Petits conseils si vous vous décidez à vous lancer dans l’aventure (suite à notre expérience) !

Après un an à barouder autour du monde, nous vous livrons quelques petites astuces qui nous ont bien facilité la vie pendant notre périple lorsque l’on est 5 :

  • Nous avions passé énormément de temps à organiser notre périple avant de partir (réservation de la plupart des moyens de locomotion et des logements) et cela nous a permis de pouvoir profiter pleinement de chaque pays lorsqu’on y était.
  • Bien tenir compte de la météo dans chaque pays. Le site « Quand partir ? » est très bien fait !
  • Nous avions acheté des sacs OSPREY où nous pouvions soit les rouler, soit les porter en sac à dos. On s’est aperçu qu’il suffit d’avoir des sacs qui roulent. Dans notre mode de fonctionnement, nous ne les avons utilisés que deux fois en mode sac à dos.
  • Prévoir des petites sacoches pour ranger les vêtements ou babioles. Changeant tous les 3 jours en moyenne de logement, il est indispensable de bien ranger son linge.
  • Emmener 2 grands sacs de courses – Très pratique pour faire les courses, ranger le linge sale, mettre les chaussures de randonnée, les serviettes de plage …
  • Emmener deux cordes à linge (pas cher sur Amazon)
  • Partir avec différents kits : coutures (Erwan) et toilettes (Nadège). Pour les non-initiés, le kit toilette comprend: des gants, des lingettes désinfectantes, des protège cuvettes, de la solution hydroalcoolique et des mouchoirs en papier. Vous pouvez rire mais en Inde, ce kit est indispensable !!!!
  • Avant de partir, nous avions testé de nombreux objets pour voyager dans l’avion (cache yeux, oreiller, boule quies). Globalement, on ne s’est servi de rien ! Donc, d’après nous, vous pouvez faire l’économie de tout cela !
  • Nous l’avons déjà dit, mais le GPS Tom-Tom monde nous a vraiment été plus qu’utile! Nous avions en plus la chance d’avoir Erwan qui a un sens de l’orientation exceptionnel!
  • Nous sommes partis avec 2 ordinateurs portables et 2 tablettes. C’était parfait! Les enfants pouvaient travailler en même temps et nous, gérer l’administratif.
  • Nous étions équipés de chacun notre liseuse. Indispensable quand on aime lire! Cela offre en plus la possibilité de créer une bibliothèque commune.
  • Nous avions réfléchi au choix de l’appareil photo et sommes finalement partis avec un compact avec un zoom fois 30. De belles photos et facile à transporter partout! Nous étions aussi partis avec des jumelles que nous avons finalement renvoyées en France (lourd et peu d’utilité).
  • Selon vos destinations, partir avec masques ( à la vue, au besoin!), tubas et chaussures. Pas très encombrants et utilisés à maintes reprises!
  • Nous avions hésité à prendre nos chaussures montantes de randonnée (lourd et encombrant) mais nous ne regrettons pas du tout notre choix de les avoir prises. En effet, nous qui aimons la randonnée, elles ont été indispensables !

Et surtout, pour un voyage réussi, nous emmener dans vos valises !!!!

Ainsi se termine ce très beau voyage … Notre ressenti avant de rentrer !

Ainsi se termine ce très beau voyage… 12 mois de liberté et 365 jours de découverte !

Petit mot de fin de Jeanne :

Jeanne, 10 ans depuis 9 mois. J’ai beaucoup aimé ce voyage. J’ai adoré découvrir, visiter de nouveaux pays et leurs cultures. Pour les différences de cultures, deux pays m’ont particulièrement marquée : le Japon et surtout l’Inde. Si je devais faire un classement, il y a six pays que j’ai préférés : les Etats-Unis, le Groenland, le Chili, la Polynésie Française, les Maldives et l’Australie. J’adore les animaux et durant ce tour du monde j’ai pu en découvrir plein de nouveaux dans leur milieu naturel : les tortues, les phoques et plein d’autres… Je suis très heureuse d’avoir vécu cette aventure avec ma famille. Si un jour j’avais la possibilité de revivre une aventure comme celle-ci, j’accepterais sans hésiter!

