A quoi sert le Nickel?

Le symbole du nickel est « Ni », il est généralement utilisé comme abréviation pour désigner le nickel.
Le nickel est un métal peu connu du grand public car il est rarement utilisé pur. Le nickel est pourtant indispensable à notre vie quotidienne! Ce métal, doté de riches propriétés et recyclable à l’infini, est en effet principalement utilisé pour l’élaboration d’acier inoxydable ou « inox ». Il peut aussi être utilisé dans des alliages (superalliage, alliage nickel-fer…).
Le nickel est utilisé pour :
  • Fabriquer des équipements ménagers, des appareils électroménagers, du matériel pharmaceutique et chirurgical car, vu qu’il ne rouille pas, il est plus pratique!
  • Construire des bâtiments, des constructions. L’usage de l’inox est ici retenu pour ses propriétés esthétiques, son faible coût d’entretien et sa durée de vie.
  • Elaborer toutes sortes de moyens de transport (carrosserie de train…).
  • Faire des revêtements de métal pur. Il procure alors un aspect brillant et a une bonne résistance (revêtement de robinet…).
  • Faire des batteries rechargeables de téléphones, d’ordinateurs portables, d’automobiles électriques…
  • Fabriquer les pièces de monnaies dans de nombreux pays (ce qui était le cas du franc français).

La Nouvelle-Calédonie est une grande productrice de nickel. Elle produit 25% du nickel mondial. En ce moment, le prix du nickel est bas ce qui entraîne des difficultés économiques.

Nous avons pu voir deux des trois usines de nickel présentes en Nouvelle-Calédonie.

 

Petit résumé d’histoire sur le Japon!

Le Japon, (aussi appelé Pays du Soleil Levant) est un pays d’Asie dont la capitale est Tokyo. Le Japon est habité par environ 127 millions de japonais.

La préhistoire japonaise commence avant le IXe millénaire. Dès 7 500 av. J.C., le Japon connait une civilisation de chasseurs-pêcheurs-cueilleurs pratiquant la poterie. Au IIIe siècle av. J.C., le Japon est envahi par des peuples venus de Corée et de Chine du Sud qui apportent la culture du riz. Au IIIe siècle, de nouveaux envahisseurs venus de Corée dominent le Japon. Ils apportent le bouddhisme et l’écriture chinoise.

Du milieu du XIe siècle à la fin du XIIIe siècle, les Japonais commencent à accepter la présence des Chinois. Du début du XIe siècle au milieu du XIVe siècle, une classe militaire (les daimyos et les samouraïs) apparaît et s’impose. A côté de l’empereur, réduit à un rôle religieux, les grands clans (familles possédant des terres et des vassaux en grand nombre) se partagent le pays et se disputent le gouvernement ainsi que le titre de Shogun. Se sont les Fujirawa (jusqu’à 1185) puis les Hojo qui font face avec succès à des tentatives d’invasion chinoise (1274 et 1281). A partir de la fin du XIVe siècle, pendant le gouvernement des Ashikaga, les seigneurs s’emparent du pouvoir et se font des guerres continuelles.

A partir du milieu du XVIe siècle, trois dictateurs successifs arrivent à éliminer les grands seigneurs et à unifier le Japon. A cette époque, les européens abordent le Japon et tentent d’y implanter le catholicisme. Les shoguns Tokugawa, qui ont dirigé le Japon de 1600 à 1867, ferment le pays aux influences européennes et stabilisent la société par un système féodal. Cependant, dès le début du XIXe siècle, la pression des Occidentaux se fit plus forte. En 1853, les Américains obtiennent par la force l’ouverture de certains ports japonais. Cette capitulation face aux étrangers provoque la colère du peuple japonais qui renverse le shogun en 1867. L’ empereur Mitsu-Hito prend alors le pouvoir. C’est le début de l’air Meiji qui va moderniser le Japon.

