinkaku-ji et le Fushimi Inari Taisha Temple (monter jusqu’au sommet) à Kyoto
  • La bambouseraie d’Arashiyama
  • Le château Nijo-jo
  • La ville de Nara et son parc
  • Le chemin des philosophes
  • La propreté des villes
  • Les balades dans les jardins.

Ce que nous avons moins apprécié :

  • Les dortoirs du refuge du Mont Fuji
  • Les horaires des parcs de Tokyo (ferment certains jours, et à 16h)
  • Le musée international du Manga (ressemble plus à une librairie)
  • La chaleur humide

Quelques conseils :

  • Il est facile de voyager au Japon. Cependant, les japonais parlent peu anglais mais on arrive tout de même à se faire comprendre. Il est intéressant de prendre un guide sur des temps donnés pour bien comprendre la culture et les traditions japonaises.
  • L’ascension du Mont Fuji ne s’effectue qu’en juillet et août. Il faut réserver le refuge longtemps à l’avance.  Nous n’avons pas réussi à le faire nous même et sommes alors passés par une agence locale japonaise « Discover Japan Tours », très réactive. Cependant, pas d’obligation de prendre un guide pour la montée qui est raide !

Jour 339 à 344 (12 juillet au 17 juillet) – Kyoto, suite !

Nous poursuivons notre immersion dans la culture japonaise, où tout n’est que retenue, apparence et calme ! Nous trouvons cela très agréable en tant que voyageurs mais ne pouvons nous empêcher de penser que cela ne doit pas toujours être drôle d’y vivre et travailler !

Le 12 juillet, nous visitons le Tofuku-ji Temple, fondé en 1236. L’ensemble compte 24 temples et est surtout connu pour ses magnifiques jardins zen ! Nous rejoindrons ensuite, à 20 minutes à pied, le Fushimi inari-taicha. Il s’agit d’un sanctuaire shintoïste bâti au 8ème siècle par le clan Hata qui le dédia aux divinités du riz et du Saké (hips !). Nous avons parcouru un sentier de 4 kms qui serpente jusqu’au sommet en passant par des centaines de Toriis oranges. Les renards sculptés seraient les messagers d’Inari, déesse de la croissance du riz. Ce fût une très jolie balade à travers tous ces Toriis ! Plus nous montions, moins nous étions nombreux … Les touristes chinois ne montaient pas (pas vraiment sportifs !) par contre nous avons croisé de nombreux français ! (Vive le Sport !)

Le soir, nous irons assister à un spectacle d’arts traditionnels japonais au Gion Corner : cérémonie du thé, harpe, danse de geisha, marionnette, théâtre. Regardez la tête des enfants … Ils sont fans ! Nous terminons cette journée en dégustant du boeuf de Kobé (vendu par 50g) ! Un délice …

Le lendemain, direction les villages de Kibune et Kurama, à 1h de train, dans les montagnes au nord de Kyoto. Nous avons marché du petit village de Kibune (où se trouvent des restaurants dont les planchers surplombent la rivière) jusqu’au village de Kurama par le chemin de crêtes du mont Kurama. Tout au long de ce sentier, nous avons vu différents sanctuaires avant d’arriver au temple Kurama Dera. Promenade tranquille. Le midi, déjeuner typiquement japonais (nouilles et riz-omelette) … bof !

Le 14 juillet, nous découvrirons le marché de Nishiki (en plein centre de Kyoto) avec de nombreux étals de nourriture locale, certains très étranges ! Nous avions laissé les deux garçons faire les boutiques et lorsque nous les avons retrouvés, sous prétexte d’un interview, ils étaient au milieu de trois jeunes et jolies japonaises ! (dignes fils de leur père !)

Nous nous mêlons ensuite aux japonais en kimonos pour assister à la préparation de la fête Gion Matsuri, un des trois grands festivals du Japon.. Cette fête fut instaurée en 869, comme un rite pour lutter contre la peste et autres catastrophes naturelles qui ravageaient la région. Nous pourrons admirer de nombreux chars (33 au total), qui représentent les différents quartiers de la ville. Que de monde ! (trop pour nous !)