Petit mot de fin de Maxime :

Après ce long périple, je sais maintenant ce que je préfère dans le voyage, ce sont les paysages. Ce tour du monde a eu l’utilité de me faire découvrir de nouvelles cultures. Suis-je satisfait de mon voyage ? La réponses est oui ! Ce voyage a répondu à toutes mes attentes que ce soit au niveau des paysages urbains et ruraux, des cultures, des activités ou des relations entre personnes. Cette expérience qui a quand même duré 1 an va sans aucun doute rester dans ma mémoire pour le reste de ma vie. J’ai découvert que peu de choses matérielles suffisent à avoir une vie pleinement réussie.

Comme le disait Gustave Nadaud : »Rester, c’est exister. Voyager, c’est vivre. » Saint Augustin, quant à lui, disait : »Le monde est un livre et ceux qui ne voyagent pas n’en lisent qu’une page. »

Voilà, tout cela pour dire, que faire un long voyage comme celui que nous avons fait est une expérience sans pareil…

Petit mot de fin de Simon :

Après une année passée autour du monde, un léger bilan s’impose. Un voyage aussi long ne peut qu’influencer notre façon de penser et, ou de vivre. Après avoir « combattu » différents climats du plus froid et sec au plus chaud et humide (dur, dur pour certains !), connu toutes sortes d’habitations et de nourritures, on se dit qu’on est bien loti en France ! Sans parler de la découverte de cultures quelquefois étranges et parfois difficiles à comprendre comme en Inde ou au Japon. Tout cela permet de changer sa vision du monde et l’approche de l’inconnu. Durant cette année, nous avons vécu des choses extraordinaires (peu d’école !) que nous ne sommes pas prêts d’oublier. J’espère que les liens que nous avons tissés au sein de la famille resteront soudés pour toujours et que le prochain voyage ne tardera pas trop …

Petit mot de fin de Nadège :

Nous l’avons fait… NOTRE tour du monde en famille! Tous les 5, nous avons vécu 365 jours autrement! Ce que j’ai le plus apprécié est probablement de vivre les choses sans contrainte de temps.

Ensemble, nous nous sommes émerveillés, sans cesse adaptés. Nous avons partagé d’extraordinaires découvertes, de belles rencontres et tellement plus encore que les mots me manquent… Avec mon homme, aucun doute, nous sommes faits l’un pour l’autre! Avec les enfants, je pense que le fait qu’ils soient « grands » a facilité les choses. J’ai adoré être 24 heures sur 24 avec eux. C’était simple, facile, comme si les choses allaient de soi. Seule petite contrainte, le travail scolaire qui aura été plus au moins astreignant selon chacun…

Cette aventure nous aura fait « grandir » et restera à jamais gravée en chacun de nous. Je rentre, la tête pleine de souvenirs, le cœur plein d’amour et d’émotions… Nous allons maintenant continuer à vivre nos vies…et nos rêves, tout simplement!

Petit mot de fin d’Erwan :

Ce périple fut, avant tout, une expérience familiale inoubliable. Prendre le temps, le temps pour soi, pour sa famille, pour ses enfants, pour son couple … C’est sans conteste le plus beau cadeau que l’on se soit offert dans notre vie.

A la question : « quels pays ai-je préférés ? », difficile de répondre. Comment choisir parmi toutes les merveilles que nous avons vues ? Alors voilà, si je me prête tout de même à l’exercice, je mettrai en haut de la liste : les Etats Unis Ouest, le Chili et l’Inde ; et en extras, le Groenland et les Maldives. C’est un choix qui est bien sûr très subjectif !