En 1940, le Japon essaie de prendre le contrôle de certains pays comme l’Indochine française, et menace la Birmanie et l’Indonésie néerlandaise. Cela inquiète les Etats Unis qui vont tenter de freiner l’expansion japonaise dans le Pacifique. L’attaque surprise des japonais contre la base aéronavale américaine de Pearl Harbor, dans les îles Hawaï, le 7 décembre 1941 plonge les Etats Unis et les Japonais dans une guerre. Profitant de la paralysie provisoire des Etats Unis, le Japon continue ses conquête en s’attaquant à l’Australie et aux Indes Britanniques. Mais à partir de la bataille de Midway (juin 1942) et de la bataille de Guadalcanal (août 1942), les Etats Unis commencent à repousser lentement et très difficilement les japonais vers leur archipel. Le Japon ne semble quand même pas décidé à arrêter la guerre. Les Américains lancent alors deux bombes atomiques sur le Japon (Hiroshima le 6 août 1945 et Nagasaki le 9 août 1945). L’empereur du Japon ordonne la capitulation qui a lieu le 2 septembre 1945.

A la fin de la guerre, l’économie japonaise, dévastée, connut une inflation galopante. Un programme de reconstruction fut mis en place et la fin des années 50 fut marquée par la prospérité économique et une croissance rapide.

Les origines de la Grande Muraille de Chine!

La grande Muraille mesure  5 000 km. En moyenne, la muraille mesure 6 à 7 m de haut et 4 à 5 m de large. Elle débute à la frontière entre la Chine et la Corée et va jusqu’au désert de Gobi. C’est la plus grande structure architecturale créée par l’homme, en longueur, en surface, et en masse.

La muraille de Chine est- elle visible depuis la lune? Contrairement à ce que l’on dit souvent, non, elle n’est pas visible à l’œil nu! Dans l’espace, la muraille de Chine serait comme un cheveu à 1 km. Il faudrait donc un appareil pour la voir…

Elle fut construite, détruite, reconstruite plusieurs fois et à plusieurs endroits entre le IIIème siècle avant J.-C et le XVIIème siècle pour défendre le côté Nord de la Chine. Elle fut d’abord construite avec du bois et de la terre puis ensuite avec des pierres. Pendant des siècles, la muraille fut en fait de simples tas de branches et de terre, la pierre fut utilisée seulement à partir du XVème siècle. La première muraille fut construite durant la dynastie Quin, au IIIème siècle avant J.-C, pour éviter les conflits avec les tribus voisines. Elle fut agrandie durant la dynastie Han sous le règne de l’empereur Wudi, afin de repousser les Xiongnu en Mongolie extérieur. Elle protégeait ainsi le trajet de la route de la soie. Les envahisseurs Mongols qui fondèrent au XIIIème siècle la dynastie Yuan contournèrent la grande muraille par l’Ouest. C’est pendant la dynastie Ming (XIVème au XVIIème siècle) que la muraille prend son allure actuelle.

Quelques petites anecdotes sur la Muraille:

  • Des études prouveraient que des morceaux de la muraille serait enfouis sous la terre ce qui augmenterait la taille du monument.
  • 10 millions de personnes sont mortes durant la construction de la muraille.
  • La grande muraille est une des 7 nouvelles merveilles du monde.
  • Elle est aussi classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Nous avons pu observer et marcher sur la Muraille de Chine durant quelques jours!

L’histoire de la Malaisie, une histoire passionnante, mais peu connue!

Dès le IIè siècle, la Malaya (Malaisie péninsulaire) était connue jusqu’en Europe.

Du VIIè au XIIIè siècle, la région tomba sous la domination de l’empire bouddhiste de Srivijava qui devint fabuleusement riche grâce au commerce avec l’Inde et la Chine. Cet empire disparut au XIVè siècle.

En 1402, le prince hindou Parameswara fonde le grand port marchand et sultanat de Melaka. En 1446, les thaïlandais attaquent Melaka, ces attaques poussent les souverains de Melaka à développer des relations plus étroites avec la Chine.

En 1511, les Portugais débarquent à Melaka et en prennent le contrôle. Le sultan et sa cour s’enfuient et construisent deux nouveaux sultanats dans la Péninsule: un à Perak, au Nord et un à Johor, au Sud. En 1641, après un siège de plusieurs mois, les Hollandais avec l’aide du sultanat de Johor reprennent Melaka aux Portugais. Melaka commence alors à décliner en perdant son titre de port de commerce majeur.

En 1786, Francis Light, un anglais, négocie avec le sultan du Kedah afin que l’île peu peuplée de Penang lui appartienne. Le sultan de Kedah échoue à reprendre Penang aux Britanniques. Il est alors obligé de céder l’île à la compagnie Britanniques des Indes orientales.