Le 15 juillet, nous prenons le train direction la ville de Nara. Pas toujours facile de s’y retrouver pour acheter les billets de train et pour prendre le bon train …. A Nara, nous déambulerons dans le parc Nara Köen au milieu de ses habitants : les daims, qui ont le statut de trésors nationaux.

Nous admirerons la pagode Kofuku-ji, le temple Todai-ji et son grand bouddha ainsi que le temple Nigatsu-do avant de visiter le jardin Isui-en et le musée d’art Neiraku. Journée tranquille qui mérite le déplacement.

Le lendemain, les temples ont eu raison des enfants, qui décideront de rester tranquilles. Nous irons nous balader le long du chemin des philosophes.  Nous croiserons de nombreux temples dont le Nanzenji Temple et son aqueduc ainsi que le Ginkakuji (temple d’argent). Sur le chemin du retour, nous serons poussés par l’orage à une pause au sanctuaire Heian Jingu Shrine.

Il sera ensuite temps de préparer les sacs pour un départ le lendemain à 7h, direction l’aéroport du Kansai à Oaska, pour un vol vers la Nouvelle Calédonie, dernière étape de notre tour du monde !

Jour 333 à 338 (06 juillet au 11 juillet) – Kyoto, immersion dans la culture japonaise !

Après 1h30 de bus et 2h à bord du super train japonais « le Shinkansen » à plus de 300km/h, nous arrivons à Kyoto en milieu d’après midi. Nous rejoindrons notre appartement en bus où nous serons accueillis par nos hôtes. Bel appartement typiquement japonais (avec 2 chambres ! super luxe !) très bien placé dans le quartier de Gion.

Le 06 juillet, journée tranquille et balade dans le quartier des galeries commerçantes couvertes dont celle de Shinkyogoku. Sympathique !

Le lendemain, nous commençons notre découverte des Temples à Kyoto. Il y en a plus de 1000 ! Nous visiterons le Kiyomizudera Temple, érigé en 798. Il représente l’école du bouddhisme Hosso et se trouve dans le Sud Est de Kyoto sur les hauteurs. La ville de Kyoto est entourée de collines très boisées. Dommage que le bâtiment principal soit en rénovation ; malgré cela la vue était très belle et les pagodes oranges de toute beauté ! On sillonnera les quartiers traditionnels de Ninenzaka et Sannenzaka où se succèdent de nombreuses échoppes. Tout au long de notre séjour, la chaleur étouffante et humide nous obligera à ralentir le rythme ! On déjeunera au Breizh Café (même propriétaire que la crêperie de Tokyo) … toujours aussi bon !

Le 08 juillet, nous prenons le bus (très facile de se déplacer en bus à Kyoto) pour nous rendre au temple Kinkaju-ji. Ce temple bouddhique comprend le pavillon d’or, l’un des monuments les plus connus au Japon. Il s’agissait à l’origine en 1397 de la villa du shogun Yoshimistu (ceux qui ont joué à Soul Calibur sur la Dreamcast le connaissent bien !) que son fils a converti par la suite en temple.  Vraiment splendide !  Après 20 minutes de marche à pied, nous nous sommes rendus au temple Ryôan-ji, qui appartient à l’école zen Rinzai. Après la visite du jardin « humide », nous contemplerons dans une zen attitude le jardin sec, composé de 15 rochers qui représenteraient des écueils dans la mer. Où que nous soyons, nous ne pouvons en voir que 14 ! Erwan s’est évadé dans la contemplation des cercles concentriques, le reste de la famille est restée plus terre à terre …

Le lendemain, avec Jeanne habillée en kimono, nous nous dirigeons vers le temple Chion-in, à proximité de notre appartement. IL fut érigé en 1234 et il s’agit toujours du temple principal de la très dynamique école Jôdo et d’un haut lieu de pélerinage. Nous pourrons observer une cloche de 70 tonnes, la plus lourde du Japon ainsi qu’un cimetière japonais. Nous nous baladerons ensuite dans le parc Maruyama, où nous assisterons à un concert d’instruments traditionnels.