A la question : »Qu’est ce qui vous a surpris et à laquelle vous ne vous attendiez pas ? »: je ne pensais pas qu’il pouvait être aussi facile de se déplacer dans n’importe quel pays mais que cela pouvait aussi être assez fatigant par moment (faire et défaire ses sacs, changer de logement tous les 3 jours en moyenne) et que parfois,quelques moments de routine auraient pu être agréables. De plus, j’ai été surpris que tout se déroule aussi bien pendant 1 an. Nous avons eu sûrement de la chance de ne pas avoir de problèmes (de santé, de logement, de véhicule), mais je crois aussi que l’organisation avant de partir est très importante !

A la question : « ai-je changé ? » la réponse est : oui sûrement. Mais pas évident de bien savoir comment ? Après avoir côtoyé toutes ces différentes cultures, j’espère pouvoir être plus tolérant que je ne le suis et je suis sûrement devenu plus sociable.

A la question : « est-ce que ça n’a pas été trop dur de vivre en famille 24h sur 24 pendant 12 mois ? », la réponse est non. Au contraire, cette expérience a marqué notre famille et a renforcé nos liens. Coté couple, elle nous a rappelé combien nous partagions des passions communes pour la nature, la randonnée et les rencontres et que nous n’étions pas ensemble « par hasard ». J’espère que cela nous a permis de transmettre à nos enfants des valeurs qui nous sont chères tels que l’ouverture aux autres, la tolérance et la curiosité.

A la question : « Repartiriez-vous ? », la réponse est oui, sans hésiter. Dans quelques années sûrement …

 

 

A quoi sert le Nickel?

Le symbole du nickel est « Ni », il est généralement utilisé comme abréviation pour désigner le nickel.
Le nickel est un métal peu connu du grand public car il est rarement utilisé pur. Le nickel est pourtant indispensable à notre vie quotidienne! Ce métal, doté de riches propriétés et recyclable à l’infini, est en effet principalement utilisé pour l’élaboration d’acier inoxydable ou « inox ». Il peut aussi être utilisé dans des alliages (superalliage, alliage nickel-fer…).
Le nickel est utilisé pour :
  • Fabriquer des équipements ménagers, des appareils électroménagers, du matériel pharmaceutique et chirurgical car, vu qu’il ne rouille pas, il est plus pratique!
  • Construire des bâtiments, des constructions. L’usage de l’inox est ici retenu pour ses propriétés esthétiques, son faible coût d’entretien et sa durée de vie.
  • Elaborer toutes sortes de moyens de transport (carrosserie de train…).
  • Faire des revêtements de métal pur. Il procure alors un aspect brillant et a une bonne résistance (revêtement de robinet…).
  • Faire des batteries rechargeables de téléphones, d’ordinateurs portables, d’automobiles électriques…
  • Fabriquer les pièces de monnaies dans de nombreux pays (ce qui était le cas du franc français).

La Nouvelle-Calédonie est une grande productrice de nickel. Elle produit 25% du nickel mondial. En ce moment, le prix du nickel est bas ce qui entraîne des difficultés économiques.

Nous avons pu voir deux des trois usines de nickel présentes en Nouvelle-Calédonie.

 

Jour 356 à 365 (29 juillet au 07 août) – Nouméa, derniers jours (snif!snif!) !

Le 29 juillet, nous allons visiter le centre culturel Jean Marie Tjibaou. Jean Marie Tjibaou (1936-1989, né dans la tribu de Tiendanite) a fait beaucoup pour la promotion de la culture kanak et  a été le premier président du Front de Libération National Kanak et socialiste. Il signera en 1988 les accords de Matignon qui apporteront un peu de calme sur le territoire. Il sera assassiné par un extrémiste kanak en 1989.

On peut y trouver de l’art néo calédonien et mélanésien ainsi qu’une sensibilisation à l’écologie. A l’extérieur, nous pouvons parcourir un chemin « Kanak » qui nous explique la végétation calédonienne et les traditions kanaks. Instructif et surtout une très belle architecture !