En 1819, en soutenant le fils aîné dans une querelle de succession au Johor, un anglais obtient le droit d’avoir une partie de Singapour. En 1823, le sultan de Johor cède totalement Singapour au Britanniques. Un peu plus tard, les Hollandais et les Britanniques divisent la Malaisie en deux, ce qui deviendra l’Indonésie et la Malaisie.

En 1874, les Britanniques commencent à prendre le contrôle de la péninsule Malaisienne après le traité de Pankor, signé avec le sultan du Perak. En 1888, ayant perdu la majeure parti de son territoire, le sultan de Bruneï signe un traité signifiant que son pays fait maintenant partie de l’Empire Britannique. En 1896, plusieurs Etats malaisiens deviennent des Etats fédérés, leurs sultans abandonnent le pouvoir politique aux Britanniques mais ils contrôlent encore les traditions et la religion malaisiennes.

En 1909, les Britanniques concluent un accord avec la Thaïlande pour obtenir le contrôle de 4 Etats de Malaisie. Le Johor rejoint les Etats non-fédérés de Malaisie en 1914.

En 1941, les Japonais débarquent sur la côte nord-est de la Malaisie. En un mois, ils ont pris Kuala Lumpur et un mois plus tard ils sont aux portes de Singapour. Les Britanniques subissent une défaite humiliante en février 1942 quand les Japonais arrivent à Singapour et prennent la ville. Les Japonnais la rebaptisent Syonan (Lumière du Sud).

En 1945, les Japonais perdent contre plusieurs pays rassemblés durant la seconde guerre mondiale et la Malaisie est repris par les Britanniques.

En 1946, la United Malays National Organisation (UMNO) est fondée le 1er mars, signalant le début du désir d’indépendance politique par rapport à la Grande Bretagne. Le Malayan Communist Party (MCP: parti communiste malaisien) se réfugie dans la jungle et entame une guérilla contre les Britanniques, elle dura 12 ans. En 1951, le haut commissaire britannique de la Malaisie est assassiné par quelques membres du MCP. Le parti Perikatan (parti de l’Alliance) qui regroupe l’UNMO, la Malayan Chinese Association (MCA) et le Malayan Indian Congress (MIC) remporte les premières élections nationales de Malaisie.

Le 31 août 1957, la Merdeka (indépendance) est proclamée en Malaisie. En 1963, les territoires britanniques de Bornéo sont réunis à Singapour et à la Malaya pour former la Malaisie, une initiative qui débouche sur des confrontations avec l’Indonésie et les Philippines. En août 1965, après le refus de Singapour d’étendre les privilèges constitutionnels sur les malaisiens de l’île, des émeutes éclatent et Singapour est exclue de la Malaisie.

En 1969, des émeutes raciales éclatent à Kuala Lumpur le 13 mars et font 198 morts. En 1981, le premier ministre de Malaisie introduit des mesures pour favoriser les relations commerciales avec le Japon, la Corée du Sud et Taïwan. En 1991, la Malaisie adopte la loi islamique.

J’ai découvert une partie de cette histoire dans le musée national de Kuala Lumpur.

 

La voie ferrée de la mort!

La ligne Siam-Birmanie, aussi appelée voie ferrée de la mort est une ligne de chemin de fer de 415 km entre Bangkok et Rangoun, qui se situe à la frontière de la Birmanie. Elle fut construite pendant la seconde guerre mondiale par l’Empire Japonais dans le but de soutenir les troupes japonaises dans la conquête de l’Inde, qui faisait partie de l’Empire britannique. Cette ligne de chemin de fer traverse le célèbre « pont de la rivière Kwaï ».

Le pont de la rivière Kwaï traverse la rivière Kwaï Yai juste à coté du point où les rivières  Kwaï Yai et Kwaï Noi se rejoignent, formant ensemble le Mae Klong.

Environ 180 000 civils autochtones et 60 000 prisonniers de guerre furent obligés de travailler à la construction de cette voie ferrée. A cause des conditions de travail très difficiles, des maladies tropicales et des bombardements anglais et américains, environ 90 000 civils et 16 000 prisonniers moururent durant les travaux. C’est pour cette raison que cette ligne est appelée voie ferrée de la mort. La construction dura environ un an et demi.

La voie ferrée longe le cours de Mae Klong, jusqu’au point d’intersection de la Kwaï Yai et de la Kwaï Noi. Elle traverse alors le pont de la rivière Kwaï puis remonte la Kwaï Noi, franchit la frontière entre la Birmanie et la Thaïlande puis elle rejoint une autre voie ferrée.