Le 10 juillet, nous visitons le jardin du Palais Imperial (pas transcendant) avant de nous rendre au Chateau Nijô-jô. Ce château construit en 1603 fût la première résidence officielle du premier shogun du clan Tokugawa et c’est aussi dans ce lieu que fût signé la fin du shogunat et la restauration du pouvoir de l’empereur en 1868. La visite fut très intéressante et la balade dans le jardin très agréable. Nous finirons la journée en visitant le Musée international du Manga … un peu décevant, cela ressemblait plus à une bibliothèque et nous n’avons pas appris grand chose !

Le lendemain, après 1h de bus pour nous rendre à l’ouest de Kyoto, nous arrivons dans le quartier d’Arashiyama où nous visitons le temple bouddhique Tenryu-ji. Pas fou, fou pour le temple mais je jardin est vraiment joli ! Nous irons ensuite découvrir la célèbre bambouseraie. Mystique et envoûtant ! Nous ferons un petit tour dans Arashiyama avant de rentrer en milieu d’après midi. Nous pouvons observer dans les rues de Kyoto les chars en construction en prévision de la fête de Gion Matsuri qui va se dérouler en fin de semaine…

Les fins d’après midi, les enfants  travaillent ardûment et les parents se reposent (ou presque!). C’est beau la vie !

La suite de notre périple à Kyoto dans un prochain article …

 

Jour 329 à 332 (02 juillet au 05 juillet) – L’ascension du Mont Fuji, quelle Aventure !

Le 01 juillet, direction Kawaguchiko en train avec un transfert à Otsuki … et là commence l’aventure du sac en papier ! Comme nous vous l’avions dit précédemment, Simon s’est acheté de superbes chaussures à Tokyo. Celles-ci ne rentrant pas dans son sac, il les a gardées dans un sac en papier avec sa parka au cas où il pleuvrait. Nous partons de Tokyo à 14h30, sans se tromper de quai ou de train (pas toujours évident de se repérer dans les gares car tout est en japonais !). A notre changement de train à Otsuki (temps pour sortir extrêmement court), nous nous rendons compte une fois sur le quai que le « fameux » sac a disparu ! Et là, nous élaborons toutes les hypothèses. Chacun se sent un peu responsable et Simon est dépité ! Mais surtout, personne ne se souvient où ce sac a pu rester : dans le train ou sur le quai à Tokyo ? Après un appel sans succès aux objets disparus à Tokyo et un appel pour vérifier dans le train, Erwan décide de retourner à Tokyo ! (3h de train A/R….) Il reviendra bredouille à 22h alors que les autres membres de la famille ont continué le trajet jusqu’à Kawaguchico et découvert notre chambre dans la guesthouse (futons, et confort à la japonaise).Nous sommes samedi soir et Simon n’a pas de parka pour monter le Mont Fuji le lendemain…

Heureusement, nous trouvons un petit magasin ouvert où une parka fera le bonheur de Simon ! Premier problème de résolu. Nous retrouvons notre guide Yosuke à 11h, direction la 5ème station du Mont Fuji où commence l’ascension à pied. Par acquis de conscience, nous demandons à Yosuke d’appeler les objets perdus. En effet, la communication est difficile car peu de gens parlent anglais. Eh là, miracle (alleluia !), le sac a été déposé par de gentils voyageurs à la gare de Kofu, où Erwan (encore lui?) se rendra à  notre retour du Mont Fuji (4h de bus en perspective) ! Simon est aux anges ! Mais c’est tout de même lui qui avait oublié son sac sous son siège….