Le lendemain, sous un beau soleil, nous réalisons l’ascension du Mont Dore (772 m – 4h de marche). De très beaux panoramas sur la pointe de Nouméa et son lagon.

Après une journée tranquille, nous prenons le 01 août la direction du Grand Sud. Nous ferons une première halte aux Chutes de la Madeleine où nous randonnerons sur le chemin des Agathis avant de nous rendre dans la réserve naturelle de Cap N’Dua. Nous espérions pouvoir observer des baleines mais elles n’étaient pas au rendez-vous! La période mi-juillet, mi-septembre est la période où les baleines se reproduisent dans la baie de Prony. Sur la route, nous longerons une usine de traitement de nickel. Cette ressource est très présente dans le sol calédonien et il existe trois usines sur l’île principale. A noter que la chute du cours de ce métal rend la situation économique difficile.

Nous finirons la journée en randonnant sur le sentier de la pénitentiaire. En effet, la Nouvelle Calédonie fût un important centre de déportation pour les bagnards de 1864 à 1897.

Le 02 août, nous partons à 6h45, direction l’îlot du phare Amédée à 40 minutes en bateau de Nouméa. Nous voulions profiter de ce cadre exceptionnel pour découvrir ou redécouvrir la plongée avec bouteilles. Un grand défi pour Nadège ! Les enfants et Nadège réaliseront leur baptême de plongée. Trop beau ! Ils ont vu deux tortues avec leurs raies Mora, des bans de poissons chirurgiens et perroquets, de magnifiques coraux…. Quant à Erwan, après n’avoir pas plongé depuis 20 ans mais ayant son niveau 1, il effectuera deux belles plongées d’exploration dont une épave, un ancien démineur la Dieppoise. Un peu stressant au départ, mais cela s’est très bien passé ! Nous avons pu nous balader autour de l’îlot et monter en haut du phare pour découvrir de beaux panoramas. De plus, nous avons fait la connaissance des fameux tricots rayés, des serpents de mer, omniprésents ! Une magnifique journée !!

Le 04 août, nous décidons d’explorer une partie de la côte ouest : baie de Ouano avec le sentier de Méegiwé, le fort Teremba et son histoire, la plage de Poé (pour le pique nique) et enfin le sentier des 3 baies avec la plage de la Roche Percée. Le soir, nous ferons la connaissance d’autochtones, amis de Xavier et Armelle, pour notre plus grand plaisir.

Aujourd’hui, 05 août, nous rédigeons ce dernier article sur notre deuxième semaine à Nouméa …

Demain matin, nous prendrons l’avion pour Sydney, puis Doha, puis Paris avant de prendre le train pour Angers, dernière étape avant notre retour à la maison.

Nous vous posterons demain nos petits mots de la fin ! A très bientôt !!!!!

Le Japon et nous en bref …

L’heure est maintenant au bilan de nos 3 semaines au Japon.

Nombre de kilomètres parcourus en voiture :  0 kms – Le permis international au Japon n’est pas suffisant (d’après ce que l’on a lu) et il faut une traduction certifiée du permis. Nous n’avons pas conduit mais les transports en commun au Japon sont très efficaces.

Trajets : 3 trajets en train (Tokyo -> Kawagushi (un de plus pour Erwan), Kawagushi ->Kyoto, Kyoto -> Aéroport du Kansai à Osaka). Nous n’avions pas pris de « Japan Pass » pour le train car nous ne voyagions pas suffisamment pour que ce soit rentable.