Durant mon voyage en Thaïlande, j’ai pu observer et traverser le pont de rivière Kwaï. J’ai visité un musée qui expliquait les conditions de construction de cette voie ferrée. Je suis aussi allée au cimetière où sont enterrées plusieurs milliers de victimes.

 

 

La vie exceptionnelle de Mahatma Gandhi!

Mahatma Gandhi est né à Pordanbar en 1869. Suivant les coutumes de sa caste, il se maria à l’âge de 14 ans avec Kasturbai qui resta son épouse jusqu’à sa mort. Il a d’abord fait des études d’avocat en Angleterre pendant 3 ans. En revenant en Inde, il exerce sans succès son métier.

En 1893, il part en Afrique du Sud qui était alors comme l’Inde, une colonie anglaise. Pour aller là-bas, il prit un billet de train (première classe) mais il fut expulsé du train par des Anglais à cause de sa couleur de peau. Cela a été un choc pour Gandhi, et il a alors décidé de se battre pour l’égalité des droits de l’homme en Afrique du Sud. Il est resté pendant une vingtaine d’années en Afrique du Sud pour entreprendre un combat de résistance, mais sans guerre, ni violence.

Quand il rentre en Inde, il s’aperçoit que les Indiens non plus, n’ont pas beaucoup de droits. Alors, il décide de se battre contre l’inégalité dans son propre pays. Gandhi comprit que, pour obtenir leur citoyenneté, les Indiens devaient participer à la défense de l’Inde. Il demande alors aux Indiens de s’engager dans l’armée pour soutenir les Britanniques durant la Première Guerre Mondiale. Après la Première Guerre Mondiale, Gandhi, vite rejoint par des millions d’Indiens, s’oppose  aux Britanniques. Devenu célèbre dans tout l’Inde , il est surnommé « Mahatma » (la Grande âme). Durant son combat, il est arrêté en 1922 par le gouvernement Britannique et libéré en 1924.

En 1930, Gandhi commence une campagne de désobéissance civile visant à diminuer les impôts, notamment sur le sel. Il est de nouveau emprisonné puis libéré en 1931. Toujours par des moyens sans violence, il entreprend alors une lutte pour supprimer les castes. Après l’indépendance partielle de l’Inde en 1935, il se bat pour l’indépendance totale de l’Inde.

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, Gandhi, refusant de soutenir les Britanniques, lance un appel pour que ceux-ci quittent l’Inde. Ce fut la plus radicale révolte pour l’indépendance. Gandhi est arrêté en 1942, puis libéré pour raison de santé.

En 1944, les Britanniques s’engagent à accorder l’indépendance aux Indiens s’ils mettent un terme aux querelles entre musulmans et membres du parti du Congrès. Gandhi s’oppose de toutes ses forces à la division du pays mais doit se résoudre à la création de deux Etats, l’Inde et le Pakistan, en 1947. Il ne peut pas empêcher le déchaînement de violence entre les musulmans et les hindous. Il meurt assassiné le 30 janvier 1948 par un fanatique hindou.

J’ai eu la chance de pouvoir visiter sa maison, à New Delhi!

 

10 anecdotes sur le thé, la 7 vous étonnera!

Nous sommes allés faire une randonnée dans les plantations de thé de Munnar. Voilà un petit résumé de ce que j’ai retenu!

  1. On plante des arbres avec de grandes racines dans les plantations de thé pour éviter les glissements de terrain.
  2. Une graine met trop longtemps à devenir un arbre alors on utilise un système de boutures.
  3. Un arbre peut vivre jusqu’à 400 ans.
  4. Plus on est en altitude, plus le goût du thé est bon.
  5. Selon la feuille, on peut obtenir différents types de thé: blanc, vert, noir et celui utilisé pour l’English breakfast (du meilleur au moins bon).
  6. Le groupe Tata est le propriétaire majoritaire des plantations de thé dans la région de Munnar.
  7. Un arbre à thé pourrait mesurer plus de 20 mètres si on ne le taillait pas.
  8. On récolte les feuilles de thé tous les 10-15 jours, et 3 fois par mois pendant la mousson.
  9. Une femme récolte environ 100 kg de feuilles par jour (en 8 heures de travail).
  10. 4 kg de feuilles de thé sont transformés en 1 kg de poudre de thé.

 

Ce que vous ne saviez pas sur les épices!!!