Nous commençons à marcher vers 13h sous le soleil. La vue est splendide notamment sur les lacs de la région. La montée est rude et après 4h de marche, nous arrivons à notre refuge à la 8ème station (3360 mètres d’altitude, 1055 mètres de dénivelé, 6,2 kilomètres de marche). On est rinçé et il fait super froid !  A 17h30, on mange (curry dans une barquette en plastique…mouais) et à 18h, direction le dortoir … et là surprise, avez-vous déjà vu des sardines en boite ? Ce sera nous pour la nuit à venir !!!!! Confort réduit au minimum !!!! Même pas d’eau courante. Coucher à 19h et lever à 2h du matin. Les enfants ont dormi, les parents pas vraiment.

Nous reprenons l’ascension pour 1,3km, 400 mètres de dénivelé et 1h30 de randonnée en pleine nuit avec les frontales. Il fait toujours aussi froid. Heureusement, nous sommes bien équipés. Nous arrivons à 4h en haut du sommet (3776 mètres) et attendons le lever du soleil pendant 30 minutes.

On restera le temps d’admirer la vue puis redescendrons jusqu’à la 5ème station que nous atteindrons vers 9h, bien fatigués ! Un joli défi qui en valait la peine et bravo aux enfants !

L’après midi pendant qu’ Erwan retourne chercher le sac, repos pour le reste de la famille !Nous avons découvert un petit restaurant où les tartes aux pommes et le gâteau au chocolat sont succulents ! Quel bonheur !

Le lendemain, nous nous baladerons le long du lac de Kawaguchico.

Le 05 juillet, nous prenons le bus direction Mishima Station où le train pour Kyoto nous attend…


Jour 322 à 328 (25 juin au 01 juillet) – Tokyo, sur une autre planète !

Nous arrivons à Tokyo le 24 juin en soirée, notre vol ayant été retardé à Beijing pour des raisons météorologiques. Nous prenons le bus (conduite à gauche comme les anglo saxons) pour rejoindre le centre de Tokyo (2h00 de route) et après 10 minutes de marche, nous découvrons notre 105ème  logement. Nous sommes amusés par les « courbettes » des japonais qui saluent les clients à tout bout de champ.

Le 25 juin, après une matinée tranquille, nous nous dirigeons en métro vers le quartier d’Harajuku. Ce quartier est connu pour ses rues commerçantes et le street wear. Nous en profiterons pour acheter un kimono et les chaussures en bois assorties à Jeanne dans une petite boutique traditionnelle. De même, nous ferons quelques emplettes pour la famille dont des chaussures pour Simon au Nike Lab (nous reviendrons dans un prochain article sur l’histoire future de ces chaussures qui vont nous donner du fil à retordre …). Les garçons sont aux anges ! Le soir, après 15 jours de jeun, nous ferons des crêpes. Ô surprise, nous avons acheté du sel au lieu du sucre (rien n’est traduit sur les emballages contrairement aux autres pays ! ) ; nous mangerons donc des crêpes sucrées/salées.

Le lendemain, nous faisons la connaissance de Yosuke, qui va nous accompagner deux demi-journées à Tokyo pour nous faire découvrir la ville :

  • visite du sanctuaire Meiji-Jingu et découverte du shintoïsme, qui s’apparente plus à une façon de vivre qu’à une religion. Ce sanctuaire rend hommage à l’empereur Meiji et à son épouse, premier empereur restitué en 1868 à la tête du Japon, après l’abolition du Shogunat. Il a été construit en 1920 après sa mort. Yosuke va nous initier aux rituels avant de rentrer dans le sanctuaire (lavage des mains et de la bouche). A la sortie, nous verrons des tonneaux de saké faisant face à des tonneaux de vins français (Bourgogne), offerts par la France car l’empereur était amateur de ceux-ci.
  • Traversée du célèbre Shibuya Crossing, intersection la plus fréquentée du monde !
  • Balade dans le quartier de Shinjuku où nous déjeunerons (sushis au menu). Dans un dédale de stands de nourriture, après avoir salivé des présentations alléchantes, nous nous laisserons tenter par 5 éclairs au chocolat. La présentation est primordiale pour les japonais et ce, dans tous les domaines. Nous découvrirons aussi notre premier ascenseur de voitures !
  • Balade en voiture devant le siège du gouvernement de Tokyo et dans le Skyscraper disctrict.