Ce que nous avons aimé :

  • Les différents quartiers de Tokyo où les ambiances sont vraiment différentes.
  • La culture japonaise tellement différente de la nôtre. Tout est dans le respect, la retenue, la présentation. Cela contraste avec l’extravagance de certains japonais dans le quartier d’Akihabara. La tradition est encore assez présente avec de nombreuses personnes en kimono.
  • La sonorité de la langue japonaise
  • Les nombreux magasins de mode avec des références uniques que Simon et Maxime ont adorés.
  • L’offre gastronomique japonaise (très diversifiée) dont les sushis. Nous avons été moins fans de certains plats comme le Ramen.
  • La qualité des trains
  • L’ascension du Mont Fuji
  • La beauté et l’ambiance de certains temples et shrines. Selon nous, ceux à ne pas rater : Meiji Jingu Shrine et Temple Senso-ji à Tokyo,  le Temple Kinkaku-ji et le Fushimi Inari Taisha Temple (monter jusqu’au sommet) à Kyoto
  • La bambouseraie d’Arashiyama
  • Le château Nijo-jo
  • La ville de Nara et son parc
  • Le chemin des philosophes
  • La propreté des villes
  • Les balades dans les jardins.

Ce que nous avons moins apprécié :

  • Les dortoirs du refuge du Mont Fuji
  • Les horaires des parcs de Tokyo (ferment certains jours, et à 16h)
  • Le musée international du Manga (ressemble plus à une librairie)
  • La chaleur humide

Quelques conseils :

  • Il est facile de voyager au Japon. Cependant, les japonais parlent peu anglais mais on arrive tout de même à se faire comprendre. Il est intéressant de prendre un guide sur des temps donnés pour bien comprendre la culture et les traditions japonaises.
  • L’ascension du Mont Fuji ne s’effectue qu’en juillet et août. Il faut réserver le refuge longtemps à l’avance.  Nous n’avons pas réussi à le faire nous même et sommes alors passés par une agence locale japonaise « Discover Japan Tours », très réactive. Cependant, pas d’obligation de prendre un guide pour la montée qui est raide !

Jour 349 à 355 (22 au 28 juillet) – Nouméa, notre première semaine !

Nous arrivons le 21 juillet sur la Grande Terre surnommée « le Caillou »  en fin d’après midi. Après avoir récupéré notre voiture (Citroën Berlingo, s’il vous plaît ! Et conduite à droite (un peu de mal à s’y réhabituer depuis le temps !)), nous découvrons notre 111ème et dernier logement à Dumbéa ! (snif !..) Cela fait quand même un logement tous les 3,28 jours sur un an ! La vue de la maison sur la baie de Dumbéa est splendide !

Le week-end, nous resterons tranquilles avant d’aller visiter le centre de Nouméa le 24 juillet. Au programme : visite de la place des Cocotiers, visite du musée de la ville qui relate l’histoire de Nouméa (intéressant !) et balade autour du port Moselle avant de gagner la presqu’île de Nouville et ses vestiges du bagne. Nous finirons la journée en montant au fort Tereka d’où nous aurons une belle vue sur l’anse Kuendu.

Le 25 juillet, nous irons randonner dans la parc de Dumbéa le long de la rivière (2h).

Le lendemain, nous irons visiter le Parc Provincial de la Rivière Bleue, sans Simon qui s’est fait mal au tendon d’Achille (rien de trop grave, heureusement !). Nous découvrirons la faune et la flore de ce parc très bien entretenu dont le célèbre cagou, oiseau emblématique de la Nouvelle Calédonie (espèce protégée en voie de disparition), et un arbre millénaire, le grand Kaori. Nous pourrons observer la forêt noyée avec des troncs « argentés » qui émergent au milieu des eaux bleues d’un lac de retenue. Nous avons effectué quatre petites randonnées. Ce fût une très belle journée !

Les températures sont plutôt agréables autour de 25°C. Par contre, il fait nuit vers 18h ! Eh oui, nous sommes en hiver dans l’hémisphère Sud.

Après avoir découvert la baie des Citrons et l’Asnse Vata, où Erwan s’est baigné, le 27 juillet; nous prenons le lendemain la direction de Thio et de la Côte oubliée. Nous admirerons de très beaux paysages avec de magnifiques couleurs et nous profiterons de la plage de Port Bouquet ! Nous n’avons quasiment croisé personne (et surtout aucun touriste !).