Nous sommes allés dans une plantation d’épices où nous avons pu observer plusieurs sortes d’épices, comme: le quatre épices, la cardamone…

On va commencer par un Quiz!

Je vais vous donner le nom de 8 épices,(il y a deux intrus!) et la photo de 6 des 8 épices notés un peu plus haut. Le but du jeu est de trouver quelle épice va avec quelle photo. Bonne chance!

Voici plusieurs épices: 1- 4 épices  2-Safran  3-Curry  4-Poivre  5-Cardamone  6-Cannelle  7-Café  8- Curcumin sauvage

Et voici les photos de 6 des épices cités un peu plus haut:

Photo A

Photo B

Photo C

Photo D

Photo E

Photo F

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques petites information sur les épices:

  • Le 4 épices n’est en vérité qu’une seule épice.
  • La cuisine indienne utilise beaucoup d’épices, cela est même parfois un petit peu trop épicé!
  • L’état du Kérala produit essentiellement du poivre et de la cardamone.
  • Selon les épices, on utilise différentes parties de la plante: l’écorce, la graine, la racine ou la feuille.

 

Réponses au Quiz:

  • Photo A- Poivre
  • Photo B- 4 épices
  • Photo C- Curcumin sauvage
  • Photo D- Curry 
  • Photo E- Café
  • Photo F- Cardamone

 

 

Comment se sont formés Uluru et Kata Tjuta ???

Uluru est aussi connu sous le nom d’Ayers Rock, il mesure 348 m de haut. Depuis qu’ils sont classés au patrimoine mondial de l’UNESCO, Uluru et Kata Tjuta, aussi connu sous le nom de Mont Olga, sont des formations emblématiques.

On décrit souvent Uluru comme un Monolithe mais il est en fait la partie émergée d’une formation rocheuse du sous- sol sorti par l’érosion. Uluru est un inselberg, c’est le deuxième plus grand au monde.

Il y a 400 millions d’années, il y avait les chaines montagneuses de Mann et de Petermann, aussi élévées que les montagnes de l’Himalaya. A proximité, il y avait 2 cônes de déjection (sortes de réservoirs). Avec l’érosion, du sable s’est accumulé dans l’un, et des rochers dans l’autre. L’eau va ensuite submerger la région et la tectonique des plaques va faire basculer l’ensemble à la verticale.

 

 

 

 

 

 

 

Uluru est donc composé de sable aggloméré, et nous pouvons observer encore aujourd’hui les couches ou strates de sables verticales. Kata Tjuta, est contrairement à Uluru, composé de rochers de tailles différentes agglomérés. La couleur rouge est dûe à l’oxydation du fer contenu dans les roches.

Nous avons pu nous balader autour de ses rochers et en apprendre l’origine. C’était impressionnant!

Définition:

  • Un Monolithe est un bloc de pierre de grande dimension, d’une seule pièce, naturel ou taillé par l’homme.
  • Un inselberg est un relief qui domine une plaine ou un plateau.

 

L’Australie, une île crée pour tous les animaux dangereux!!!

L’Australie est le seul pays ou il y a plus de serpents venimeux que non venimeux!!!

  • Les animaux que nous n’avons pas vus:

L’ornithorynque: C’est un animal semi-aquatique de l’est de l’Australie. C’est l’un des rares mammifères venimeux! Avant, il était chassé pour sa fourrure, mais aujourd’hui c’est une espèce protégée. Ils ont une queue de castor et un museau de canard!

Le scorpion: les scorpions sont de la famille des Arachnides. Ils se différencient des autres arachnides par leurs pinces et par l’aiguillon venimeux qu’ils ont au bout de leur abdomen.

Pieuvre et Poulpe: les pieuvres sont principalement de la famille des Octopodidae. Elles ont 8 bras et sont très intelligentes. Leur corps est entièrement mou sauf leur bec qui ressemble à celui du perroquet.

Le poisson-pierre: le poisson-pierre est un poisson de la famille des Scorpaenidae, réputé pour être le plus venimeux du monde. Je suis presque contente de ne pas en avoir vu!!!

Les dasyatidaes: les dasyatidaes sont une famille de raies. Les dasyatidaes sont présentes dans les centres zoologiques marins.

  • Les animaux que nous avons vus:

Les araignées: les araignées sont des prédateurs invertébrés. A l’exception de deux familles et d’un groupe de 350 espèces, elles ont un venin qui leur permet de se protéger et de chasser. La morsure de certaines espèces sont douloureuses mais ne sont pas dangereuses pour l’homme. Seulement 200 espèces sont dangereuses pour nous. Nous en avons vues plusieurs dans nos maisons, et des dizaines dans les arbres et dans les buissons!