Le 27 juin, nous irons visiter le Musée National de Tokyo (samourais, kimonos, estampes japonaises, katanas…) avant de nous balader dans le parc d’Ueno où nous verrons le Toshogu Shrine ainsi que la flamme d’Hiroshima, hommage aux victimes. Il existe au japon des bars à chats, à hérissons, à hiboux … et nous nous laisserons bien évidemment tentés par celui des chats !! (Merci à Jeanne et Nadège !) Lavage de mains et enfilage de chaussons obligatoires, serre tête avec oreilles de chat optionnel, paiement au temps passé… Nous entrons alors dans l’antre du paradis des chats ! Ils sont fous, ces japonais ! Nous aurons dans un cadre agréable et reposant le plaisir de caresser de très jolis chats de race. Cela s’appelle un bar mais il n’est pas obligatoire de consommer une boisson !

L’après-midi, nous déambulerons dans la folie du quartier d’Akihabara, célèbre pour ses salles de jeux d’arcade et ses mangas ! Nous pourrons observer de jolies demoiselles dans des tenues excentriques  faisant de la pub pour des magasins. Les ambiances des différentes quartiers de Tokyo sont vraiment très marquées !

Le 28 juin, nous retrouvons notre guide Yosuke pour nous diriger vers le quartier du Marché aux poissons. Nous visiterons le Temple Senso-Ji, temple bouddhiste et sa célèbre porte. La météo  nous fera rentrer un peu plus tôt. Pendant que les enfants se reposeront à l’appartement, Erwan et Nadège iront découvrir le musée de la Photographie dans le quartier de Yebisu.

Le lendemain, sous le soleil, nous montons en haut de la tour Tokyo Sky Tree (325 m). Nous déjeunerons dans un restaurant typiquement japonais. Il n’est pas  rare de croiser dans la rue des gens en kimono ! Nous prendrons ensuite le bateau pour une petite croisière jusqu’au quartier d’Odaiba. Nous nous baladerons dans les malls (qui sont omniprésents dans tout Tokyo !) puis nous visiterons le Musée national des sciences émergentes et de l’innovation. Un peu compliqué à comprendre mais la démonstration du robot Asimo a été bluffante !

Le 30 juin, nous voulions nous balader dans le jardin impérial mais il était fermé le vendredi. C’est la deuxième fois que l’on se fait avoir, la veille le parc Hama-Rijku fermait à 16h30 … On ira donc flâner dans Harajuku avant de manger au Breizh Café, où nous ferons la rencontre d’ Amaury, serveuse française expatriée. On se serait cru en Bretagne et les galettes étaient trop bonnes !!!! Nous serons surpris de ne croiser dans les restaurants que des femmes! En effet, les hommes sont encore au travail et les femmes, étant la plupart au foyer, sortent entre elles. La culture du travail est ici très marquée.

Quelques spécificités du Japon que nous vous faisons partager : les magasins n’occupent pas uniquement le rez-de-chaussée des immeubles (comme en France) mais il peut y avoir différents magasins sur tous les étages de l’immeuble…pas toujours évident de s’y retrouver ! Nous pensons faire importer des toilettes du Japon (ce sont les toilettes du futur !!) avec un panel de commandes que Jeanne a testé pour nous (cuvette chauffante, jets multiples, séchoir …). Ils sont forts ces japonais ! A l’entrée de certains magasins,  de jolies vendeuses s’égosillent avec un haut-parleur pour attirer les clients ! Les Japonais sont très respectueux sur les règles de vie ; c’est plutôt agréable comparé à la Chine mais peut-être parfois un peu, beaucoup ?!

Le 01 juillet, nous prenons le train pour Kawaguchico, ville proche du Mont Fuji. Le trajet sera long, surtout pour Erwan, mais on vous en dira plus dans le prochain article … A suivre !