Encore de belles découvertes pour la semaine à venir … A suivre. Rassurez vous, Simon est de nouveau sur pied!


365jours-de-bières autour du monde !

Bon, c’est vrai,  le titre de l’article est accrocheur  ! En fait, il n’y a pas 365 bières (pas encore alcoolique tout de même !) mais un petit échantillon de quelques trouvailles dans les pays que nous avons visités. Vous noterez que deux erreurs se sont glissées (mais je les aimais bien alors je vous les fait partager), qu’il y a beaucoup de bières au Chili (mais j’étais alors accompagné par un fameux amateur de bières dont le prénom commence par G et finit par Y !) et aussi un peu plus au Japon (où je commençais à noyer mon chagrin du fait que notre aventure se terminait…). C’est tout de même magique le monde dans lequel nous vivons ; quel que soit l’endroit où nous sommes, nous trouvons toujours de la bière à partager !

GROENLAND

GROENLAND

ETATS UNIS

ETATS UNIS

CHILI

CHILI

CHILI

CHILI

CHILI

CHILI

CHILI

CHILI

CHILI

CHILI

CHILI

ILE DE PAQUES

POLYNESIE

NOUVELLE ZELANDE

NOUVELLE ZELANDE

AUSTRALIE

AUSTRALIE

AUSTRALIE

AUSTRALIE

AUSTRALIE

INDE

INDE

INDE

INDE

MALAISIE

CHINE

CHINE

CHINE

CHINE

CHINE

THAILANDE

JAPON

JAPON

JAPON

JAPON

JAPON

JAPON

JAPON

JAPON

NOUVELLE CALEDONIE

NOUVELLE CALEDONIE

Jour 345 à 348 (18 juillet au 21 juillet) – L’Ile des Pins, petit coin de Paradis !

Après 8h15 de vol, nous arrivons à l’aéroport international La Tontouta de Nouméa. Après une nuit de transit, nous reprenons l’avion en début d’après midi pour l’Ile des Pins.

Celle-ci a été découverte par James Cook (encore lui !) en 1774. Il la baptisa ainsi en raison des grands pins qui longent le littoral. En 1800, des missionnaires débarquent sur l’île avant qu’elle ne soit transformée en colonie pénitentiaire par la France en 1872. (Le bagne fermera en 1911)

Nous logerons dans un chalet au milieu d’un parc sur la baie de Kanuméra. Trop beau ! Après les grosses chaleurs du Japon et d’Asie, nous apprécions de retrouver des températures plus respirables (voire un peu trop fraîches pour certaines …)

Le 19 juillet, nous montons à pied au Pic N’ga (277 m) qui nous offrira un magnifique panorama sur l’île et ses lagons. L’après midi, Jeanne sera la première à voir une magnifique tortue en snorkeling dans la mer de la baie où nous logeons. Nous profitons des joies de la plage et de la baignade (pour les moins frileux !).

Le lendemain, nous louons une voiture pour faire le tour de l’île, sous un temps plus mitigé : vestiges du bagne, cimetière des déportés, grotte de la Troisième et les différentes baies dont la baie St Maurice et ses statues de bois. Nous randonnerons de la Baie d’Oro à la Baie d’Upi.

Le 21 juillet, sous un beau soleil, nous nous baladerons le long des baies de Kanuméra et de Kuto et profiterons des joies de la plage et du kayak avent de reprendre l’avion en fin d’après midi pour Nouméa.

Nous avons passé quelques jours idylliques sur cette île ! Cela nous a tout de même fait bizarre d’entendre parler français (cela faisait 6 mois ; c’était en Polynésie) et de voir beaucoup de nos concitoyens ! Il va bien falloir s’y habituer ….

Jour 339 à 344 (12 juillet au 17 juillet) – Kyoto, suite !