 

 

 

 

 

 

Les méduses: les scyphozoa, plus généralement appelés méduses, possèdent une ombrelle de 50 cm à 2,50 m et 800 fines tentacules qui peuvent mesurer jusqu’à 40 m. Nous en avons vues mais nous n’avons pas vu cette espèce là. Nous, elles étaient beaucoup plus petites!

Les crocodiles marins: les crocodiles marins sont une espèce de crocodiliens de la famille des Crocodylidae. Cette espèce est vivante en Asie du Sud, en Asie du Sud Est et en Océanie. Les crocodiles marins vivent très bien dans l’eau salée, mais aussi dans l’eau douce. Pendant la saison humide, il vivent dans les marais et les rivières d’eau douce et pendant la saison sèche ils vont dans les estuaires et parfois jusqu’à la mer. Cette espèce, avec le crocodile du Nil, est la plus grande espèce de crocodiles et le plus gros reptile vivant. Les mâles mesurent environ 5 mètres et les femelles entre 2,5 et 3 m. Les adultes sont capables d’attraper un buffle adulte mais aussi des humains, et beaucoup d’autre animaux. Il y a environ 200 000 à 300 000 individus.

 

 

 

 

 

 

 

Les crocodiles de Johnston: les crocodiles de Johnston sont de la même famille que les crocodiles marin. Ils vivent dans le Nord de l’Australie, le Territoire du Nord, le Nord de Queensland et dans l’Australie-Occidentale. C’est un crocodile de petite taille, les mâles dépassent rarement 3 mètres et les femelles mesurent environ 2 mètres. Ils ne restent plus que 50 000 à 100 000 crocodiles de Johnston.

 

 

 

 

 

 

 

Les dingos: les dingos sont des chiens sauvages de la famille des canidés. Ils vivent en Asie du Sud Est et en Australie. Ils descendent des loups gris, ils ont été domestiqués mais aujourd’hui, ils vivent à l’état sauvage. Quand ils sont seuls, ils chassent des wallabys, des petits mammifères… mais quand ils sont en petites meutes, ils chassent des kangourous, des émeus, des chevaux, des dromadaires…

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons aussi eu la chance de voir certains animaux non dangereux de l’Australie:

Le Kangourou: Le kangourou est un marsupial de la famille des macropodidés. Il est typique du continent Australien. Au sens strict, le terme « Kangourou » désigne plusieurs sortes de kangourous: le kangourou roux, le kangourou géant, le kangourou gris et le kangourou antilope. Ils existent aussi les wallaroos, les wallabys et les kangourous arboricoles. Evidemment, nous n’avons pas vu toutes ces espèces! On les trouve à l’état sauvage en Australie et en Tasmanie, mais les kangourous arboricoles vivent aussi en Nouvelle-Guinée. Il reste environ quarante millions de kangourous en Australie. Le kangourou roux est le plus grand kangourou d’Australie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Koala: le koala ou paresseux Australien est une espèce marsupiale herbivore d’Australie, c’est le seul animal encore vivant de la famille des Phascolarctidés. Le koala se trouve dans les régions côtières de l’Australie méridionale et orientale. Ils vivent aussi dans l’arrière-pays australien. Le koala ne mange que des feuilles d’eucalyptus car cela lui apporte de l’eau et de la nourriture. En liberté, il vit environ 10 ans et en captivité, 15 ans. Comme le kangourou, c’est un animal emblématique de l’Australie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les émeus: les émeus sont de grands oiseaux qui ne savent pas voler. Ils ont de longues pattes et un long cou. Leurs pattes ne possèdent que trois orteils. Ces animaux sont présents seulement en Australie. L’émeu est le deuxième plus grand oiseau, et le troisième plus lourd oiseau au monde.

 

 

 

 

 

 

 

Les casoars: ils existent 3 espèces de casoars, mais une seule habite en Australie. Les autres vivent en Nouvelle-Guinée. Par rapport aux autres oiseaux coureurs, le casoar à une sorte de casque sur la tête. Ses plumes sont noires et son cou multicolore. Comme l’émeu, il a 3 orteils. Il a la taille d’un homme adulte. C’est une espèce en voie de disparition.