Nous poursuivons notre immersion dans la culture japonaise, où tout n’est que retenue, apparence et calme ! Nous trouvons cela très agréable en tant que voyageurs mais ne pouvons nous empêcher de penser que cela ne doit pas toujours être drôle d’y vivre et travailler !

Le 12 juillet, nous visitons le Tofuku-ji Temple, fondé en 1236. L’ensemble compte 24 temples et est surtout connu pour ses magnifiques jardins zen ! Nous rejoindrons ensuite, à 20 minutes à pied, le Fushimi inari-taicha. Il s’agit d’un sanctuaire shintoïste bâti au 8ème siècle par le clan Hata qui le dédia aux divinités du riz et du Saké (hips !). Nous avons parcouru un sentier de 4 kms qui serpente jusqu’au sommet en passant par des centaines de Toriis oranges. Les renards sculptés seraient les messagers d’Inari, déesse de la croissance du riz. Ce fût une très jolie balade à travers tous ces Toriis ! Plus nous montions, moins nous étions nombreux … Les touristes chinois ne montaient pas (pas vraiment sportifs !) par contre nous avons croisé de nombreux français ! (Vive le Sport !)

Le soir, nous irons assister à un spectacle d’arts traditionnels japonais au Gion Corner : cérémonie du thé, harpe, danse de geisha, marionnette, théâtre. Regardez la tête des enfants … Ils sont fans ! Nous terminons cette journée en dégustant du boeuf de Kobé (vendu par 50g) ! Un délice …

Le lendemain, direction les villages de Kibune et Kurama, à 1h de train, dans les montagnes au nord de Kyoto. Nous avons marché du petit village de Kibune (où se trouvent des restaurants dont les planchers surplombent la rivière) jusqu’au village de Kurama par le chemin de crêtes du mont Kurama. Tout au long de ce sentier, nous avons vu différents sanctuaires avant d’arriver au temple Kurama Dera. Promenade tranquille. Le midi, déjeuner typiquement japonais (nouilles et riz-omelette) … bof !

Le 14 juillet, nous découvrirons le marché de Nishiki (en plein centre de Kyoto) avec de nombreux étals de nourriture locale, certains très étranges ! Nous avions laissé les deux garçons faire les boutiques et lorsque nous les avons retrouvés, sous prétexte d’un interview, ils étaient au milieu de trois jeunes et jolies japonaises ! (dignes fils de leur père !)

Nous nous mêlons ensuite aux japonais en kimonos pour assister à la préparation de la fête Gion Matsuri, un des trois grands festivals du Japon.. Cette fête fut instaurée en 869, comme un rite pour lutter contre la peste et autres catastrophes naturelles qui ravageaient la région. Nous pourrons admirer de nombreux chars (33 au total), qui représentent les différents quartiers de la ville. Que de monde ! (trop pour nous !)

Le 15 juillet, nous prenons le train direction la ville de Nara. Pas toujours facile de s’y retrouver pour acheter les billets de train et pour prendre le bon train …. A Nara, nous déambulerons dans le parc Nara Köen au milieu de ses habitants : les daims, qui ont le statut de trésors nationaux.

Nous admirerons la pagode Kofuku-ji, le temple Todai-ji et son grand bouddha ainsi que le temple Nigatsu-do avant de visiter le jardin Isui-en et le musée d’art Neiraku. Journée tranquille qui mérite le déplacement.

Le lendemain, les temples ont eu raison des enfants, qui décideront de rester tranquilles. Nous irons nous balader le long du chemin des philosophes.  Nous croiserons de nombreux temples dont le Nanzenji Temple et son aqueduc ainsi que le Ginkakuji (temple d’argent). Sur le chemin du retour, nous serons poussés par l’orage à une pause au sanctuaire Heian Jingu Shrine.

Il sera ensuite temps de préparer les sacs pour un départ le lendemain à 7h, direction l’aéroport du Kansai à Oaska, pour un vol vers la Nouvelle Calédonie, dernière étape de notre tour du monde !